Entrez votre adresse email pour recevoir notre email hebdomadaire avec un contenu frais, excitant et fascinant qui enrichira votre boîte de réception et votre vie.

Rambam - 3 chapitres par jour

1ère partie, 2ème partie, 3ème partie

Commandements négatifs

1. Le premier des commandements négatifs est de ne pas imaginer qu’il existe une divinité autre que D.ieu, comme il est dit : « tu n’auras pas d’autres dieux devant Moi ».
2. Ne pas fabriquer d’idole – ne pas faire soi-même et ne pas s’en faire faire par autrui – comme il est dit : « Tu ne feras point pour toi d’idole ».
3. Ne pas fabriquer d’idoles, même pour une autre personne, comme il est dit : « des dieux de métal vous ne fabriquerez pas ».
4. Ne pas fabriquer des formes [humaines] en décoration, même si aucun culte ne leur est voué, comme il est dit : « Ne m’associez rien ».
5. Ne pas se prosterner devant une idole, même si son culte n’est pas voué de cette manière, comme il est dit : « tu ne te prosterneras pas devant eux ».
6. Ne pas servir une idole comme son culte lui est voué, comme il est dit : « tu ne les serviras point ».
7. Ne pas offrir son fils à Molekh, comme il est dit : « Tu ne livreras pas ton fils pour le faire passer à Molekh ».
8. Ne pas faire les pratiques associées au ov, comme il est dit : « N’ayez pas recours aux ovot ».
9. Ne pas faire les pratiques du ydoni, comme il est dit : « […] et aux ydonim ».
10. Ne pas s’intéresser aux faux dieux, comme il est dit : « Ne vous tournez point vers les idoles ».
11. Ne pas ériger de stèle [édifice autour duquel on se rassemble pour le culte], comme il est dit : « Et tu n’érigeras pas pour toi de stèle ».
12. Ne pas faire un sol de pierre [pour se prosterner], comme il est dit : « Tu ne feras pas un sol de pierre ».
13. Ne pas planter un arbre dans le Temple, ainsi qu’il est dit : « Tu ne planteras pas d’achera ni tout arbre ».
14. Ne pas jurer sur un faux dieu à ses adorateurs, et ne pas faire jurer ceux-ci sur ces [faux dieux], ainsi qu’il est dit : « le nom des autres dieux, vous ne mentionnerez pas ; qu’il ne soit pas entendu de ta bouche ».
15. Ne pas entraîner [collectivement] les juifs à l’idolâtrie, comme il est dit : « qu’il ne soit pas entendu sur ta bouche » ; ceci est la mise en garde contre celui qui entraîne [les autres à l’idolâtrie].
16. Ne pas séduire [individuellement] un juif à l’idolâtrie. Il est dit, à propos du séducteur : « Que nul ne commette plus [un tel méfait au milieu de vous].
17. Ne pas aimer le séducteur, ainsi qu’il est dit : « toi, n’y accède pas ».
18. Ne pas diminuer la haine portée au séducteur, comme il est dit : « ne l’écoute pas ».
19. Ne pas [essayer de] sauver le séducteur, mais faire en sorte qu’il meurt, comme il est dit : « Tu n’auras pas pitié de lui ».
20. Que la personne séduite ne plaide pas en faveur du séducteur, comme il est dit : « tu n’auras pas de compassion ».
21. Que la personne séduite ne taise aucune charge à retenir contre le séducteur qu’elle connaît, comme il est dit : « et ne dissimule pas ».
22. Ne pas tirer profit des ornements qui ornent les faux dieux, comme il est dit : « Tu ne convoiteras pas l’argent et l’or qui est sur eux ».
23. Ne pas reconstruire une ville dévoyée [à l’idolâtrie] comme auparavant, ainsi qu’il est dit : « elle ne sera plus reconstruite ».
24. Ne pas tirer profit de l’argent d’une ville dévoyée [à l’idolâtrie], comme il est dit : « rien ne s’attachera à ta main ».
25. Ne pas tirer profit des faux dieux, de tous leurs accessoires, et de ce qui leur est offert, et du vin qui leur est offert en libation, comme il est dit : « Tu n’apporteras pas d’abomination ».
