Première lecture – Richone

Dieu bénit Abram

12:1 En l’année 2023, l’Éternel dit à Abram : « Tu as déjà quitté ton pays natal et ton lieu de naissance en te rendant à ‘Harane. À présent, va et éloigne-toi davantage de ton pays et de ton lieu de naissance : va-t’en de la maison de ton père Téra’h à ‘Harane. »1 Comme Téra’h n’était qu’un monothéiste inavoué, servant toujours les idoles et ne faisant rien pour changer sa société idolâtre, Dieu enjoignit Abram de quitter l’environnement délétère de son foyer – même si Abram était dans le secret de son père.2 Dieu reprit : « Suis Mes indications vers le pays que Je t’indiquerai. » En maintenant Abram dans l’expectative quant à sa destination exacte, Dieu : (a) le fit chérir le Pays, et (b) lui permit de recevoir une rétribution pour sa totale confiance en Lui.

2 Dieu dit : « Je ferai de toi une grande nation. Je te bénirai et Je grandirai ton nom, et tu seras une source de bénédiction.

3 Je bénirai ceux qui te béniront, et celui qui te maudira, Je le maudirai. Ta réussite matérielle sera telle que toutes les familles de la terre qui vénèrent le succès matériel3 seront bénies en faisant référence à toi ; ainsi, lorsqu’une personne voudra en bénir une autre, elle dira : “Puisses-tu être comme Abram.” »

Abram se rend en Canaan

4 Abram partit, comme l’Éternel le lui avait ordonné, et Loth partit avec lui. Abram était âgé de soixante-quinze ans en quittant ‘Harane.

5 Abram prit Saraï son épouse et Loth le fils de son frère, et toute la richesse qu’ils avaient amassée et toutes les âmes qu’ils avaient acquises à ‘Harane – les disciples qu’ils avaient convaincus d’embrasser le monothéisme ainsi que les serviteurs qu’ils avaient acquis. Ils partirent. Dieu ne leur avait pas indiqué où aller ; aussi poursuivirent-ils leur périple initial en direction de Canaan et, contrairement à leur première tentative,4 ils pénétrèrent cette fois véritablement en Canaan.

6 Abram traversa le pays jusqu’au site de Che’hem. Il s’arrêta à cet endroit, car il eut l’intuition prophétique que ses arrière-petits-enfants étaient appelés à combattre les habitants de cette ville,5 et il pria pour leur victoire. Il parvint jusqu’à la plaine de Moreh, où se trouvait Che’hem. Les Cananéens se trouvaient alors dans le pays, le conquérant progressivement des descendants de Chem.

La promesse du Pays

7 L’Éternel apparut à Abram et dit : « Même si, comme tu le vois, Je permets aux Cananéens d’accaparer de ce pays au moment présent, Je donnerai en définitive ce pays à ta postérité, le restituant ainsi aux descendants de Chem, qui le possèdent de droit. »6 Dieu fit ici savoir à Abram qu’il était arrivé dans le pays vers lequel Il lui avait demandé de se rendre.7 À cette nouvelle, Abram édifia là-bas un autel et offrit un sacrifice à l’Éternel, qui lui était apparu à cet endroit,8 à titre de remerciement pour la promesse d’une postérité et pour la restitution du pays.

8 Il se déplaça de là-bas vers les montagnes à l’est de Beth El ; il planta sa tente. Beth El se trouvait à l’ouest, et Aï, à l’est. Il édifia là-bas un second autel, sur lequel il offrit un sacrifice, et il invoqua le Nom de l’Éternel.

9 Abram poursuivit sa route, faisant halte pour un mois environ en plusieurs endroits, mais en se dirigeant à bonne cadence toujours vers le sud pour aboutir au mont Moriah, le lieu futur du Temple.9

Abram en Égypte

10 La même année, il y eut une famine dans le pays de Canaan. Dieu voulait savoir si Abram se plaindrait d’avoir à quitter le pays après avoir déployé tant d’efforts pour seulement y parvenir et après qu’Il le lui avait promis. Abram ne se plaignit pas ; il descendit en Égypte pour y séjourner, car la famine était rude dans le pays de Canaan. Loth accompagnait Abram et Saraï.

11 Abram avait toujours fait attention à ne pas se repaître de la beauté de son épouse. Mais au moment où ils traversaient un gué, il aperçut son reflet dans l’eau, qui lui rappela combien elle était désirable. Leur voyage prolongé n’avait pas le moins du monde terni sa beauté. Aussi, lorsqu’ils furent près d’atteindre l’Égypte, il dit à son épouse Saraï : « Voici donc, je sais que tu es une femme dont le teint clair du visage est de belle apparence.10

12 Les Égyptiens ne sont pas habitués de se trouver en présence d’une telle beauté. Leurs femmes sont toutes basanées, tandis que toi, tu as un joli teint. Lorsque les Égyptiens te verront, ils diront : “C’est sa femme” et ils me tueront, car ils n’envisageront pas que je t’abandonne à eux,11 et te laisseront en vie.

13 Je vais tenter de te faire passer en Égypte dans une malle. Mais dans le cas où ils te découvriraient, si tu voulais bien, dis que tu es ma sœur, afin que je sois favorisé grâce à toi. Ils tenteront de s’attirer mes faveurs en me gratifiant de cadeaux pour me convaincre de permettre à l’un d’eux de t’épouser. Ainsi, ma vie sera épargnée grâce à toi»

Deuxième lecture – Cheni

14 Lorsqu’Abram arriva en Égypte, les commis de la douane lui ordonnèrent d’ouvrir la malle dans laquelle il avait caché Saraï pour inspecter son contenu. Les Égyptiens virent que la femme était extrêmement belle.

15 Les ministres de Pharaon la virent et firent son éloge, d’un commun accord, sur le fait qu’elle était assez belle pour être mariée à Pharaon ; aussi la femme fut-elle emmenée dans le palais de Pharaon.

