Obtenez le meilleur du contenu de Chabad.org chaque semaine!
Trouvez les réponses à de fascinantes questions sur la vie juive et le judaïsme, profitez de conseils et de guides pour les fêtes, lisez des histoires vraies, et plus encore!
ב"ה

Rambam - 1 chapitre par jour

Lois de la maison d’élection: Chapitre trois

Montrer le texte en :

Lois de la maison d’élection : Chapitre Trois

Dessin attribué au Rambam accompagnant un manuscrit de son commentaire sur la Michna. (Notez la disposition inversée des calices ouverts en bas, ainsi que la forme caractéristique en "V".)
Dessin attribué au Rambam accompagnant un manuscrit de son commentaire sur la Michna. (Notez la disposition inversée des calices ouverts en bas, ainsi que la forme caractéristique en "V".)

1. La forme de la Ménorah (Candélabre) est codifiée avec précision par la Torah.

Sa tige centrale portait quatre calices, deux olives et deux vasques, comme il est dit « et sur la Ménorah, quatre calices amygdaloïdes1 ses olives et ses vasques »2. Et encore un troisième vasque près du socle de la Ménorah, ainsi qu’il est dit « jusqu’à sa base, jusqu’à son vasque »3.

2. Elle reposait sur trois pieds. Le fût central portait encore trois autres olives, d’où sortaient les six branches : trois d’un côté, trois de l’autre.

Sur chacune de ces branches, trois calices, une olive et un vasque. Le tout (en or) ciselé avec des motifs aux formes d’amande.

3. Au total, il y a 22 calices, 9 vasques et 11 olives. Tous sont indispensables, et l’absence, même d’un seul, de ces 42 éléments invalide l’ensemble.4

4. De quel cas parlons-nous ? C’est lorsque la Ménorah est faite en or. Pour un autre métal, on ne lui fait ni calices, ni olives et ni vasques.5

De même, la Ménorah en or sera faite tout entière d’un kikar6 d’or y compris ses godets, forgée d’une seule pièce, tandis que pour une Ménorah d’un autre métal, il n’est pas exigé de poids précis, et même si elle est assemblée en tube creux elle est utilisable.

5. On ne doit pas la faire à partir de métal récupéré, qu’elle soit en or ou d’un autre métal.

6. Les pinces, les curettes et les fioles d’huile ne sont pas comprises dans le poids d’un kikar, car il est dit à propos de la Ménorah « en or pur », et le texte poursuit « ses pinces et ses curettes seront en or pur »7. Il n’est pas dit « ses godets seront en or pur  », car ses godets sont une partie fixe du Candélabre et sont inclus dans le poids d’un kikar.

7. Les sept branches du Candélabre sont indispensables, et les sept godets également, que le Candélabre soit en or ou en un autre métal. Tous les godets font partie du corps même des branches.

8. Les six godets fixés aux six branches latérales du Candélabre sont tous tournés vers le godet du milieu sur la tige centrale, lui-même tourné vers le Saint des Saints, et appelé pour cela « la lampe de l’Ouest  ».8

9. Les calices ressemblent à ces verres d’Alexandrie, minces à la base et à larges bords.9

Les olives ressemblent à des pommes de Karote10, ovales comme un oeuf qui aurait les deux bouts arrondis.

Les vasques sont comme ces fleurs sculptées sur les colonnes, à la façon de coupelles à bords éversés.

10. La hauteur du Candélabre était de 18 palmes : les pieds et leur vasque, trois palmes puis deux palmes lisses ; une palme englobant un calice, une olive et un vasque, puis deux palmes lisses ; une palme occupée par une olive dont se dégagent deux branches, une d’un côté, une de l’autre, montant sur toute la hauteur de la Ménorah, puis une palme lisse ; une palme occupée par une olive dont se dégagent deux branches, une d’un côté, une de l’autre, montant sur toute la hauteur de la Ménorah, puis une palme lisse ; une palme occupée par une olive dont se dégagent deux branches, une d’un côté, une de l’autre, montant sur toute la hauteur de la Ménorah, puis deux palmes lisses ; il reste trois palmes comprenant trois calices, une olive et un vasque.11

11. Il y avait une pierre devant le Candélabre, taillée de trois marches, sur laquelle se tenait le Cohen lorsqu’il entretenait les lampes, et sur laquelle il posait la fiole d’huile, les pinces et les curettes durant l’allumage.12

12. La Table mesurait douze palmes de long pour une largeur de six palmes. Elle était posée en longueur dans l’axe du Sanctuaire et sa largeur selon la largeur du Sanctuaire. De même tous les autres éléments du Sanctuaire étaient disposés dans l’axe de la longueur du Temple pour leur plus grande dimension, et en position frontale pour leur largeur, sauf l’Arche rangée dans sa longueur selon la largeur du Temple. De même, les lampes du Candélabre étaient disposées selon la largeur du Sanctuaire, du Nord au Sud.

13. Quatre montants en or entouraient la Table, bifurqués à leur partie supérieure, par lesquels on maintenait les deux rangées de pain de Proposition : deux montants pour une rangée, deux montants pour l’autre rangée. C’est ce que la Torah désigne par « ses montants »13.