26. Ne pas prophétiser au nom [de faux dieux], comme il est dit : « et qui parlera au nom d’autres dieux ».
27. Ne pas faire de fausse prophétie, comme il est dit : « qui volontairement se mettra à parler en Mon Nom, ce que Je ne lui ai pas ordonné ».
28. Ne pas écouter celui qui prophétise au nom des faux dieux, comme il est dit : « tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ».
29. Ne pas s’abstenir de tuer le faux prophète et ne pas le craindre, comme il est dit : « tu n’auras pas peur de lui ».
30. Ne pas suivre les pratiques ou habitudes des païens, comme il est dit : « vous ne suivrez pas les traditions du peuple ».
31. Ne pas pratiquer la divination, comme il est dit : « il ne sera pas trouvé chez toi quelqu’un qui pratique la divination ».
32. Ne pas faire dépendre sa conduite en fonction des astres, comme il est dit : « vous ne vous livrerez pas au présage ».
33. Ne pas se livrer aux augures, comme il est dit : « ne vous livrerez pas aux augures ».
34. Ne pas s’adonner à la sorcellerie, ainsi qu’il st dit : « il ne se trouvera pas parmi toi…un sorcier ».
35. ne pas employer de charmes, comme ile st dit : « ni de charmeur ».
36. Ne pas consulter un ov, ainsi qu’il est dit : « ni de personne qui consulte un ov ».
37. ne pas consulter un ydoni, comme il est dit : « ni de personne qui consulte un ov ou un ydoni ».
38. Ne pas interroger les morts en rêve, comme il est dit : « ni une personne qui consulte les morts ».
39. Qu’une femme ne se pare pas comme un homme, comme il est dit : « il n’y aura pas de vêtement d’homme sur une femme ».
40. Qu’un homme ne se pare pas comme une femme, comme il est dit : « un homme ne portera pas le vêtement d’une femme », car telle est la coutume des païens. Ceci est clairement mentionné dans les livres décrivant leurs cultes.
41. Ne pas se tatouer comme le font les païens, ainsi qu’il est dit : « ne vous imprimez point de tatouage ».
42. Ne pas porter de cha’tnez [vêtement fait d’un mélange de lin et de laine], comme le font les prêtres païens, comme il est dit : « tu ne porteras pas de cha’tnez ».
43. Ne pas se raser les tempes, comme le font les prêtres païens, comme il est dit : « Vous ne vous raserez pas le coin de votre tête ».
44. Ne pas se raser la barbe entièrement, comme le font les païens, comme il est dit : « tu ne détruiras pas le coin de ta barbe ».
45. Ne pas se taillader comme [le font] les païens, ainsi qu’il est dit : « ne vous tailladez point le corps ». Les deux termes employés pour « se taillader » sont équivalents.
46. Ne jamais résider en Egypte, comme il est dit : « vous ne retournerez plus dans ce chemin ».
47. Ne pas s’égarer dans les pensées du cœur et dans la vue des yeux, comme il est dit : « Vous ne vous égarerez pas… »
48. Ne pas passer d’alliance avec les sept peuples, comme il est dit : « Tu ne feras pas d’alliance avec eux ».
49. Ne pas laisser en vie une personne des sept nations, comme il est dit : « Tu ne laisseras pas subsister une âme en vie ».
50. Ne pas montrer de grâce aux païens, comme il est dit : « Tu ne leur montreras pas de grâce ».
51. Ne pas laisser les païens s’établir dans notre terre, comme il est dit : « Ils ne s’établiront pas dans votre pays ».
52. Ne pas se marier avec des non juifs, comme il est dit : « tu ne te marieras pas avec eux ».
53. Qu’une femme juive n’épouse jamais un ammonite ou un moabite [même après sa conversion], comme il est dit : « un ammonite et un moabite n’entreront jamais dans l’assemblée de D.ieu ».
54. Ne pas empêcher la troisième génération de [convertis de la] descendance d’Esaü de [se marier] parmi le peuple, comme il est dit : « tu n’auras pas l’Edomite en abomination ».
55. Ne pas empêcher la troisième génération de [convertis] égyptiens de [se marier] parmi le peuple, comme il est dit : « tu n’auras pas l’Egyptien en abomination ».
56. Ne pas faire d’offre de paix à Amon et Moav au début d’une guerre, contrairement aux autres peuples, comme il est dit : « Tu ne rechercheras pas leur paix et leur bien ».
