Le but de la richesse

La paracha de cette semaine nous parle du Tabernacle qui fut le premier sanctuaire, avant le Temple de Jérusalem. Une importante quantité d’or, d’argent et de pierres précieuses fut employée pour sa construction et pour la confection de ses ustensiles. Ces ressources provenaient du trésor que les Juifs emportèrent d’Égypte en réparation pour leur longue servitude. D.ieu avait en effet promis à Abraham qu’après leur esclavage, ses enfants quitteraient leur pays de captivité birekhoush gadol, avec une grande richesse.

Les possessions ne sont cependant pas une fin en soi. Une personne dont la vie est centrée sur la richesse devient l’esclave de ses biens et se retrouve alors dans une Égypte de sa propre fabrication.

Dans la paracha de cette semaine, toutefois, la finalité des choses se précise : nous prenons l’or et l’argent récupérés en Égypte et en faisons un Michkane, une demeure pour D.ieu.

Comme la Torah est éternelle et s’adresse à tous, il y a ici un message clair pour chacun d’entre nous : D.ieu nous accorde des possessions matérielles et nous les transformons en réceptacle de la présence divine.

Quand D.ieu nous accorde une maison, nous la remplissons d’étude de la Torah, de célébration du Chabbat et d’invités les jours de fête. Les murs de pierre deviennent alors une demeure pour D.ieu.

Quand D.ieu nous accorde la richesse, nous l’utilisons pour la charité sous toutes ses formes. Les efforts que nous investissons dans notre métier deviennent alors des efforts au bénéfice des pauvres, de l’étude de la Torah et de sa diffusion auprès de ceux qui en ont soif, mais qui ne savent pas encore que c’est ce qui leur manque. Notre activité quotidienne dans le monde du travail devient alors un véhicule pour la volonté de D.ieu.

Quand D.ieu nous accorde sagesse et connaissance, nous les utilisons pour enseigner la Torah, à nous-mêmes, à nos familles et autour de nous. Notre esprit humain devient alors un lieu de résidence pour l’esprit divin.

Quand D.ieu nous accorde charisme et sociabilité, nous les utilisons pour inspirer nos semblables à développer leur attachement à D.ieu, et nous organisons une communauté pour faire ce qui est bien et ce qui est saint. Nous faisons alors de la rencontre de nos âmes un réseau d’énergie divine.

Comme l’a dit le Maguid de Mézeritch : « D.ieu nous donne du matériel pour que nous le rendions divin. ».