D.ieu dit : « Faisons l’Homme à Notre image, d’après Notre ressemblance. Qu’ils règnent sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les êtres rampants qui se meuvent sur la terre. » D.ieu créa l’Homme à Son image ;  c’est à l'image de D.ieu qu’Il le créa ; mâle et femelle, Il les créa.

— Genèse 1,26-27

Telles sont les chroniques des cieux et de la terre, lorsqu'ils furent créés, le jour où l’Éternel‑D.ieu fit une terre et un ciel. Or, toute la végétation des champs n’était pas encore sur la terre, et toute l’herbe des champs  ne poussait pas encore ; car l’Éternel‑D.ieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et d’homme, il n’y en avait pas pour cultiver la terre. Mais une vapeur s’élevait de la terre, et humectait toute la surface du sol. L’Éternel‑D.ieu façonna l’homme – poussière issue de la terre – et Il insuffla dans ses narines l’âme de la vie, et l’homme devint une âme vivante.

— Genèse 2,4-7

Comme vous pouvez certainement l’imaginer, il existe une multitude de façons de comprendre ces versets où chaque mot est chargé de sens. La clé ici est que l’homme a été créé une fois, mais on nous en parle deux fois : l’une dans le cadre des Six Jours de la Création, puis encore une fois. Pourquoi cela ?

Rabbénou Bé’hayé explique que chacun de ces récits traite d’un aspect totalement différent de l’homme. Le premier traite d’un animal appelé « homme » et le second du reflet de D.ieu appelé « homme ».

Le récit du chapitre un suit la création du reste du monde et parle de l’homme qui fut créé après tous les autres animaux. Cet homme est comme les autres éléments de la création, juste un peu meilleur. Son but est de vivre et de prospérer aux commandes de la planète. D.ieu a dit à cet homme : « Croissez et multipliez […] et régnez sur les poissons de la mer et sur les oiseaux du ciel et sur toutes les bêtes qui marchent sur la terre. » (Genèse 1, 28)

D’autre part, la création du chapitre deux traite de l’âme divine de l’homme, quelque chose qui est tout à fait au-dessus et au-delà du reste de la création. Au sujet de cette âme, nous lisons : « ... et Il insuffla dans ses narines l’âme de la vie, et l’homme devint une âme vivante. » (Genèse 2, 7)