Question

Une ancienne coutume veut que les premiers-nés juifs jeûnent la veille de Pessa’h [lire pourquoi ici] jusqu’à ce qu’ils participent à un siyoum [l’achèvement de l’étude d’un traité de Talmud] ou à une autre joyeuse célébration de mitsva. Il est de coutume d’organiser un siyoum dans les synagogues après l’office du matin pour permettre aux premiers-nés de manger pour le reste de cette journée très chargée.

La plupart des synagogues étant actuellement fermées et les communautés confinées, comment un premier-né doit-il procéder cette année ?

Réponse

Étudier le Talmud : La meilleure idée serait que chaque premier-né étudie un traité de Talmud, en gardant l’étude des dernières pour le matin de la veille de Pessa’h. Aucun minyane n’est requis et la récitation du kaddish n’est pas requise.

Pratiquement parlant, le traité Tamid [qui traite de la routine quotidienne dans le Temple] est assez court et facile à apprendre [il est principalement composé de Michna, mais contient également de la Guémara]. Si vous n’êtes pas très à l’aise en hébreu/araméen, vous pouvez l’étudier dans une traduction en français, ou suivre un cours en ligne.

Notez également que l’on peut faire un siyoum après avoir étudié une section du Michné Torah de Maïmonide, étude qui peut être faite en français.

Étudier la Michna : Si cela est hors de votre portée, dans les circonstances actuelles, il est possible de s’appuyer sur les avis rabbiniques selon lesquels l’achèvement de l’étude d’un traité de Michna justifie la célébration d’un siyoum. Un traité populaire est Pirkei Avot (Éthique des Pères), que vous pouvez étudier en ligne.

Notez qu’il ne suffit pas de lire les mots. Vous devez réellement comprendre ce que vous lisez, ce qui est cependant tout à fait accessible avec la pléthore d’aides à l’étude disponibles de nos jours.

Par téléphone ou Internet : Bien que ce ne soit certainement pas idéal, si vous ne pouvez pas étudier un traité (et qu’aucun membre de la famille ne peut le faire pour vous), nos conseillers rabbiniques ont statué que vous pouvez assister à un siyoum par téléphone ou diffusé sur Internet, puis interrompre votre jeûne.

En vous souhaitant un Pessa’h casher, joyeux et en bonne santé !