57. Ne pas détruire les arbres fruitiers ou toute autre chose de valeur, comme il est dit : « ne détruits pas ses arbres ».
58. Que les soldats n’aient pas crainte et ne soient pas effrayés par leurs ennemis durant la guerre, comme il est dit : « tu ne seras pas effrayé devant eux », « vous ne les craindrez pas ».
59. Ne pas oublier le mal que nous a fait Amalek, comme il est dit : « N’oublie pas ».
60 L’interdiction de blasphémer, comme il est dit : « N’outrage point D.ieu ». Il est dit au sujet du châtiment : « celui qui blasphème le nom de D.ieu sera mis à mort ». Nous avons pour règle générale qu’à chaque fois où l’Ecriture punit [un acte] de retranchement ou de mort par le tribunal rabbinique, il s’agit d’un commandement négatif à l’exception de la circoncision et du sacrifice pascal dont [la violation] est passible de retranchement et qui sont des commandements positifs. #13;
61. Ne pas violer un serment sur une déclaration, comme il est dit : « vous ne jurerez pas en Mon Nom à l’appui du mensonge ».
62. Ne pas prêter un serment en vain, comme il est dit : « Tu n’invoqueras point le Nom de l’Eternel ton D.ieu en vain ».
63. Ne pas profaner le Nom de D.ieu, comme il est dit : « Vous ne profanerez point mon saint Nom ».
64. Ne pas mettre à l’épreuve la parole de D.ieu, comme il est dit : « Vous n’éprouverez pas l’Eternel votre D.ieu ».
65. Ne pas détruire le Temple, les synagogues ou maisons d’étude ; et de même, ne pas effacer les saints noms et ne pas détruire les textes sacrés, comme il est dit : « Vous détruirez […] vous ne ferez pas ainsi à l’Eternel votre D.ieu ».
66. Ne pas laisser un corps pendu sur une potence passer ainsi la nuit, comme il est dit : « tu ne laisseras pas son cadavre passer la nuit ».
67. Ne pas interrompre la garde autour du Temple, comme il est dit : « Vous garderez la garde du Sanctuaire » .
68. Qu’un cohen n’entre pas à tout moment dans le Heikhal, comme il est dit : « il n’entrera pas à tout heure dans le sanctuaire ».
69. Qu’un cohen ayant un défaut physique n’aille pas au-delà [du début] de l’autel, ainsi qu’il est dit : « mais vers le rideau il ne viendra pas ».
70. Qu’un [cohen] ayant un défaut physique ne serve pas [dans le Temple], comme il est dit : « qui aurait un défaut ».
71. Qu’un [cohen] ayant un défaut passager ne serve pas [dans le Temple], comme il est dit : « tout homme qui a un défaut n’approchera pas ».
72. Que les lévites n’accomplissent pas le service des cohanim, ni les cohanim le service des lévites, comme il est dit au sujet des lévites : « mais vers les ustensiles sacrés et vers l’autel ils n’approcheront pas […] ni eux, ni vous ».
73. Qu’une personne ivre n’entre pas dans le Temple, et ne rende pas de décision, comme il est dit : « tu ne boiras ni vin, ni liqueur forte […] quand vous aurez à entrer dans le Tente d’assignation », et il est dit : « et instruire les enfants d’Israël ».
74. Qu’un étranger [au sacerdoce] ne serve pas dans le Temple, comme il est dit : « qu’un étranger ne s’approche pas de vous ».
75. Qu’un cohen qui est rituellement impur n’officie pas, comme il est dit : « qu’ils se retiennent des saintetés des enfants d’Israël ».
76. Qu’un cohen qui s’est immergé [dans le bain rituel] le jour même [suite à une impureté] n’officie pas jusqu’au coucher du soleil, comme il est dit : « et ils ne profaneront pas »
77. Qu’un cohen qui est rituellement impur n’entre pas dans le parvis [du Temple], comme il est dit : « ils ne rendront pas leur camp impur » ; ceci est le camp de la Présence Divine.
78. Qu’une personne impure n’entre pas dans le camp des lévites, dont l’équivalent est, pour les génération ultérieure, le Mont du Temple, comme il est dit : « il ne pourra entrer à l’intérieur du camp » ; cela fait référence au camp des lévites.
79. Ne pas construire l’autel avec des pierres de taille, comme il est dit : « ne le construis pas en pierres de taille ».