16 Lorsqu’on l’interrogea, Saraï dit à Pharaon qu’Abram était son frère. Loth ne révéla pas non plus la vérité.12 Abram fut favorisé grâce à elle, comme il l’avait prédit ; ainsi Abram acquit du menu bétail, du gros bétail, des ânes, des serviteurs, des servantes, des ânesses et des chameaux.

Dieu protège Saraï

17 Ce même jour,13 l’Éternel affligea Pharaon et sa maison de plaies sévères – des plaies cutanées qui rendaient les relations charnelles extrêmement douloureuses. Cette plaie était si sévère qu’elle affligea même les murs, les colonnes et les ustensiles du palais de Pharaon. La chose ne troubla cependant pas Pharaon ; alors Dieu envoya à Saraï un ange qui était invisible à Pharaon, et l’ange le frappait à la parole de Saraï, la femme d’Abram, chaque fois qu’il tentait de l’approcher.

18 Pharaon comprit de tout cela que Saraï devait être la femme d’Abram. Il convoqua Abram et dit : « Que m’as-tu donc fait là ? Pourquoi ne m’as-tu pas dit qu’elle était ton épouse ?

19 Pourquoi m’as-tu dit “C’est ma sœur”, de sorte que je me la suis prise pour femme ? À présent, voici ton épouse, prends-la et va-t’en ! Il vaut mieux pour toi ne pas rester en Égypte, car les Égyptiens sont un peuple lubrique et je ne peux être tenu responsable s’ils tentent de te tuer à cause d’elle, comme tu as précédemment soupçonné qu’ils le feraient. »

20 Pharaon lui affecta des hommes pour l’escorter et le garder, et ils l’escortèrent, ainsi que son épouse et que tout ce qu’il possédait. Pharaon donna sa fille Agar à Saraï comme servante, affirmant qu’il valait mieux pour sa fille d’être la servante d’une femme comme Saraï, qui jouit ouvertement de la faveur de Dieu, qu’être une reine partout ailleurs.14 À l’issue de cet épisode, Abram était demeuré en tout trois mois en Égypte.15

13:1 Abram remonta depuis l’Égypte, lui, son épouse et tout ce qui lui appartenait, accompagné de Loth, vers le désert du Neguev.

2 Et Abram était extrêmement chargé de richesses : de bétail, d’or et d’argent.

3 Il poursuivit ses périples, revenant sur ses pas et prenant le gîte dans les auberges où il avait fait halte au cours de sa route vers l’Égypte, afin : (a) d’éviter se mettre lui-même ou ses hôtes dans l’embarras, car ne pas faire halte dans les mêmes auberges risquait de laisser entendre à d’autres que lui-même ou ses hôtes n’étaient pas des gens accommodants ; et (b) de rembourser les dettes qu’il avait contractées au cours de son voyage pour l’Égypte. Il voyagea depuis le sud de Canaan jusqu’à Beth El jusqu’à l’endroit, jusqu’au lieu où sa tente s’était trouvée initialement, entre Beth El et Aï,

4 le site de l’autel qu’il avait édifié initialement16 et où Abram avait invoqué le Nom de l’Éternel. Et à présent également, Abram invoqua là-bas le Nom de l’Éternel.

Troisième lecture – Chelichi

Loth quitte Abram

5 Loth, lui aussi, eu égard au fait qu’il accompagnait Abram, possédait du menu et du gros bétail et des tentes.

6 Le pays, c’est-à-dire les pâturages entre Beth El et Aï, ne pouvait pas subvenir à leur vie en commun, car leurs possessions étaient immenses au point qu’ils ne pouvaient pas demeurer ensemble.

7 En raison du manque de pâturages, les bergers de Loth commencèrent de faire paître leurs troupeaux dans des champs privés. Il y eut une querelle entre les bergers du bétail d’Abram et les bergers du bétail de Loth : les bergers d’Abram accusèrent les bergers de Loth de vol, ce à quoi ces derniers répliquèrent que le pays appartenait de droit à Loth puisque Dieu l’avait promis à Abram, lequel n’avait d’autre héritier que lui. Leur argument était cependant fallacieux, car les Cananéens (c’est-à-dire certains des peuples issus de Canaan) et les Perézéens (un peuple non cananéen) étaient alors établis dans le pays et Abram ne l’avait pas encore acquis.17 Néanmoins, Abram ne parvint pas à convaincre Loth que son argument était erroné et que ses bergers ne devaient pas laisser paître leurs troupeaux dans des champs privés. Bien qu’il était lui-même très riche, Loth savourait la perspective d’hériter également de la richesse d’Abram.

8 Abram dit à Loth : « Qu’il n’y ait donc pas de rivalité entre moi et toi, et entre mes bergers et tes bergers. Après tout, nous sommes parents. Nous nous ressemblons assez pour être pris pour des frères.

9 Regarde, le pays tout entier est devant toi. Sépare-toi donc de moi. Si tu vas à gauche, j’irai à droite, et si tu vas à droite, j’irai à gauche ; c’est-à-dire : si tu vas au nord, j’irai au sud ; si tu vas au sud,18 j’irai au nord. En outre, où que tu ailles, je demeurerai assez près de toi pour te venir en aide si jamais tu es en danger. »

10 Loth leva les yeux et il vit toute la plaine du Jourdain, qui était bien irriguée. Avant que l’Éternel ne détruise Sodome et Gomorrhe,19 elle était couverte d’arbres comme le jardin de l’Éternel, et luxuriante de végétation comme le pays d’Égypte, et elle s’étendait jusqu’à la ville de Béla, qui serait plus tard connue sous le nom de Tsoar.20 Mais Loth vit également que les habitants de la région se permettaient différents comportements licencieux. Comme Loth commençait à trouver les règles de stricte moralité d’Abram trop rigoureuses, il trouva séduisantes les conduites relâchées et amorales de cette région.

Loth choisit les villes de la plaine

11 Loth se choisit toute la plaine du Jourdain. Néanmoins, comme il était gêné de montrer à Abram qu’il avait choisi de vivre au milieu de gens immoraux, Loth voyagea depuis l’est afin de donner à Abram l’impression qu’il se dirigeait dans une autre direction, et c’est seulement lorsqu’il fut hors de sa vue qu’il bifurqua vers l’est et se rendit dans la plaine du Jourdain.21 Ainsi, ils se séparèrent l’un de l’autre. Le voyage de Loth avait également un caractère idéologique dans la mesure où il n’admettait plus rien d’Abram ou de son Dieu, et il était plus qu’heureux de prendre ses distances des deux.

