ב"ה

La Mitsva du jour

Jour 184: Commandement négatif 144, 108

Montrer le texte en :

Commandement négatif n°144

Il nous est interdit de consommer la chair du premier-né, lorsqu'il est sans défaut, en dehors de Jérusalem. C'est tiré du verset : "Tu ne pourras pas consommer dans tes villes... les premiers-nés de ton gros [ni de ton menu] bétail". A ce sujet, le Sifri s'exprime ainsi : "...les premiers-nés : il s'agit des premiers-nés au sens strict de ce terme... et l'objet de ce texte est de nous enseigner qu'un profane qui consomme un premier-né sans défaut, que ce soit avant comme après l'aspersion du sang, enfreint un commandement négatif.

Tu vois donc ainsi clairement que cette interdiction englobe deux sujets : la prohibition pour un profane de consommer un premier-né sans défaut [même à Jérusalem] et celle pour le prêtre de le consommer en dehors de Jérusalem, les deux constituant la loi relative au premier-né sans défaut.

Celui qui transgresse cette interdiction est passible de la bastonnade.

Commandement négatif n°108

C'est l'interdiction qui nous a été faite de racheter le premier-né du bétail pur, car il est dit : "Mais le premier-né de la vache, ni celui de la brebis, ni celui de la chèvre, tu ne peux les libérer : ils sont saints". Mais, il est permis de les vendre, ainsi que c'est expliqué dans le Traité Bekhoroth.

Le Sifra s'exprime ainsi : "Au sujet du premier-né, il dit : Tu ne peux le libérer, mais il peut être vendu".

La Paracha
Parachat Chémot
Cette page en d'autres langues