La mitsva d’allumer les bougies de Chabbat incombe à tous les membres de la famille. Mais c’est la femme de la maison, qui est le pilier du foyer, qui l’accomplit concrètement. S’il n’y a pas de femme dans la maison, ou si celle-ci est incapable d’allumer, il revient alors à l’homme d’allumer.

Une ancienne coutume veut que toutes les femmes de la maison, y compris les jeunes filles et les petites filles à partir de l’âge où elles peuvent comprendre l’importance de la mitsva et dire la bénédiction (soit environ trois ans), allument leur propre bougie également. Ces dernières années, cette coutume a été relancée et est aujourd’hui une pratique courante dans de nombreux foyers juifs. « Nous vivons à une époque qui est souvent marquée par l’obscurité, de sorte que chaque mitsva ajoute une lumière indispensable » a déclaré le Rabbi de Loubavitch.