Entrez votre adresse email pour recevoir notre email hebdomadaire avec un contenu frais, excitant et fascinant qui enrichira votre boîte de réception et votre vie.

La Mitsva du jour

Commandement négatif 144, 108

Montrer le texte en :

Commandement négatif n°144

Il nous est interdit de consommer la chair du premier-né, lorsqu'il est sans défaut, en dehors de Jérusalem. C'est tiré du verset : "Tu ne pourras pas consommer dans tes villes... les premiers-nés de ton gros [ni de ton menu] bétail". A ce sujet, le Sifri s'exprime ainsi : "...les premiers-nés : il s'agit des premiers-nés au sens strict de ce terme... et l'objet de ce texte est de nous enseigner qu'un profane qui consomme un premier-né sans défaut, que ce soit avant comme après l'aspersion du sang, enfreint un commandement négatif.

Tu vois donc ainsi clairement que cette interdiction englobe deux sujets : la prohibition pour un profane de consommer un premier-né sans défaut [même à Jérusalem] et celle pour le prêtre de le consommer en dehors de Jérusalem, les deux constituant la loi relative au premier-né sans défaut.

Celui qui transgresse cette interdiction est passible de la bastonnade.

Commandement négatif n°108

C'est l'interdiction qui nous a été faite de racheter le premier-né du bétail pur, car il est dit : "Mais le premier-né de la vache, ni celui de la brebis, ni celui de la chèvre, tu ne peux les libérer : ils sont saints". Mais, il est permis de les vendre, ainsi que c'est expliqué dans le Traité Bekhoroth.

Le Sifra s'exprime ainsi : "Au sujet du premier-né, il dit : Tu ne peux le libérer, mais il peut être vendu".

La Paracha
Parachat Béchala'h
Cette page en d'autres langues