1) Si pour une quelconque raison, la bédika n’a pu être effectuée la nuit du 14 Nissan, il faudra la faire le lendemain matin, le plus tôt étant le mieux. Elle sera faite à la lumière d’une bougie, précédée de la bénédiction « al biour ‘hamets ». On dira aussi la formule du bitoul avant la sixième heure. Tout ce qui est interdit – étude, travail, repas – avant la bédika de la nuit du 14 reste interdit le jour.

2) Si l’on se rappelle, à partir de la sixième heure, on fera la bédika sans la formule du bitoul. En effet, à ce moment, il nous devient interdit de profiter du ‘hamets. Ce dernier ne nous appartenant plus, nous ne sommes plus en mesure de l’annuler.

3) La ha’hsadra (loggia) sera vérifiée à la lumière du soleil.

4) Si la bédika n’a pas été effectuée avant Pessa’h, on devra la faire pendant Pessa’h à la lumière d’une bougie, même pendant la journée et même si l’on a déjà dit la formule du bitoul.

5) Cette bédika pendant Pessa’h sera précédée de la bénédiction.

6) Le Choul’hane Aroukh HaRav pense qu’on pourra l’accomplir même les jours de Yom Tov. Dans ce cas, si on trouve du ‘hamets, on le recouvrira afin de ne pas être amené à le manger par oubli. A la sortie de Yom Tov, on le brûlera.

Certaines autorités pensent qu’il ne faut pas faire la bédika les jours de Yom Tov, mais seulement ceux de ‘Hol Hamoed. Pour ceux qui procèdent à la vente de tout leur ‘hamets, il est conseillé de ne pas faire la bédika les jours de Yom Tov. En effet, ce ‘hamets ne nous appartient pas. On le fera donc à ‘Hol Hamoed.

7) Le Chabbat de ‘Hol Hamoed, tous les avis s’accordent pour interdire la bédika.

8) Remarque importante : si l’on a procédé à la vente du ‘hamets et que l’on en trouve pendant Pessa’h, il ne faudra pas le brûler car il ne nous appartient pas. On l’entreposera dans les endroits prévus pour le ‘hamets vendu.