12 Abram s’établit dans le pays de Canaan et Loth s’établit dans les villes de la plaine du Jourdain, et il planta des tentes pour ses bergers sur l’étendue de la plaine jusqu’à Sodome.

13 Loth ne recula pas devant le fait de s’établir dans ces villes, même si les habitants de Sodome et leurs voisins étaient mauvais, en se livrant à l’immoralité, et péchaient en faisant également un usage immoral de ce qu’ils possédaient. Ils péchaient délibérément à l’extrême envers Dieu afin de l’irriter.

Dieu renouvelle Sa promesse

14 Depuis le moment où Loth commença d’éprouver du ressentiment envers Abram et son Dieu et de se rebeller contre les deux, Dieu s’abstint de communiquer avec Abram. Mais après que Loth se fut séparé de lui et que la présence préjudiciable de Loth eut cessé d’être une gêne, Dieu communiqua à nouveau avec Abram pour lui réaffirmer Sa promesse de lui accorder une descendance et démentir l’idée que Loth serait son héritier. L’Éternel dit à Abram : « Lève donc tes yeux et regarde, depuis l’endroit où tu te trouves, au nord, au sud, à l’est et à l’ouest.

15 Car tout le pays que tu vois – c’est-à-dire Canaan22 –, c’est à toi que Je le donnerai, ainsi qu’à ta descendance, pour l’éternité.

16 Je rendrai ta descendance nombreuse comme la poussière de la terre, de sorte que, si une personne peut compter les particules de poussière de la terre entière, on pourra également compter ta descendance.

17 Afin de délimiter le pays23 et pour que tu aies le sentiment d’en être le propriétaire,24 lève-toi et parcours le pays en long et en large, car c’est à toi que Je le donnerai dans l’avenir. »

18 Abram ne parcourut cependant pas le pays immédiatement, mais25 il planta ses tentes et vint s’établir dans les plaines de Mamré l’Amoréen, à Hébron. Là-bas, à titre de reconnaissance pour avoir commencé à s’établir de façon permanente dans le pays, et comme action de grâce pour les bénédictions supplémentaires que Dieu lui avait données, il édifia un troisième autel à l’Éternel et y offrit un sacrifice.26 Il se fit des alliés en les personnes de Mamré et ses deux frères, Aner et Echkol.27

Quatrième lecture – Revii

14:1 En dépit de son désir d’indépendance, Loth finit par devoir recourir à l’aide d’Abram. Cela, à l’époque d’Amrafel – autrement dit Nimrod28roi de Chinear, Ario’h roi d’Elassar, Kedorlaomer roi d’Elam et Tidal roi de Goyim (signifiant « [de nombreuses] nations », car c’était une ville cosmopolite).

La guerre des rois

2 En l’année 1996, immédiatement après la dispersion qui suivit l’épisode de la Tour de Babel, ils formèrent une alliance conduite par Kedorlaomer et firent la guerre à Bèra roi de Sodome, à Bircha roi de Gomorrhe, à Chineav roi d’Adma, à Cheméver roi de Tsevoyim et au roi de Béla, qui est Tsoar, et les vainquirent.

3 Tous ceux-ci s’étaient rassemblés à la vallée de Sidim (« [nombreux] champs »), qui par la suite, comme le Jourdain et d’autres cours d’eau s’y jetèrent, devint la mer Morte.

4 Durant douze ans (1996–2008), les cinq rois de la plaine avaient servi Kedorlaomer et ses alliés, et durant treize ans (2009–2022) ils s’étaient rebellés.

5 Au cours de la 14e année de leur rébellion (2023, l’année même où Abram et Loth arrivèrent en Canaan et au cours de laquelle se déroulèrent les événements relatés plus haut), Kedorlaomer et les trois autres rois qui étaient avec lui vinrent pour mater la rébellion. Sur leur route, ils battirent les Rephaïm à Achterot Karnayim,29 les exterminant tous à l’exception de Og, le seul géant qui avait survécu au Déluge et qui avait par la suite rétabli la race des géants.30 Après cette défaite, Og rétablit encore une race de géants surnaturels. Après avoir vaincu les Rephaïm, l’alliance des quatre rois vainquit les Zouzim (appelés plus tard Zamzoumim31 ) à Ham, et les Eimim,32 à Chavé Kiryatayim.

6 Ils battirent également les Horéens dans leur montagne de Seïr jusqu’à la plaine d’Eil Parane, qui est à la lisière du désert. Cependant, ils n’exterminèrent pas les Horéens, de sorte que ces derniers reprirent le contrôle du mont Seïr après la défaite de Kedorlaomer et de ses alliés.33

7 Puis ils revinrent et arrivèrent à Ein Michpat (« le puits du jugement »), une source au bord de laquelle les habitants de cette contrée se rassemblaient pour tenir leurs séances juridiques, qui est également connue sous le nom de Kadech.34 Ils attaquèrent tout le territoire appelé à être occupé par la suite par les Amalécites, ainsi que les Amoréens qui vivaient à ‘Hatsatsone Tamar, appelé plus tard Ein Guedi.35

8 Le roi de Sodome sortit avec le roi de Gomorrhe, le roi d’Adma, le roi de Tsevoyim et le roi de Béla qui est Tsoar, et ils leur livrèrent combat dans la vallée de Sidim

9 contre Kedorlaomer roi d’Elam, Tidal roi de Goyim, Amrafel roi de Chinear et Ario’h roi d’Elassar – quatre rois contre cinq. Bien que les quatre rois étaient en sous-nombre, ils gagnèrent la bataille.