80. Ne pas monter sur l’autel avec des marches, ainsi qu’il est dit : « Tu ne monteras pas avec des marches sur Mon autel ».
81. Ne pas offrir d’encens ou de sacrifice [autres que ceux qui y sont propres] sur l’autel d’or, comme il est dit : « Vous ne ferez pas monter sur lui un encens étranger ».
82. Ne pas éteindre le feu de l’autel, comme il est dit : « Un feu continuel brûlera sur l’autel ».
83. Ne pas fabriquer [d’huile] semblable dans sa composition à l’huile d’onction : « vous n’en composerez point [de pareille], dans les mêmes proportions ».
84. Ne pas oindre avec l’huile d’onction un profane, comme il est dit : « elle ne sera pas répandue sur le corps d’une personne ».
85. Ne pas faire [un encens] semblable dans sa composition à l’encens [offert dans le Temple], comme il est dit : « vous n’en ferez point un semblable ».
86. Ne pas retirer les barres de l’arche, comme il est dit : « elles n’en seront point retirées ».
87. Que le pectoral [du grand-prêtre] ne se sépare pas du ephod, comme il est dit : « et pour que le pectoral ne bouge pas du ephod ».
88. Que la robe [du grand prêtre] ne soit pas déchirée, comme il est dit : « [elle aura un ourlet] comme l’ouverture d’une cuirasse ; elle ne doit pas être déchirée ».
89. Ne pas faire d’offrandes à l’extérieur [du Temple], comme il est dit : « Fais attention à toi de peur que tu n’apportes tes holocaustes [en tout endroit] ».
90. Ne pas abattre d’offrandes à l’extérieur [du Temple], comme il est dit : « un homme […] qui abattra un bœuf ou un mouton […] sans l’apporter à l’entrée de la Tente d’assignation […] il sera retranché ».
91. Ne pas consacrer des animaux qui ont des défauts physiques pour l’autel, comme il est dit : « tout [animal] qui a un défaut, vous ne l’offrirez pas » ; c’est l’interdiction de le consacrer.
92. Ne pas abattre des [animaux] ayant des défauts comme sacrifices, comme il est dit : « vous n’offrirez pas ceux-là à D.ieu ».
93. Ne pas faire aspersion du sang des [animaux] ayant des défauts sur l’autel, comme il est dit, au sujet des [animaux] ayant des défauts : « Vous n’offrirez pas ceux-là à D.ieu » ; ceci est l’interdiction de faire aspersion du sang [d’un tel animal].
94. Ne pas brûler les parties sacrificielles des [animaux] ayant des défauts [sur l’autel], comme il est dit : « vous n’en ferez rien brûler [sur l’autel] ».
95. Ne pas offrir un [animal] ayant un défaut passager, comme il est dit : « Tu ne sacrifieras pas, pour l’Eternel ton D.ieu, bœuf ou agneau qui aurait un défaut » ; il est ici question d’un défaut passager.
96. Ne pas offrir un [animal] ayant un défaut apporté par des non juifs, comme il est dit : « et de la main d’un étranger vous n’offrirez pas ».
97. Ne pas infliger de défaut aux offrandes, comme il est dit : « aucun défaut ne sera en lui », ce qui signifie : « Tu ne lui infligeras aucun défaut ».
98. Ne pas brûler [comme offrande] du miel ou une [pâte] levée, comme il est dit : « tout levain et tout miel vous ne brûlerez pas ».
99. Ne pas offrir [un sacrifice] fade [non salé], comme il est dit : « tu n’omettras pas le sel de l’alliance de ton D.ieu ».
100. Ne pas offrir un [animal] donné en salaire à une zona, ni échangé contre un chien, comme il est dit : « Tu n’apporteras ni le salaire d’une prostituée, ni le prix d’un chien ».
101. Ne pas abattre [un animal] et son petit le même jour, comme il est dit : « Vous n’abattrez pas un [animal] et son petit le même jour ».
