1) Tous les trous dans les murs qui sont à portée de mains seront vérifiés s’ils peuvent être utilisés. S’ils sont trop petits pour avoir une quelconque utilisation, il ne sera pas nécessaire de les vérifier.

2) Tous les trous qui ne sont pas à portée de mains n’auront pas besoin d’être vérifiés sauf si on sait qu’on y a mis du ‘hamets.

3) S’il y a des enfants dans la maison, dans tous les cas, on vérifiera les trous.

4) Dans les interstices du plancher de la maison, on nettoiera tous les endroits accessibles par la main, ce qui implique qu’il n’y a pas obligation de démonter le plancher. Et ceci même si l’on sait qu’il y a du ‘hamets en dessous. Dans ce cas, on se contentera du bitoul (formule d’annulation).

5) S’il y a un grand trou dans le mur, on nettoiera jusqu'à l’endroit le plus loin possible que la main puisse atteindre. Et même s’il reste du ‘hamets au-delà, on se contentera du bitoul.

6) S’il y a un trou dans un mur mitoyen avec la maison d’un non-juif, on ne fera pas la bédika, même si l’on est sûr qu’il y a du ‘hamets. On se contentera du bitoul.  Cependant, certains décisionnaires pensent que de nos jours il faut quand même faire la bédika.

7) Si un tas de pierres recouvre du ‘hamets et que ce tas a une hauteur inférieure à 3 téfa’him (24 cm) on devra en extraire le ‘hamets pour le brûler, au besoin en utilisant pelle et pioche. Si l’on ne l’a pas fait, il sera interdit de le consommer et même d’en tirer tout profit. Et ceci même si l’on a fait le bitoul.

8) Si le tas de pierres a une hauteur de plus que 3 téfa’him, il n’y a pas obligation d’en retirer le ‘hamets. On se contentera de faire le bitoul. Ce bitoul est impératif, car si l’on ne l’a pas fait, il faudra extraire et brûler ce ‘hamets.