Une “fête” non méritée

Rabbi Yossef Its’hak Schneerson, le précédent Rabbi de Loubavitch, raconta :

Le saint Rabbi Israël de Rouzhine (1797-1851) rejetait tout sentiment de tristesse, et même d’amertume. Ainsi, ses ‘hassidim se livraient à toutes sortes de facéties le 9 Av (afin d’atténuer la tristesse du jour), et ils se lançaient des bardanes. Ils conçurent une fois la farce suivante : ils pratiquèrent une ouverture dans le plafond de la salle d’étude et en firent descendre un gros nœud coulant qui traînait au sol. Quand quelqu’un pénétrait dans la salle d’étude, ils tiraient sur la corde, le nœud enserrait alors la victime qui se retrouvait hissée au plafond.

Mais il arriva que le Rabbi de Rouzhine lui-même entrât dans la salle d’étude. Ceux qui étaient sur le toit ne pouvaient pas voir clairement de qui il s’agissait, alors ils le tirèrent vers le haut. À leur grande consternation, ils virent qu’ils avaient piégé leur Rabbi ! Dès qu’ils le reconnurent, ils s’empressèrent de le faire redescendre.

Le Rabbi de Rouzhine s’exclama alors : « Maître de l’Univers ! Si Tes enfants n’observent pas correctement Ta “fête”, retire-la-leur ! »

* * *

Puissions-nous mériter que, tout comme ce Chabbat repousse le deuil et l’affliction de ce 9 Av au lendemain, Machia’h vienne le repousser éternellement, et que nous nous retrouvions avec la seule joie qui est l’âme profonde et cachée de ce jour.


Emmanuel Mergui
au nom de l’équipe éditoriale de Chabad.org