Avez-vous allumé des réverbères récemment ?

La lecture de la Torah de cette semaine évoque l’allumage quotidien du candélabre d’or à sept branches dans le Sanctuaire par Aharon le Grand Prêtre.

Le roi Salomon écrit : « L’âme de l’homme est la lampe de D.ieu ». Tout comme une flamme monte constamment vers le haut, l’âme de l’homme cherche constamment à s’élever. L’allumage de la Ménorah par Aharon symbolisait la tâche de tous les Juifs qui est d’« allumer » les âmes des Juifs. La leur comme celles des autres.

Il fut une fois demandé au Rabbi Chalom Dov Ber de Loubavitch : « Qu’est-ce qu’un hassid ? », ce à quoi il répondit : « Un ‘Hassid est un “allumeur de réverbères”. » À l’époque de Rabbi Chalom Dov Ber, un préposé muni d’une longue perche parcourait les rues et allumait tour à tour les réverbères qui fonctionnaient au gaz. Les lampes étaient prêtes, mais elles avaient besoin d’être allumées. Rabbi Chalom Dov Ber voulait dire qu’un ‘Hassid est celui qui sort dans la rue, trouve les « lampes » les âmes juives qui ont besoin d’être allumées, et les allume avec la beauté, la chaleur et la lumière de la Torah et des mitsvot.

Chaque Juif peut être un allumeur de réverbères, car cela correspond à sa nature profonde. Il incombe à chaque Juif de rechercher d’autres Juifs dont les âmes sont prêtes mais ne sont pas encore enflammées par le feu du judaïsme. Et il est certain qu’à travers cela rien ne sera diminué de la propre flamme de « l’allumeur de réverbères ». Car, comme nous le savons tous, le fait d’allumer une bougie au moyen d’une autre ne diminue en rien la flamme de celle-ci. Au contraire, lorsque deux flammes brûlent ensemble, elles brûlent encore plus fort et la probabilité que l’une d’entre elles ne s’éteigne s’affaiblit d’autant.

Allons de flamme en flamme jusqu’à ce que toute la Ménorah du peuple juif soit fièrement allumée, et illuminons ensemble les ténèbres de l’exil.

Chabbat Chalom !


Emmanuel Mergui
au nom de l’équipe éditoriale de Chabad.org