10 La vallée de Sidim était parsemée de fosses d’argile, qui fournissaient les habitants de la plaine en argile pour la construction. Lorsque les rois de Sodome et de Gomorrhe s’enfuirent, ils tombèrent dans le bourbier d’argile. Le roi de Sodome réchappa miraculeusement du puits dans lequel il était tombé ; le résultat fut que les sceptiques qui avaient auparavant douté de la survie miraculeuse d’Abram à la fournaise de Nimrod crurent désormais que de tels miracles étaient possibles. Les autres survivants s’enfuirent dans les montagnes.

11 Les quatre rois s’emparèrent de tous les biens des habitants de Sodome et Gomorrhe et de toutes leurs provisions, et partirent.

Loth est capturé

12 En partant, ils capturèrent également Loth, le neveu d’Abram, et tous ses biens, car il habitait Sodome. En choisissant de se séparer de Dieu, Loth perdit Sa protection.

13 Og,36 le seul survivant de la bataille qui avait opposé les quatre rois et les Rephaïm,37 vint dire à Abram, l’Hébreu [Ivri, « celui qui vient de l’autre côté », autrement dit qui était venu de l’est, la rive opposée de l’Euphrate], qui demeurait dans les plaines de Mamré l’Amoréen, frère d’Echkol et frère d’Aner, qui étaient les alliés d’Abram. Og escomptait qu’Abram serait tué en tentant de sauver Loth et qu’il pourrait ainsi épouser Saraï. Lorsqu’Abram entendit que son parent avait été fait prisonnier, il arma son premier serviteur et plus fidèle disciple, Eliézer, et le mit à la tête de ses 318 disciples natifs de sa maison.38 Bien que les quatre rois s’étaient montrés invincibles en affrontant les cinq rois de la Plaine, Abram n’hésita pas à leur livrer bataille. Il donna l’ordre à ses alliés – Aner, Echkol et Mamré – de demeurer sur place et de garder ses tentes.39 Il se lança à leur poursuite jusqu’à Dane, où il entrevit par prophétie que ses descendants érigeraient publiquement une idole pour rivaliser avec le Temple de Jérusalem ;40 cette vision affligeante le diminua, et il dut faire halte pour se reposer. Lui et ses serviteurs se déployèrent afin de poursuivre les quatre rois au cas où ils fuiraient dans plusieurs directions. Ils continuèrent de les poursuivre jusqu’à la nuit, et Abram attaqua avant minuit. Bien qu’il ne possédait là que 318 combattants, la stratégie d’Abram et les prouesses militaires d’Eliézer leur assurèrent une victoire miraculeuse. Ensuite, comme on l’a vu, Abram les poursuivit, mais seulement jusqu’à Dane – également connue sous le nom de ‘Hova [« culpabilité », au titre de l’idolâtrie appelée à être y pratiquée dans le futur] –, qui est située au nord de Damas. Il reprit tous ses biens, ainsi que Loth son parent avec ses biens, ainsi que les femmes et le reste du peuple.

17 Au retour d’Abram de sa victoire sur Kedorlaomer et sur les rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome sortit à sa rencontre à la Vallée Ouverte, une plaine dépouillée d’arbres et de ce qui pouvait faire obstacle à son parcours, qui était le domaine de loisirs du roi de Sodome. Les rescapés de la guerre y proclamèrent Abram leur roi de façon unanime.

18 Chem, le fils de Noé – également connu sous le nom de Malki-Tsedek (« mon roi [enseigne] la rectitude ») roi de Salem –, vint à la Vallée Ouverte et sortit du pain et du vin ; tel était l’usage pour saluer ceux qui revenaient du combat. En outre, c’était pour Malki-Tsedek une façon de montrer à Abram qu’il ne lui portait pas rancune d’avoir tué ses descendants, les Elamites,41 et de lui indiquer que sa propre descendance était appelée à apporter des offrandes de blé et des offrandes de vin à Dieu à l’endroit de cette ville, la future Jérusalem. Malki-Tsedek, en plus d’être roi, était un prêtre au Dieu suprême.

19 Il bénit Abram et dit : « Béni soit Abram de par le Dieu suprême, à qui appartiennent les cieux et la terre.

20 Et béni soit le Dieu suprême, qui a livré tes ennemis dans ta main» Abram donna alors à Malki-Tsedek la dîme de tout ce qu’il possédait, accomplissant ainsi le devoir que fait la Torah de donner aux prêtres le dixième du produit agraire.42 Cependant, tandis que la Torah n’exige que de donner un dixième de certaines récoltes, Abram alla au-delà de la lettre de la loi et donna à Malki-Tsedek le dixième de tout ce qu’il possédait.43

Cinquième lecture – ‘Hamichi

21 Le présent d’Abram à Malki-Tsedek ne comprenait rien des objets dont les quatre rois s’étaient emparés et qu’il avait rapportés, car il ne les considérait pas comme lui appartenant.44 À propos de ces objets, le roi de Sodome dit à Abram : « Donne-moi le peuple de mon royaume, que tu as secouru ; et les biens que tu as récupérés, prends-les pour toi. Ce sera ma rétribution pour le fait que tu sois venu à mon secours. »

22 Abram dit au roi de Sodome : « J’ai levé ma main et juré à l’Éternel, le Dieu suprême, à qui appartiennent les cieux et la terre,

23 que je ne conserverai pas même un fil ni une lanière de sandales des biens récupérés ! Je ne prendrai rien que tu m’offres de ce qui est à toi à titre de paiement, de sorte que tu ne puisses dire : “C’est moi qui ai enrichi Abram.” Dieu a promis de me rendre riche ;45 je ne m’en remets qu’à Sa promesse.

