La flamme divine de votre âme

De nombreux sages juifs se sont penchés sur la nature du miracle de ‘Hanouka. La plupart expliquent que le miracle affecta l’huile de la Ménorah. Selon certains elle changea de nature pour devenir huit fois plus dense et brûler huit fois plus lentement. Selon d’autres elle brûlait normalement, mais il apparaissait une nouvelle huile dans les godets de la Ménorah chaque matin. Selon d’autres encore, de l’huile était créée à l’intérieur de l’huile, de sorte que les godets ne se vidaient pas.

Le Rabbi de Loubavitch propose une autre approche : le miracle ne toucha pas l’huile, mais le feu.

Comme les Maccabim révélèrent le feu de leur âme, livrant des années durant, avec une abnégation supra-rationnelle, une guerre qui se voulait perdue d’avance, D.ieu les récompensa en substituant au feu de la Ménorah « Son feu », le feu du Ciel, ce même feu qui s’était révélé à Moïse dans le buisson ardent, qui brûlait sans pour autant se consumer. Ainsi, l’huile brûlait bel et bien dans la Ménorah, de manière tout à fait naturelle, mais elle ne se consumait pas. Mariage du miracle et de l’ordinaire, du surnaturel et de la nature.

Là est le message de ‘Hanouka : l’attachement indéfectible à D.ieu, l’engagement sans concessions dans la pratique des commandements, la spiritualité absolue de la Torah, tout cela révèle en notre âme le « feu divin ». N’est-il pas écrit « la bougie de D.ieu est l’âme de l’homme » (Proverbes 20, 27) ?

Toutefois ce feu brûle mais ne consume pas. Il éclaire mais ne détruit pas. Il réchauffe mais ne réduit pas en cendres.

Le Juif qui vit la Torah peut être passionné, exalté, transcendé, mais nullement retiré du monde, tant cette existence n’est pas contradictoire avec une vie humaine pleinement investie dans la vie de la cité et les enjeux de la société, et active au sein du monde pour le rendre meilleur à chaque instant, action par action, personne par personne.

Puissiez-vous avoir un joyeux ‘Hanouka, et puissent les forces que cette fête révèle nous accompagner toute l’année, pour que la lumière de notre âme nous aide à distinguer la vérité divine au sein de chaque chose, même dans les ténèbres les plus épaisses.

Chabbat chalom !


Emmanuel Mergui
au nom de l’équipe éditoriale de Chabad.org