14. Il y avait 28 tiges en or, toutes en demi-tube creux, quatorze pour une rangée, quatorze pour l’autre rangée, désignées par la Torah comme « ses supports »14.

Deux coupes destinées à l’encens étaient déposées près des rangées de pain, appelées « ses cuillers ».15

Les moules dans lesquels étaient faits les Pains de Proposition, étaient appelés « les récipients ».16

15. Voici l’usage de ces quatorze tiges : on pose le premier pain sur la Table même, puis entre le premier et le deuxième, trois tiges et ainsi de suite entre chaque pain, trois tiges, et entre le cinquième et le sixième deux tiges seulement, car le sixième n’en supportait pas d’autre17. Il y a donc 14 tiges pour chaque rangée.

16. Deux tables étaient disposées à l’intérieur du Oulam, sur le pas de la porte. L’une en marbre sur laquelle on posait les pains avant de les disposer dans le Kodech18, l’autre en or sur laquelle on les posait en les sortant, et ce parce qu’il ne peut y avoir que progression dans le domaine de la Sainteté, et non régression.19

17. L’Autel des parfums était carré d’une coudée sur une coudée. Il était disposé dans le Heikhal au milieu de l’axe Nord Sud, plus à l’extérieur que la Table et la Ménorah.

Tous trois étaient disposés au-delà du premier tiers du Heikhal, près du rideau séparant le Kodech du Kodech Hakodachim.20

18. Le bassin d’ablutions avait 12 becs, afin que tous les Cohanim affectés au sacrifice quotidien21 puissent s’y sanctifier par les ablutions simultanément. Un réservoir lui était adjoint, pour qu’il y ait toujours de l’eau, qui avait le statut d’un ustensile profane afin que l’eau qui y restait la nuit ne soit pas rendue impropre. Ceci car le bassin étant un des ustensiles saints, il sanctifiait son contenu, et tout ce qui a été sanctifié en étant contenu dans un ustensile sacré devient impropre s’il y reste durant la nuit.22

NOTES
1.

Amygdaloïde: ciselé avec un relief aux formes d'amande. La ponctuation du texte de la Torah laisse entendre que calices, olives et vasques seront ainsi ciselés.

2.

Ex. 25,34.

3.

Nombres 8,4.

4.

Car cette Ménorah ne correspondrait pas à la description précise qu'en donne la Torah.

5.

Par comparaison avec la suite de la phrase "pour un autre métal, il n'est pas exigé", qui laisse entendre que l'on peut cependant s'en tenir au poids d'un kikar, il semble que calices, olives et vasques ne peuvent être faits que pour une Ménorah en or.

6.

Kikar: unité de mesure évaluée à 21,510 kg. pour 1500 Shekel (Achnav Latalmoud), ou à 3000 Shekel qui pèseraient 68,5 kg. selon Tougger (traduction anglaise).

7.

Ex. 25,38. (cette insistance sur "or pur", pour enseigner que les accessoires de la Ménorah ne sont pas inclus dans le kikar d'or nécessaire à sa confection.)

8.

Car le Saint des Saints était à l'ouest du Candélabre.

9.

Soit une forme de tulipe.

10.

Karote: ville.

11.

La largeur de la Ménorah n'est pas mentionnée par Rambam, et est estimée à 12 palmes - ou à neuf selon d'autres.

12.

La quantité d'huile nécessaire à chaque godet était un demi Log, soit 255 ml pour certains.

13.

Ex. 25,29.

14.

Ibid.

15.

Ibid.

16.

Ibid.

17.

Il n'avait donc pas besoin d'être soutenu de façon aussi importante que les précédents.

18.

Le marbre avait été choisi parce que la pierre ne chauffe pas et ne risque pas de provoquer une fermentation des Pains.

19.

Ayant été posés toute la semaine sur la Table d'or du Mikdach, il n'était pas convenable de poser les Pains sur une table de moindre importance.

20.

Ce dernier occupant le tiers du fond du Heikhal, ils se trouvaient dans le tiers du milieu.

21.

Hormis celui qui fait la Che'hitah (l'abbatage rituel), douze prêtres se partageaient l'honneur d'offrir l'holocauste quotidien sur l'Autel (Hilkhot Temidim ouMoussafim, 4, 6).

22.

Ce réservoir peut être compris de deux façons : soit il s'agit d'une citerne de réserve, par laquelle était alimenté le bassin d'ablutions (kiyor) au fur et à mesure des besoins des Cohanim, soit il s'agit d'un bassin inférieur dans lequel le kiyor, mû par une poulie, était immergé pour la nuit.

About the book
Featuring a modern English translation and a commentary that presents a digest of the centuries of Torah scholarship which have been devoted to the study of the Mishneh Torah by Maimonides.
Au sujet de l'éditeur
Moznaim
Moznaim is the publisher of the Nehardaa Shas, a new, state-of-the-art edition of the Talmud and all major commentaries in 20 volumes. Click here to purchase or email the publisher at [email protected]