24 Cela, en dehors de ce qu’ont mangé les jeunes gens, de la part qui revient aux hommes qui m’ont accompagné dans la bataille, ainsi que de ce qui est dû à Aner, Echkol et Mamré, qui ne m’ont pas accompagné au combat mais sont restés garder le camp. Eux prendront leur part. »

La promesse de la postérité

15:1 Abram exprima sa crainte que cette victoire miraculeuse au combat constitue son entière rétribution pour les mérites accumulés par lui et remplace ainsi les autres rétributions que Dieu lui avait auparavant promises, à savoir la postérité et le Pays d’Israël. Celles-ci lui étaient nécessaires pour poursuivre sa mission de diffuser la conscience du divin.46 Il craignait également d’être puni pour avoir tué. Aussi, après ces mots47 prononcés par Abram, la parole de l’Éternel fut adressée à Abram dans une vision disant : « Ne crains pas d’être puni, Abram ; Je suis un bouclier pour toi contre Mon attribut de justice. Pour ce qui est de ta rétribution, ne crains pas qu’elle t’ait déjà été payée dans toute sa mesure ; ta rétribution sera encore très importante. »

2 Abram dit : « Éternel Dieu, que me donnerais-Tu, alors que je suis sans enfant, et du fait que je n’ai pas de fils, l’intendant de ma maison est Eliézer de Damas ? Il est vrai que c’est un disciple de valeur : il m’a très efficacement aidé à poursuivre les quatre rois, et lui seul parmi tous mes disciples48 est dévoué à ma cause au point de m’aider à diffuser mes enseignements.49 Néanmoins, il n’est pas mon fils. »

3 Abram poursuivit : « Voici que Tu ne m’as pas donné de descendance, et d’après l’astrologie je vois que je suis destiné à ne jamais enfanter !50 Alors, à quoi bon tout ce que Tu m’as donné d’autre ? Eliézer, un simple membre de ma maison, va hériter de moi ! »

4 Et voici que la parole de l’Éternel vint à lui en disant : « Celui-ci n’héritera pas de toi ! C’est seulement celui qui sortira de tes entrailles qui héritera de toi»

5 Et Il le fit sortir à l’extérieur de sa tente et dit : « Regarde donc vers les cieux et compte les étoiles – si tu peux les compter ! » Et il lui dit : « Ainsi seront tes descendants : ils seront si nombreux que tu ne seras pas en mesure de les compter.51 Et n’accorde aucun crédit à tes calculs astrologiques. Je vais changer ton nom ainsi que le nom de ta femme, et cela changera ton destin. En outre, si tu es attaché à Moi, cela changera ce qui est déterminé pour toi dans les cieux. » Afin de le lui prouver, Il le transporta miraculeusement en dehors de la sphère céleste et lui dit : « Tu es plus haut que les cieux et tu dois les regarder d’en haut et non d’en bas ! »

6 Abram eut foi en l’Éternel, et ne Lui demanda aucun signe prouvant qu’Il tiendrait sa promesse. Dieu le lui tint pour un mérite. Par la suite, Dieu ferait de cette foi spontanée un trait de caractère inné chez les descendants d’Abram. C’est ainsi que leur foi dans les promesses de Dieu ne serait pas considérée comme une attitude vertueuse issue du libre arbitre, comme ce fut le cas pour Abram.52

Sixième lecture – Chichi

7 En réalité, Abram avait bien demandé à Dieu un signe concernant Sa promesse de lui donner le Pays d’Israël. Lorsqu’il se trouva dans le Pays d’Israël pour la première fois, le 15 Nissane de l’année 2018,53 Dieu apparut à Abram et lui dit : « Je suis l’Éternel qui t’a fait sortir d’Our Kasdim afin de te donner ce pays en héritage»

8 « Éternel Dieurépondit Abram –, comment (par quel signe) saurai-je que j’en hériterai ? Et par quel mérite mes descendants s’en rendront-ils dignes ? »

L’alliance entre les parts

9 Et Il lui dit : « Par le mérite des sacrifices expiatoires54 qu’ils m’offriront dans le cadre du maintien permanent de leur relation à Moi. Afin d’exprimer ce mérite de façon concrète, prends-Moi trois génisses, trois chèvres, trois béliers, une tourterelle et une jeune colombe. Égorge le bétail et fends les bêtes en deux. Ensuite, marche entre les moitiés et J’enverrai un feu qui passera entre elles. Cela marquera le fait que Je suis tenu par une alliance intangible qui me fera donner le pays à ta postérité. »

10 Suivant les instructions données par Dieu, Abram les lui apporta tous ; il égorgea les bêtes, il les fendit par le milieu et il plaça chaque moitié en regard de l’autre. Mais les oiseaux, il ne les fendit pas.

11 Les oiseaux de proie s’abattirent sur les dépouilles, et Abram les chassa.

12 Il advint que, le soleil étant sur le point de décliner, une torpeur s’abattit sur Abram et voici qu’une sombre et immense angoisse le saisit, pressentiment prophétique des horreurs de l’exil que ses descendants étaient appelés à endurer.

13 Et Dieu dit à Abram, pour expliquer cette angoisse : « Sache bien que tes descendants seront étrangers dans un pays qui n’est pas le leur, et qu’ils y seront asservis et qu’on les y opprimera durant quatre cents ans. Les souffrances de l’exil les purifieront et les ennobliront, de sorte qu’ils seront en mesure de ressentir et d’apprécier la sainteté de la Terre promise.55 Ces quatre cents ans commenceront dès que ton premier descendant, ton fils, sera né, car même à présent en Canaan tu es considéré comme un résident étranger.56 Ton petit-fils et ses enfants seront bien exilés dans un autre pays, et quatre cents ans exactement après la naissance de ton fils, tes descendants quitteront ce pays. » Le fils d’Abraham, Isaac, naquit le 15 Nissane 2048, et la sortie d’Égypte eut lieu le 15 Nissane 2448.

14 « Lorsqu’ils quitteront ce pays, la nation qu’ils serviront, Je la jugerai pour les avoir cruellement oppressés. Je lui infligerai dix plaies accablantes. Ensuite, ils partiront avec une grande richesse.

