Eloul est le 12ème et dernier des mois du calendrier juif. C’est le mois qui relie l’année écoulée à l’année à venir – une période où nous réfléchissons à notre situation et à notre devenir.

On l’appelle « le mois de la repentance », « le mois de la miséricorde » et « le mois du pardon ». Eloul suit en effet les deux mois de Tamouz et de Av, marqués par des calamités suscitées par nos péchés. En Tamouz, les Juifs ont péché avec le Veau d’or. Le jour de Roch ‘Hodech Eloul, Moïse monta au mont Sinaï pour une troisième période de 40 jours jusqu’à Yom Kippour, lorsqu’il descendit avec les secondes Tables (lou’hot) et la promesse de D.ieu d’un pardon joyeux et de plein cœur. (La première période de 40 jours fut lorsque Moïse monta pour recevoir les premières Tables, la seconde fut lorsqu’il implora le pardon de D.ieu suite à la faute du Veau d’or, et, à la troisième, il remonta pour recevoir les secondes Tables.) En ces jours, D.ieu manifesta au peuple juif une grande miséricorde. Depuis lors, cette période est désignée comme un temps de miséricorde et de pardon, un moment opportun pour la téchouva, le repentir.

Les quatre lettres du nom אלול – Eloul sont l’acronyme de l’expression du Cantique des Cantiques (6,3) : אֲנִי לְדוֹדִי וְדוֹדִי לִי – « Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi. » « Je suis à mon bien-aimé » signifie que nous nous approchons de D.ieu avec le désir de revenir et de nous connecter à Lui. « Et mon bien-aimé est pour moi » : D.ieu répond à travers la manifestation de Sa miséricorde et de Son pardon.

C’est le mois pendant lequel « le Roi est dans le champ ».

D.ieu, le roi de tous les rois, est accessible. Tous peuvent s’approcher de Lui, et Il fait rayonner Son visage vers chacun.