Avant de nous attarder sur les dimensions profondes de ce rituel, revenons rapidement sur la centralité du Mikvé dans la vie juive.

La plupart des Juifs, y compris ceux qui se définissent comme laïcs, connaissent, au moins au plan théorique, les pratiques religieuses relatives au Chabbat, aux lois alimentaires, à Yom Kippour et un certain nombre d’autres lois de la Torah. Le Mikvé et la Pureté Familiale, en revanche, sont nimbées de mystère, comme si on avait fait l’impasse sur ce chapitre.

Pourtant la Pureté Familiale est une injonction biblique de la plus haute importance. Le non-respect de ce commandement équivaut aux transgressions majeures, comme manger du ‘hamets (aliment contenant du levain) à Pessah, ou violer volontairement le jeûne prescrit le saint jour de Yom Kippour, ou encore le refus d’entrer dans l’alliance d’Abraham en pratiquant la circoncision, la brith mila.

La qualité essentielle du Mikvé réside dans son pouvoir de transformation, dans sa capacité à effectuer une métamorphoseLa plupart des Juifs considèrent la synagogue comme l’institution centrale de la vie juive. Mais la loi juive déclare que la construction d’un Mikvé prend le pas sur toute autre construction, y compris celle d’une synagogue. La synagogue et le Séfer Torah, qui sont tous deux les biens les plus précieux de la religion juive, peuvent même être vendus pour permettre la construction d’un Mikvé. En fait, aux yeux de la loi juive, lorsque des familles juives vivent à proximité les unes des autres, elles ne peuvent pas être considérées comme une communauté à part entière si elles ne possèdent pas de Mikvé.

La raison est simple : la prière personnelle ou même commune peut se faire pratiquement dans n’importe quel lieu, et les réunions pour assurer les fonctions sociales de la communauté peuvent également se tenir partout. Mais la vie d’un couple juif marié et donc la naissance des générations futures, en accord avec la Halakha, n’est possible que si l’on peut accéder à un Mikvé. Il n’est pas exagéré de dire que le Mikvé est la pierre angulaire de la vie juive et que l’avenir du peuple juif en dépend.