15 Quant à toi, tu ne vivras pas pour voir tout cela ; avant que ces événements ne se produisent, tu rejoindras tes ancêtres dans l’au-delà en paix, car, comme tu le sais,57 ton père Téra’h n’est plus un idolâtre et sera assuré d’avoir une place dans l’au-delà. Et tu seras enseveli après avoir vécu une vieillesse heureuse, autrement dit tu vivras assez pour voir tes enfants et tes petits-enfants demeurer fidèles à tes idéaux. » De fait, bien que le fils d’Abram, Ichmael, fut mauvais pendant une grande partie de sa vie,58 il se repentit avant la mort d’Abram.59 De même, Ésaü, le petit-fils d’Abram, ne prit un mauvais chemin qu’après la mort de son grand-père.60

16 « La quatrième génération après l’exil de ton petit-fils dans un autre pays reviendra ici, car ce n’est pas avant ce moment que le péché des Amoréens – la première nation dont ils conquerront le territoire61aura atteint toute sa mesure, et que les Amoréens auront accumulé assez de fautes pour mériter d’être dépossédés par tes descendants.”

17 Après avoir fait part à Abram du futur exil de ses descendants, Dieu scella l’alliance, comme Il l’avait promis. Il advint que le soleil se coucha et qu’une profonde obscurité se fit ; et voici qu’une fournaise fumante et un éclair de feu passèrent entre ces morceaux d’animaux.

18 En ce jour, après avoir fait passer la fournaise et l’éclair de feu entre les moitiés d’animaux, l’Éternel contracta une alliance avec Abram en disant : « C’est à ta descendance que J’ai donné ce pays, depuis la rivière d’Égypte [Wadi el Arich] jusqu’à l’Euphrate, lequel, marquant désormais l’une des frontières de la Terre promise, peut être appelé “le grand fleuve”.

19 Cette Terre promise comprenait les territoires des Kenites, des Kenizites, des Kadmonites – qui dans le futur seront occupés respectivement par les Ammonites, les Moabites et les Edomites62 –,

20 des Hittites, des Perézéens, une partie du territoire actuellement occupé par les Rephaïm,63

21 les territoires des Amoréens, des Cananéens, des Guirgachéens et des Jébuséens. » Je donnerai les sept derniers pays à tes descendants dès qu’ils reviendront de leur premier exil. Lors du futur messianique, ils prendront aussi possession des trois premiers pays.64 En tout état de cause, ils n’acquerront la propriété légale du pays que lorsqu’ils y pénétreront et le conquerront.65

Saraï et Agar

16:1 Cependant, Saraï, l’épouse d’Abram, ne lui avait pas donné d’enfant. Elle avait une servante égyptienne nommée Agar.66

2 Saraï dit à Abram : « Voici que l’Éternel m’a empêchée de donner naissance à des enfants par lesquels je puisse me perpétuer après que ma vie en ce monde se termine ; mon essence est ainsi susceptible de disparaître de ce monde. Aussi, approche ma servante, prends-la pour concubine et aie avec elle des relations maritales ; peut-être qu’à travers le mérite de t’avoir partagé avec elle, je vais enfanter moi-même et ainsi m’édifier comme une matriarche dont l’essence sera perpétuée. » Abram comprit que Saraï s’exprimait de façon prophétique ; aussi tint-il compte de la voix de Saraï.

3 Abram et Saraï savaient que la Torah requiert d’un homme ayant été marié pendant dix ans et n’ayant pas enfanté de prendre une autre épouse afin d’avoir des enfants avec elle. Bien qu’ils fussent mariés depuis un certain nombre d’années avant cet épisode, Dieu ne promit une descendance à Abram et à Saraï que lorsqu’Il leur ordonna de se rendre en Canaan. Aussi comprirent-ils qu’ils ne devaient décompter ces dix années qu’à partir de ce moment. Ainsi, ce n’est qu’en l’année 2033, au bout de dix ans de séjour d’Abram dans le pays de Canaan, qu’ils décidèrent du plan suivant : sa femme Saraï convainquit Agar l’égyptienne, sa servante, d’épouser Abram en lui expliquant qu’elle aurait beaucoup de chance d’avoir des relations avec un homme qui avait tant sanctifié sa personne physique. C’est ainsi qu’elle la donna à Abram son époux comme seconde femme.

4 Il eut des relations maritales avec elle et elle conçut immédiatement. Lorsqu’Agar vit qu’elle était enceinte, elle regarda sa maîtresse avec dédain. Elle se convainquit que Saraï était une hypocrite, car si elle était aussi vertueuse qu’elle en donnait l’impression, pour quelle raison Dieu ne l’avait-Il pas bénie, elle, par des enfants, comme Il avait béni Agar dès sa première relation conjugale avec Abram ?

5 Lorsque Saraï entendit les paroles d’Agar, elle dit à Abram : « Je n’en veux pas à Agar de nourrir de telles pensées ; c’est toi qui es à blâmer pour mon outrage et qui mérites d’en être puni ! Lorsque tu as imploré Dieu pour avoir des enfants,67 tu n’as prié que pour toi au lieu de prier pour nous deux, alors que nous formons un couple ! En outre, tu vois que c’est moi qui, par altruisme, ai mis ma servante contre ton sein, et à présent qu’elle constate sa grossesse, elle me considère avec dédain et cependant tu ne l’admonestes pas ! Que l’Éternel juge entre moi et toi ! » Elle se tourna ensuite vers Agar et dit : « Quant à tes accusations envers moi, que l’Éternel juge entre moi et toi ! », suite à quoi Agar perdit l’enfant qu’elle portait.

6 Abram répondit à Saraï : « Voici, le destin de ta servante est entre tes mains. Fais-lui ce que bon te semble» Saraï la traita durement, lui assignant un lourd labeur afin de briser son ego. Aussi, Agar s’enfuit de chez elle et partit dans le désert.

7 Un ange de l’Éternel la trouva à côté d’une source d’eau dans le désert, à proximité de la source sur la route de Chour.68 Agar avait l’habitude de voir des anges dans la tente d’Abram ; aussi ne fut-elle pas effrayée.

