Le premier jour du mois de Nissan, deux semaines avant la sortie d'Égypte, D.ieu dit à Moïse et à Aaron :

Ce mois sera pour vous le commencement des mois ; il sera le premier mois de l'année pour vous.

Parlez à toute la communauté d'Israël en disant : « Le dixième jour de ce mois, que chaque homme prenne un agneau pour sa maison paternelle, un agneau par maison ; et vous le tiendrez en réserve jusqu'au quatorzième jour de ce mois ; et toute l'assemblée de la communauté d'Israël l'immolera vers le crépuscule.

Et ils prendront du sang et en mettront sur les deux poteaux et sur le linteau des maisons dans lesquelles ils le mangeront. Et ils mangeront la viande cette nuit-là, rôtie au feu, et du pain sans levain ; avec des herbes amères ils le mangeront... Et vous n'en laisserez rien jusqu'au matin ; mais ce qu'il en restera jusqu'au matin vous le brûlerez au feu.

Et voici comment vous le mangerez : la ceinture aux reins, les chaussures aux pieds, et le bâton dans la main ; et vous le mangerez à la hâte – c'est la pâque du Seigneur.

Et quand Je verrai le sang, Je passerai par-dessus vous, et il n'y aura pas sur vous de plaie pour vous détruire quand Je frapperai le pays d'Égypte. Et ce jour sera pour vous un jour mémorable et vous le célébrerez comme fête pour le Seigneur, à travers toutes vos générations.

Sept jours durant, vous mangerez du pain sans levain et vous ferez disparaître tout le levain de vos maisons. Et alors quand vos enfants vous diront : “Quelle est la signification de ce rite ?” Vous direz : “C'est le sacrifice de Pessa'h pour D.ieu qui a passé au-dessus des maisons des enfants d'Israël en Égypte quand Il a frappé les Égyptiens et qu'Il a épargné nos maisons.” »

Moïse répéta tout cela aux enfants d'Israël, et ils firent ce que D.ieu leur avait ordonné par l'intermédiaire de Moïse et d'Aaron.

Minuit du quatorze au quinze Nissan arriva, et D.ieu frappa tous les premiers-nés dans le pays d'Égypte, depuis le premier-né du roi Pharaon jusqu'au premier-né du captif au fond de la geôle, et tous les premiers-nés des animaux, exactement comme Moïse l'avait annoncé. Il y eut une lamentation bruyante et amère, car dans chaque maison gisait un être aimé, frappé à mort. Alors, Pharaon appela Moïse et Aaron cette nuit même et leur dit : « Allez, partez du milieu de mon peuple, et vous et les enfants d'Israël ; et allez adorer le Seigneur comme vous l'avez dit ; et prenez votre petit et votre gros bétail, comme vous l'avez dit, et partez, et bénissez-moi aussi ». À la fin, par conséquent, l'orgueil du roi opiniâtre fut brisé.

Cependant, les Hébreux s'étaient préparés pour leur départ en hâte. Le cœur battant, ils s'étaient assemblés en groupe pour manger l'agneau de Pessa'h. Ils se tenaient debout au repas de minuit, vêtus comme on le leur avait ordonné. Les femmes avaient sorti des fours les pains non levés, que l'on mangeait avec la viande de l'agneau rôti.

Le soleil s'était déjà levé au-dessus de l'horizon, quand, sur un mot d'ordre, toute la nation des Hébreux se répandit dans la fraîcheur du calme matin oriental. Mais leur excitation et le danger eux-mêmes ne leur firent pas oublier la promesse faite par leurs ancêtres à Joseph, et ils emportèrent ses restes avec eux, pour les enterrer plus tard dans la Terre Promise.

Ainsi, les enfants d'Israël furent libérés du joug de leurs oppresseurs le quinzième jour de Nissan, l'année 2448 de la création du monde. Ils étaient 600 000 hommes au-dessus de vingt ans qui, avec leurs femmes et enfants, et leurs troupeaux, franchirent les frontières de l'Égypte en peuple libre. Beaucoup d'Égyptiens et de non-Israélites se joignirent aux enfants d'Israël triomphants, espérant partager leur avenir glorieux.

Les enfants d'Israël ne quittèrent pas l'Égypte les mains vides. En plus de ce qui leur appartenait personnellement, les Égyptiens terrifiés leur avaient fait don d'objets précieux en or et en argent et de vêtements, faisant ainsi effort pour hâter leur départ. Ainsi, D.ieu accomplissait dans ses moindres détails la promesse qu'il avait faite à Abraham que ses descendants quitteraient leur pays d'exil avec de grandes richesses.

Pour guider le peuple juif dans son voyage durant le jour, il y avait une colonne de nuée, et la nuit il y avait une colonne de feu qui les éclairait. Ces messagers divins non seulement guidaient les enfants d'Israël sur le chemin qu'ils devaient prendre, mais encore vidaient le chemin devant eux, le rendant à la fois facile et sûr.