Obtenez le meilleur du contenu de Chabad.org chaque semaine!
Trouvez les réponses à de fascinantes questions sur la vie juive et le judaïsme, profitez de conseils et de guides pour les fêtes, lisez des histoires vraies, et plus encore!
ב"ה

La Mitsva du jour

Day 259: Commandement positif 225; Commandement négatif 296, 292

Montrer le texte en :

Commandement positif n°225

C'est le commandement selon lequel nous devons obliger un meurtrier involontaire à quitter sa ville et à aller habiter dans une ville de refuge, comme il est dit : "Et il demeurera là-bas jusqu'à la mort du Grand Prêtre ". Le Sifri précise ce qui suit : "Il n'en sortira jamais, car il est dit : "là-bas, là-bas sera son lieu d'habitation, là-bas il mourra, là-bas il sera enterré".

Les dispositions relatives à ce commandement ont été expliquées dans le Traité Makkoth.

Commandement négatif n°296

Il est interdit d'accepter de rançon offerte pour l'auteur d'un homicide par négligence dans le but de le dispenser de l'exil [dans une ville de refuge]; au contraire, il doit subir l'exil dans tous les cas. Cette prohibition est énoncée en ces termes : "Vous n'accepterez pas non plus de rançon pour dispenser de l'exil dans la ville de refuge..."

Les dispositions relatives à ce commandement ont été exposées dans Makkoth.

Commandement négatif n°292

Il est interdit d'exécuter un criminel, au moment où il a déjà accompli sous nos yeux une transgression passible de la peine de mort, avant de l'avoir fait passer en jugement. Au contraire, il doit faire l'objet d'un procès et des témoins seront entendus par le Tribunal. Il faut nous contenter de faire notre déposition et laisser au tribunal le soin de juger quelle sanction il y a lieu de prononcer contre lui. Cette prohibition est ainsi formulée dans la Torah : "...afin que le meurtrier ne meure point avant d'avoir comparu devant l'assemblée pour être jugé".

La Mekhilta s'exprime ainsi : "On pourrait penser que [les témoins] ont le droit de l'exécuter puisqu'il a tué ou commis adultère. C'est la raison pour laquelle la Torah précise : ...afin que le meurtrier ne meure point avant d'avoir comparu..." Même si ce sont tous les membres du Grand Sanhédrin qui l'ont vu commettre le meurtre, ils deviennent tous témoins [et non pas juges] et c'est devant un autre tribunal qu'ils font leur déposition, cet autre tribunal étant seul compétent pour prononcer la condamnation à mort. La Mekhilta poursuit ailleurs "Dans l'hypothèse où les membres d'une assemblée ont vu une personne tuer un homme, on pourrait penser qu'ils ont le droit de le mettre à mort avant même qu'il ait été déféré à un [autre] tribunal. C'est pourquoi la Torah précise : ...afin que le meurtrier ne meure point avant d'avoir comparu devant l'assemblée pour être jugé".

La Paracha
Parachat Tsav
Cette page en d'autres langues