8 Il dit : « Agar, servante de Saraï ! D’où viens-tu, et où vas-tu ? » Il va de soi que l’ange savait d’où venait Agar, mais sa question avait pour but d’engager la conversation avec elle et la retenir. Elle répondit : « C’est de Saraï, ma maîtresse, que je m’enfuis»

9 Un deuxième ange de l’Éternel apparut et lui dit : « Retourne auprès de ta maîtresse et soumets-toi à son autorité»

10 Un troisième ange de l’Éternel apparut et lui dit : « Je multiplierai considérablement ta descendance, qui ne pourra être comptée tant elle sera nombreuse»

Ichmael

11 Un quatrième ange de l’Éternel apparut et lui dit : « Tu vas de nouveau concevoir et donner naissance à un fils, et tu le nommeras Ichmael, car l’Éternel [autrement dit Dieu (El)] a entendu [chama] ton cri de douleur.

12 Il sera un homme sauvage qui aimera chasser dans le désert ; il sera voleur ; ainsi, sa main se portera sur tous, et alors tous le haïront et porteront la main sur lui pour l’attaquer. Cependant, sa postérité sera nombreuse ; aussi, il résidera auprès de tous ses descendants. »69

13 Agar donna un nouveau nom à l’Éternel, qui lui avait parlé à travers ces anges, en disant : « Tu es le Dieu de la vision, qui voit tout mais ne peut être vu, et qui a considéré avec miséricorde mon humiliation ! » Car dit-elle : « Aurais-je seulement osé penser avoir pu voir des anges ici aussi, par moi-même, après avoir vu dans la tente d’Abram qu’il faut être très vertueux pour mériter un tel privilège ? Certainement pas ! Je dois à la miséricorde de Dieu qu’Il m’ait envoyé ces anges. » La déclaration d’Agar prouva qu’elle s’était repentie de s’être auparavant montrée hautaine, et qu’elle avait ainsi acquis le droit de retourner au foyer d’Abram.

14 C’est ainsi que le puits fut appelé Beer La’Haï Roï [« le puits ou un (ange) vivant apparut »]. Il est situé entre Kadech et Bered, autrement dit Chour.70

15 Agar conçut à nouveau et enfanta un fils à Abram. Bien qu’Agar ne dit jamais à Abram que l’ange lui avait enjoint de donner un nom précis à l’enfant, Abram, investi de l’inspiration divine, donna le nom Ichmael à son fils, qu’Agar avait mis au monde.

16 Abram était âgé de 86 ans quand Agar enfanta Ichmael à Abram dans l’année 2034.

L’alliance de la circoncision

17:1 Le 12 Nissane 2047,71 lorsqu’Abram fut âgé de 99 ans, l’Éternel apparut à Abram à nouveau, cette fois-ci afin de le préparer à concevoir un enfant à travers Saraï. Il lui fit savoir qu’Il était sur le point de lui donner le commandement de la circoncision. Abram exprima sa crainte que ses semblables ne soient découragés de rejoindre son mouvement religieux en le voyant se différencier d’eux de cette façon. Aussi, Dieu dit : « Je suis le Dieu Tout-Puissant. Je peux assumer les éventuelles répercussions, tu n’as donc pas à t’inquiéter. Marche dans Mes voies et tout ira pour le mieux. Et, en outre, sois intègre – c’est-à-dire sans le moindre défaut – en marchant dans Mes voies :72 surmonte l’épreuve à laquelle Je vais te confronter tout comme tu as surmonté les épreuves que Je t’ai fait traverser jusqu’à présent, et continue à surmonter mes futures épreuves.

2 J’établirai Mon alliance entre Moi et toi pour t’aimer et, par le mérite de ton observance du commandement de la circoncision, pour te donner la Terre promise, et Je te multiplierai considérablement»

3 Comme il le faisait toujours lorsque Dieu s’adressait à lui avant d’être circoncis, Abram tomba contre sa face. Dans la mesure où l’organe procréateur incirconcis atteste un manque de contrôle sur les pulsions érotiques, il n’avait pas l’endurance spirituelle nécessaire à soutenir la révélation divine. Dieu lui parla en disant :

Abram devient Abraham

4 « Quant à Moi, ceci est Mon alliance avec toi : tu seras le père d’une multitude de nations.

5 Ton nom ne s’énoncera plus73 Abram, qui signifie “le père – autrement dit celui qui règne – sur Aram.74 Mais, comme Je te l’ai dit, Je vais insérer la lettre dans ton nom, et ainsi ton nom sera Abraham [Avraham], car Je t’ai fait le père d’une multitude [av hamone] de nations. Cependant, ton nom conservera la lettre rech, qui fait allusion à Aram, pour attester que ta transformation ne diminuera en rien ton précédent statut de souverain d’Aram.

6 Je te ferai fructifier considérablement : outre la nation qui sera issue d’Ichmael, Je ne ferai pas seulement de toi une autre nation à partir du fils qui t’a été promis, mais Je ferai de toi deux autres nations issues de tes petits-fils, les Edomites et les Juifs. Les rois de ces nations seront également issus de toi.

Septième lecture – Chevii

7 Je vais également établir un autre aspect de Mon alliance entre Moi et toi et ta descendance après toi pour leurs générations, en alliance éternelle : tes descendants demeureront fidèles à la mission divine que tu leur transmettras. Je serai ainsi en mesure d’être un Dieu pour toi et aussi pour ta descendance après toi.75

8 Et Je te donnerai, ainsi qu’à ta descendance après toi, le pays de tes séjours, tout le pays de Canaan, en héritage éternel, et ici, dans ce pays, Je serai pour eux un Dieu. Mais Je ne manifesterai pas ouvertement cette relation particulière à ceux de tes descendants qui vivront en dehors de la Terre promise. »

9 Dieu dit encore à Abraham : « Quant à toi, ton devoir à toi dans le cadre de cette relation est que tu observeras Mon alliance, ainsi que ta descendance après toi à travers leurs générations. À savoir :

10 ceci est Mon alliance que vous observerez entre Moi et vous, autrement dit tous ceux qui sont présents dans ton foyer, et ta descendance après toi : que tout mâle d’entre vous soit circoncis.

11 Vous circoncirez la chair de votre prépuce, et ce sera le signe de l’alliance entre Moi et vous.

12 À travers vos générations, chaque mâle d’entre vous devra être circoncis à l’âge de huit jours, y compris tous mâle natif d’une servante non juive, qu’il ait été conçu lorsqu’elle était déjà la propriété du foyer ou qu’il ait été acquis par l’argent – de tout étranger qui n’est pas de ta descendance – en même temps que sa mère non juive lorsqu’elle était enceinte de lui.

