Au cœur de l'idée de Machia'h se trouve le concept de Yé'hidah. On sait1 à ce propos, que David incarnait le degré de Néfèche, le Prophète Élie, celui de Roua'h, Moïse, celui de Nechamah, et Adam celui de 'Hayah. Quant au Machia'h, il possédera le degré de Yé'hidah.2

La qualité supérieure distinctive de la Yé'hidah par rapport aux quatre degrés de NRNH [sigle de Néfèche, Roua'h, Nechamah, 'Hayah (ce sigle sera dorénavant employé pour désigner ces quatre degrés)] (dans le contexte de ces cinq degrés tels qu'ils ont investi chaque âme)3, est que les quatre catégories de NRNH constituent chacune un degré particulier de l'âme, alors que la Yé'hidah en est l'essence même, laquelle transcende tous les aspects particuliers, ainsi du reste que le nom Yé'hidah (« Seule, Unique ») le suggère.

Il convient également de préciser que bien que les quatre degrés de NRNH soient dérivés de la Yé'hidah – l'essence de l'âme –, celle-ci ne saurait être considérée comme source ou contexte général de ces degrés particuliers. Car le terme même de Yé'hidah induit l'idée d'absolu et d'unité non composite, excluant tout rapport avec une ramification quelle qu'elle soit, même la relation de source à dérivé (ainsi que le montre la différence entre les termes Ya'hid – Unique –, et E'had – Un).4La Yé'hidah est plutôt la quintessence de l'âme, et c'est d'elle que sont issues les quatre catégories de NRNH.

Ainsi, de même que la Yé'hidah de chaque âme constitue son point quintessentiel, le degré de Yé'hidah constitue la quintessence (et le vecteur de vie) de tout le processus de création des Mondes [Hichtalchelouth].5 Cette dernière catégorie de Yé'hidah de l'univers entier (qui caractérise le Machia'h) définit la force de vie qui transcende toute limite conférée par la « forme ». Et c'est de ce point originel que toutes les formes particulières – que sont les NRNH de l'univers –, dérivent.

Car l'essence de toute force de vie n'est jamais circonscrite [et ne répond à aucun critère]. Elle n'est pas seulement illimitée au sens où elle est éternelle, et n'est pas sujette aux mutations liées au temps – car c'est là la caractéristique de toute essence –, mais elle est également illimitée dans la teneur de ce qu'elle véhicule. Elle n'est que perfection et absolu. C'est pourquoi lorsque le degré de Yé'hidah sera révélé dans les mondes et que ceux-ci seront imprégnés de cette essence de vie, ils atteindront à la perfection et à l'intégrité véritables.

(C'est là l'une des raisons pour lesquelles la vie sera éternelle dans le Monde Futur.)6 Au temps présent en effet, du fait que le monde ne perçoit qu'une émanation de l'essence de vie, la mort est présente, car ce qui procède d'une émanation – contrairement à l'essence –, peut être sujet au changement jusqu'à cesser d'être où être détruit. Aux Temps Futurs en revanche c'est essence de la vie qui prévaudra, et l'essence est immuable.