Le Judaïsme plaide pour la sacralisation de la sexualité humaine. Il ne suffit pas que l’intimité naisse de l’engagement et d’une promesse d’exclusivité, elle doit être sacrée. Et, pour accomplir cela, le premier moment requis pour l’immersion dans le Mikvé est au seuil du mariage.

Le Mikvé qui précède le mariage, n’est pas, à strictement parler, lié à l’application des lois de Pureté Familiale. Malgré tout, il ne faut pas penser qu’il n’a rien à voir avec ce processus. C’est simplement la première fois que la femme juive reçoit l’ordre de se purifier de cette façon. Et c’est une bonne façon de commencer une nouvelle vie ensemble avec l’être aimé.

L’immersion dans le Mikvé est une façon essentielle d’attirer D.ieu et Ses bénédictions à l’intérieur du mariageAprès en avoir étudié les détails de cette mitsva et leur avoir accordé l’importance nécessaire, le Mikvé est un rituel qui peut être facilement intégré aux préparatifs du mariage, par tous les futurs mariés juifs. La date du mariage devrait être choisie en fonction du cycle menstruel de la fiancée, afin de permettre son immersion avant le mariage.

On dépense d’énormes quantités de temps et d’énergie dans les préparatifs d’un mariage. Au fond de nous, nous espérons tous qu’une cérémonie parfaite sera le signe d’un bon départ dans la vie. Cependant, toutes les personnes sensées reconnaissent les limites de l’esprit humain. Ce que nous voulons et ce dont nous avons le plus besoin – à savoir : la santé, la bonne fortune, les enfants – n’est pas de notre ressort. Le fameux « Mazal Tov », que nous proclamons lors des mariages, est l’expression de notre prière envers le Créateur, dans laquelle nous Lui demandons de bénir le nouveau couple en le comblant de tous les bienfaits. Dans ce contexte, l’immersion dans le Mikvé est une façon essentielle d’attirer D.ieu et Ses bénédictions à l’intérieur du mariage.

Aussi longtemps que la femme a un cycle menstruel, c’est lui qui va dicter le rythme des relations conjugales du couple, et chaque mois c’est une mitsva pour le mari et sa femme de renouveler leur couple grâce aux eaux du Mikvé. Pour ceux qui n’ont pas accompli cette prescription dans leur vie de couple à partir de leur mariage, il n’est jamais trop tard pour commencer à suivre les lois de la Pureté Familiale. De même, dans l’idéal, cette mitsva doit être respectée de façon régulière – on ne devrait pas permettre à un quelconque retard dans cette mitsva de porter atteinte à la santé du couple. Le Mikvé est indépendant du respect des autres mitsvot de la Torah. Le Mikvé n’est pas non plus, comme certains le pensent, le domaine réservé aux Juifs de stricte observance.

Même lorsqu’un couple ne se sent pas encore prêt à accomplir ces lois de façon régulière, il est important qu’il accorde une attention particulière à cette mitsva avant de concevoir un enfant. Il est en effet enseigné que le Mikvé est le canal qui nous permet d’attirer une âme élevée revêtue dans un corps réceptif et en bonne santé.

Pour une femme ménopausée, une dernière immersion dans le Mikvé lui apporte la pureté pour le restant de sa viePour une femme ménopausée, une dernière immersion dans le Mikvé lui apporte la pureté pour le restant de sa vie. Même une femme ménopausée qui n’a jamais été au Mikvé de sa vie devrait se tremper une fois (et il n’est jamais trop tard pour accomplir cette mitsva, même plusieurs années après la ménopause), afin que toutes les unions futures soient bénies par D.ieu.

Le plus beau cadeau que D.ieu ait offert à l’humanité est la Téchouva, la possibilité de revenir vers D.ieu et de commencer une nouvelle vie, purifié de son passé. La Téchouva permet à l’homme de s’élever au-dessus des limites imposées par le temps et d’influer sur nos vies rétroactivement. Pour certains, une seule immersion dans le Mikvé, tard dans la vie, cela peut sembler ridicule, un acte rapide et insignifiant. Mais s’il est accompli avec conviction et en conscience, c’est un immense accomplissement. Cet acte apporte la pureté et son pouvoir régénérant, non seulement au présent et au futur de celui qui s’y soumet, mais également à son passé.

Ainsi, chaque femme peut s’inscrire dans cette tradition continue qui a traversé les générations. Grâce au Mikvé, elle entre en contact direct avec la source de la vie, de la pureté et de la sainteté, avec le D.ieu qui toujours l’enveloppe et se trouve en elle.

Voir également : Le sens profond de l'impureté rituelle

Extrait de l’introduction de Rivka Slonim à Total Immersion : Anthology of the Mikvah (Jason Aronson, 1996)


Appendice : Suggestions de lectures sur le Mikvé et le mariage

Tehilla Abramov, Le Secret de La Féminité Juive, Éditions Marome

Abrégé des Lois de Pureté, Éditions Kéhot

Aryeh Kaplan, Guide du Mariage Juif, Édition l’Arche du Livre

Nahoum Lamm, Une Haie de Roses, Editions Collel Tel Ganim

Nahoum Lamm, Yossef Brook et Zeev Grunewald, Une Clé pour la Vie, Editions Collel Tel Ganim

Moshé David Sendler, Le Judaïsme et la Vie Conjugale, Fondation Sefer