13 En revanche, tout mâle né dans ton foyer d’une femme non juive qui elle-même n’a pas été acquise comme servante mais pour que ses enfants soient des serviteurs (ou bien sans l’intention d’effectuer une conversion partielle qui ferait d’elle une servante76 ), et tout mâle non juif acquis par ton argent comme serviteur après qu’il soit né, sera dûment circoncis immédiatement lors de l’achat, qu’il soit âgé de plus ou de moins de huit jours. Mon alliance sera ainsi dans votre chair en alliance éternelle.

14 Et le mâle incirconcis, dont le prépuce n’aura pas été circoncis avant d’atteindre sa maturité légale, cette âme sera retranchée de son peuple : il mourra prématurément et sans enfant, car il aura enfreint Mon alliance»

Saraï devient Sarah

15 Dieu dit à Abraham : « Quant à Saraï, ton épouse, tu ne l’appelleras plus du nom de Saraï, qui signifie “ma princesse” – celle qui règne uniquement sur mon royaume – car Sarah, qui signifie “princesse”, sans restriction, est son nom. Comme toi, elle sera la mère de nombreuses nations. Contrairement à toi, cependant, Je vais retirer de son nom la lettre qui n’est pas liée à sa nouvelle signification. Dans ton cas, le fait que tu demeures le souverain d’Aram ne limite pas ta grandeur ; dans son cas, cependant, “ma princesse” implique qu’elle est seulement “ma princesse”. Aussi, Je dois retirer la lettre youd de son nom, mais dans le futur Je l’ajouterai au nom d’un autre chef du peuple juif.77

16 Je la bénirai en lui restituant sa jeunesse, et Je te donnerai aussi un fils par elle. Je la bénirai également par une abondante lactation.78 Elle s’épanouira en nations ; des souverains de peuples seront issus d’elle»

17 Abraham tomba contre sa face de joie et rit de joie, se disant intérieurement : « Il est vrai que les précédentes générations procréaient à un tel âge. Mais de nos jours, si ce n’était par Dieu, un enfant naîtrait-il a un centenaire ?! Et Sarah enfanterait-elle à 90 ans ?! »

Isaac et Ichmael

18 Et Abraham dit à Dieu : « Je ne suis pas digne d’un tel miracle. Je serais déjà heureux si seulement Ichmael pouvait vivre dans la crainte de Toi et me succéder ! »

19 Dieu dit : « Cependant, Sarah t’engendrera bien un fils, et tu le nommeras Isaac [Yits’hak – “rira”]. Et bien qu’il semble que J’aie établi Mon alliance avec tous tes descendants,79 y compris la descendance d’Ichmael et tous les autres enfants que tu pourras engendrer avec des femmes autres que Sarah,80 J’affirme ici clairement que J’établirai Mon alliance uniquement avec lui, Isaac, en une alliance éternelle pour sa descendance après lui.

20 Quant à Ichmael, Je t’ai entendu : Je l’ai béni, et Je le ferai fructifier et le multiplierai considérablement. Il donnera naissance à douze princes, et Je ferai de lui une grande nation. Cependant, ces douze princes ne jouiront que d’une grandeur éphémère,

21 car J’établirai Mon alliance avec Isaac, que tu concevras après ta circoncision, et qui ainsi sera saint lorsque Sarah te l’enfantera à cette même époque l’année prochaine. Seuls les descendants d’Isaac auront le devoir de se circoncire, et tout comme J’ai promis de multiplier les descendants d’Ichmael, Je multiplierai encore davantage ceux d’Isaac. »

22 Dieu se tenait directement « au-dessus » d’Abraham quand Il communiquait avec lui, car Abraham s’effaçait tant devant Dieu qu’il était un véritable véhicule (un « chariot ») pour la révélation de la Présence de Dieu ici-bas. Ainsi, lorsqu’Il eut finit de lui parler, la Présence de Dieu remonta d’« au-dessus » d’Abraham.

Abraham se circoncit lui-même et son foyer

23 Abraham se concerta avec ses alliés, les trois frères Amoréens – Aner, Echkol et Mamré81 –, quant à sa circoncision. Aner lui dit : « Tu as presque cent ans. Pourquoi t’infligerais-tu encore une douleur ? » Echkol lui dit : « Pourquoi voudrais-tu te rendre identifiable par tes ennemis ? » Mais Mamré lui dit : « Dieu t’a protégé de la fournaise ardente, de la famine et lors de ta guerre contre les rois. Comment pourrais-tu ne pas Lui obéir à présent ? »82 Abraham prit alors Ichmael son fils, ainsi que tous les natifs de sa maison et tous ceux qu’il avait acquis pour de l’argent – à savoir tous les mâles parmi les gens de la maison d’Abraham – et il circoncit la chair de leurs prépuces en ce jour même où Dieu lui en avait donné le commandement, ainsi que Dieu le lui avait dit. Il effectua les circoncisions au grand jour, sans craindre ni les païens ni les railleurs, afin que personne ne puisse affirmer qu’il l’aurait empêché de pratiquer la circoncision s’il l’avait vu la faire.

MAFTIR

24 Après les avoir tous circoncis, il se circoncit lui-même.83 Abraham était âgé de 99 ans lorsque la chair de son prépuce fut circoncise. Lorsqu’il était sur le point de se circoncire, il pensa soudain ne pas être capable de tenir le couteau fermement du fait de son âge avancé ; aussi, ce fut Dieu qui maintint sa main.

25 Ichmael son fils avait seulement 13 ans lorsque la chair de son prépuce fut circoncise. Ichmael eut le mérite de ne rien objecter à sa circoncision.84

26 En ce même jour où Abraham eut 99 ans et Ichmael 13 ans, Abraham fut circoncis ainsi que son fils Ichmael,

27 et tous les gens de sa maison, natifs du foyer et acquis par l’argent chez l’étranger, furent circoncis avec lui.