Jusqu’à présent, nous nous sommes efforcés d’expliquer qu’une personne doit toujours être joyeuse parce que tout ce qui lui arrive est bon. La seule différence est de savoir si ce bien est perçu de façon manifeste ou s’il est dissimulé. Cette thèse elle-même, cependant, nécessite d’être expliquée. En effet, pourquoi D.ieu donne-t-Il parfois du bien de manière voilée ? Quel est le but de cela ?

Une histoire est racontée au sujet du Maguid de Mézeritch. Un jour, son fils accourut vers lui en larmes. Le Maguid le réconforta et lui demanda pourquoi il pleurait. L’enfant expliqua qu’il avait joué à cache-cache avec ses amis.

Lui et tous ses amis s’étaient cachés. Ils étaient restés longtemps dans leurs cachettes, pensant qu’ils s’étaient si bien cachés que le chercheur n’avait pas pu les retrouver. Mais bientôt ils en eurent assez d’attendre. Ils sortirent de leurs cachettes et découvrirent qu’ils avaient eu tort. Le chercheur était parti. Il leur avait joué un tour. Une fois qu’ils s’étaient cachés, il était rentré chez lui au lieu de les chercher. C’est pourquoi le fils du Maguid et ses amis pleuraient.

Quand le Maguid de Mézeritch entendit ce récit, il se mit également à pleurer. Son fils lui demanda pourquoi il pleurait. Le Maguid lui dit que D.ieu avait le même problème que lui.

Que voulait dire le Maguid ? Il est écrit1 : « Tu es un D.ieu qui se cache. » D.ieu dit : « Je me cache de vous, mais le but est que vous veniez Me chercher. Mais au lieu de cela, vous partez et vous vous occupez d’autres choses. »

Appliquons cette notion à notre question : lorsqu’une chose négative se produit et qu’une personne se sent brisée, la raison de son sentiment n’est pas l’événement négatif lui-même. Comme expliqué précédemment, de nombreuses personnes ont éprouvé des difficultés sans en être brisées. La personne est brisée parce qu’elle n’a pas conscience que D.ieu se cache et que le but de cet événement négatif est de la motiver à chercher et à trouver D.ieu, même s’Il est caché. Si la personne réalisait cela, elle ne serait pas brisée.

Pour employer une analogie : un père souhaite voir à quel point son enfant est intelligent. Il veut faire ressortir et développer son intelligence, et avec cette intention à l’esprit, il se cache de l’enfant. Si celui-ci est très jeune, il se met aussitôt à pleurer, car il ne trouve pas son père. Un enfant plus mature réfléchit à ce qui se passe et se rend compte que son père joue avec lui. Il se met donc à chercher son père jusqu’à ce qu’il le trouve.

Le but de la dissimulation du père n’est pas de rester séparé de son enfant. Au contraire, il veut être découvert, il veut que l’enfant le trouve. Mais il veut que l’enfant fasse l’effort de le chercher et de découvrir où il se cache.

Il en va de même de D.ieu. La raison pour laquelle D.ieu se voile et se cache, c’est qu’Il veut que nous Le cherchions et Le découvrions sous Son déguisement ; que nous cherchions profondément et sans relâche jusqu’à ce que nous trouvions où Il se cache.

Et cette analogie nous enseigne un autre puissant concept2 : la sim’ha n’est pas seulement importante parce qu’elle reflète la vérité. Quand une personne est bessim’ha, cela en soi provoque la chute du déguisement et fait apparaître le bien et la bénédiction.

Pourquoi ? Pour revenir à l’analogie, lorsque l’enfant continue de chercher son père et trouve où il se cache, que se passe-t-il alors ?

Le père continue-t-il à se cacher ? Non. Une fois que son fils l’a trouvé, tout est fini et il sort de sa cachette. Il voulait certes que son fils le cherche, mais une fois qu’il l’a trouvé, il n’a aucune raison de continuer à se cacher.

La même chose s’applique à D.ieu et aux Juifs. Le but de la dissimulation de D.ieu et de son déguisement au sein des circonstances est que nous Le cherchions et apprenions à Le trouver. Quand une personne est bessim’ha, elle est consciente de D.ieu ; c’est comme si elle disait : « Oui, D.ieu se cache, mais je peux Le reconnaître et L’identifier dans ces événements bien qu’Il soit caché. »

Et alors le masque est levé et D.ieu sort de sa cachette. Ou, pour le dire en d’autres mots, la bénédiction et la bonté remontent alors à la surface.

Telle est la formidable qualité que possède la sim’ha, qui fait que le bien apparaît de façon manifeste. Telle était la vertu de Rabbi Akiva et de Na’houm Ich Gamzou. Parce qu’ils voyaient très clairement que tout ce qui arrive vient de D.ieu, ils savaient que tout est assurément bon. C’est pourquoi ils demeurèrent bessim’ha.

Et peu après, la difficulté à laquelle chacun d’eux avait été confronté se transforma. La bénédiction et le bien cachés en elle se révélèrent. Parce qu’ils avaient reconnu D.ieu et ressenti la bonté cachée au sein du déguisement, celui-ci tomba rapidement et le bien caché apparut.

Une question demeure néanmoins : pourquoi D.ieu se déguise-t-il ? Pourquoi veut-il que nous Le cherchions ? Dans le cas d’un père et de son enfant, on peut voir le jeu comme une forme de divertissement. Le père veut que l’enfant le cherche, afin que l’enfant montre à quel point il est intelligent. Une telle justification est acceptable pour les êtres humains.

Dans notre relation avec D.ieu, cependant, il doit y avoir une raison bien plus profonde pour laquelle D.ieu se cache et pourquoi il désire que nous Le recherchions. Pourquoi alors se cache-t-il ? Il doit certainement y avoir un but positif à Sa dissimulation.