Entrez votre adresse email pour recevoir notre email hebdomadaire avec un contenu frais, excitant et fascinant qui enrichira votre boîte de réception et votre vie.

La Mitsva du jour

Commandement négatif 117, 119, 118; Commandement positif 53, 52

Montrer le texte en :

Commandement négatif n°117

C'est l'interdiction qui nous a été faite de laisser aucune viande quelconque du Korban Pessa’h jusqu'au matin, c'est-à-dire jusqu'au matin du quinze [Nissan], car il est dit : "Vous n'en laisserez rien pour le matin".

Nous avons déjà expliqué que cette interdiction constitue un commandement négatif juxtaposé à un commandement positif, car la Torah a dit : "Ce qui en serait resté jusqu'au matin, consumez-le par le feu". Dans la Mekhilta, nos Maîtres disent : "Ce qui en resterait : la Torah vient nous donner un commandement positif après avoir formulé un commandement négatif et nous enseigne ainsi que [celui qui le transgresse] n'est pas puni de bastonnade.

Commandement négatif n°119

Il nous est interdit également de garder la viande du deuxième Korban Pessa’h jusqu'au matin, car il est dit : "Il n'en laisseront rien pour le lendemain". Ce précepte est aussi juxtaposé à ce commandement positif, comme celui relatif au premier [Korban Pessa’h].

Commandement négatif n°118

Il nous est interdit de garder de la viande de la 'Haguiga offerte le quatorze Nissan jusqu'au troisième jour, ainsi que c'est expliqué dans le chapitre 6 de Pessa'him; au contraire, on la mangera au cours des deux jours précédents car il est dit : "Qu'il ne reste rien, le matin, de la chair du sacrifice offert le soir du premier jour".

La Tradition nous explique à propos de ce verset : "Qu'il ne reste rien de la chair du sacrifice : il s'agit de la 'Haguiga apportée en plus du Korban Pessa’h, au sujet de laquelle la Torah nous a dit qu'elle peut être consommée pendant deux jours. On pourrait croire qu'elle peut être mangée pendant un seul jour; mais quand la Torah précise : le matin, cela veut dire jusqu'au matin du deuxième jour [c'est-à-dire le 16 Nissan]". C'est à propos de cette offrande qu'il est dit : "Tu immoleras le Korban Pessa’h à l'Éternel ton D.ieu, parmi le menu et le gros bétail". On brûlera les restes de cette 'Haguiga offerte le 14 Nissan et qui seront restés jusqu'au troisième jour (le 16 Nissan) car il sont englobés dans la règle générale concernant les restes; par conséquent, il n'y aura pas lieu d'appliquer la bastonnade à celui qui enfreint ce précepte.

Les dispositions relatives à ce commandement, c'est-à-dire l'offrande de la 'Haguiga du 14 Nissan, ont été expliquées dans plusieurs passages du Traité Pessa'him et dans le Traité 'Haguiga.

Commandement positif n°53

Il s'agit du commandement qui nous a été enjoint de nous présenter devant l'Éternel durant les fêtes. Il est tiré du verset suivant, gloire à Celui qui l'a énoncé : "Trois fois, l'an, tous tes mâles paraîtront en présence du Seigneur, ton D.ieu". Le but de ce commandement est que chaque homme, accompagné de tous ceux de ses fils qui peuvent marcher seuls, monte vers le Temple et offre un holocauste. Ce sacrifice est nommé le sacrifice de Présentation [devant l'Éternel]. Nous avons précédemment cité les paroles des Maîtres : "Trois commandements incombent à Israël pendant les fêtes de pèlerinage : célébrer la fête, se présenter devant D.ieu et se réjouir.

Les dispositions relatives à ce commandement ont été expliquées dans le Traité 'Haguiga.

Ce commandement n'incombe pas non plus aux femmes.

Commandement positif n°52

Il s'agit du commandement qui nous a été enjoint de monter vers le Temple trois fois par année, selon le verset, gloire à Celui qui l'a énoncé : "Trois fois l'an, tu célébreras des fêtes en Mon honneur".

La Torah précise clairement que cette montée [vers le Temple] signifie qu'il faut venir en apportant un sacrifice. Ce commandement est répété à maintes reprises dans la Torah. Le Sifri dit à ce sujet : "Trois commandements sont accomplis lors de la fête de pèlerinage, qui sont : célébrer la fête, se présenter devant D.ieu et se réjouir. La Guemara 'Haguiga dit aussi : "Trois commandements incombent à Israël lors d'une fête de pèlerinage : célébrer la fête, se présenter devant D.ieu et se réjouir". Célébrer la fête signifie apporter un sacrifice rémunératoire; il n'est pas obligatoire pour les femmes.

Les dispositions relatives à ce commandement sont expliquées dans le Traité 'Haguiga.

La Paracha
Parachat Béchala'h
Cette page en d'autres langues