102. Ne pas mettre d’huile d’olive sur l’oblation du pêcheur, comme il est dit : « il ne mettra pas d’huile dessus ».
103. Ne pas mettre d’oliban sur [cette oblation], comme il est dit : « et ne mettra dessus d’oliban ».
104. Ne pas mettre d’huile sur l’oblation de la [femme] sota, comme il est dit : « il ne versera pas d’huile dessus ».
105. Ne pas mettre d’oliban [sur cette oblation], comme il est dit : « et n’y mettra pas d’oliban ».
106. Ne pas substituer [un autre animal] à [un animal désigné comme] offrande, ainsi qu’il est dit : « il ne l’échangera pas, ni ne le substituera ».
107. Ne pas changer la destination d’une offrande en la consacrant pour un autre sacrifice, comme il est dit, au sujet du premier-né : « un homme ne le consacrera pas », c'est-à-dire : « il ne le consacrera pas pour un autre sacrifice ».
108. Ne pas racheter le premier-né d’un animal domestique pur [c'est-à-dire cacher], comme il est dit : « mais le premier-né d’un bœuf […] tu ne rachèteras pas ».
109. Ne pas vendre l’animal [prélevé comme] dîme [du bétail], comme il est dit : « il ne sera pas racheté ».
110. Ne pas vendre un champ dévoué, comme il est dit : « Il ne sera pas vendu ».
111. Ne pas racheter un champ qui a été voué, comme il est dit : « il ne sera pas racheté ».
112. Ne pas couper la tête d’un volatile [apporté en] offrande expiatoire, comme il est dit : « Il lui déchirera la tête à l’endroit de la nuque ».
113. Ne pas faire de travail avec les [animaux] consacrés, comme il est dit : « tu ne feras point travailler le premier-né de ton gros bétail ».
114. Ne pas tondre [les animaux] consacrés, comme il est dit : « tu ne tondras point le premier-né de ton menu bétail ».
115. Ne pas abattre le sacrifice pascal alors que l’on possède du ‘hamets, comme il est dit : « tu ne sacrifieras pas en présence de levain le sang de mon sacrifice ».
116. Ne pas laisser les parties sacrificielles du sacrifice pascal devenir disqualifiées en passant la nuit, comme il est dit : « et la graisse de Mon offrande ne séjournera pas jusqu’au matin ».
117. Ne pas laisser la viande du sacrifice pascal [jusqu’au matin], comme il est dit : « Vous n’en laisserez rien pour le matin ».
118. Ne pas laisser [de la viande] de l’offrande de la fête (‘haguiga) jusqu’au troisième jour, comme il est dit : « qu’il ne reste rien de la chair ». Par tradition orale, ils [les sages] ont appris que ce verset fait référence à l’offrande de la fête [offerte] le 14 [Nissan] et l’expression « au matin » fait référence au matin du second jour de Pessa’h, qui est le troisième jour à compter de l’abattage [du sacrifice].
119. Ne pas laisser de la viande du second sacrifice pascal jusqu’au matin, comme il est dit : « ils n’en laisseront pas jusqu’au matin ». #13;
120. Ne pas laisser la viande du sacrifice de reconnaissance jusqu’au matin, comme il est dit : « vous n’en laisserez pas pour le matin ». Identique est la loi pour les autres sacrifices ; on ne doit pas en laisser au-delà du temps imparti pour leur consommation.
121. Ne pas casser un os du sacrifice pascal, comme il est dit : « vous n’en casserez pas un os ».
122. Ne pas casser un os du second sacrifice pascal, comme ile st dit : « vous n’en casserez pas un os ».

123. Ne pas retirer de la viande du sacrifice pascal du groupe [par lequel il est mangé], comme il est dit : « tu ne transporteras rien au-dehors de la maison ».
124. Ne pas laisser les restes des oblations lever, comme il est dit : « il ne sera pas cuit comme levain, étant leur portion ».
125. Ne pas manger la viande du sacrifice pascal à demi-cuite ou bouillie dans l’eau, comme il est dit : « N’en mangez rien qui soit à demi cru ou bouilli dans l’eau ».
126. Ne pas donner à manger la chair du sacrifice pascal à un résident étranger, comme il est dit : « un résident [étranger] et un employé n’en mangeront pas ».
127. Qu’un incirconcis ne mange pas de la viande du sacrifice pascal, comme il est dit : « tout incirconcis n’en mangera pas ».
128. Ne pas donner à manger de la viande du sacrifice pascal à un juif apostat, comme il est dit : « tout étranger n’en mangera pas » ; cela fait référence au juif devenu assimilé parmi les non juifs et devenu païen comme eux, [celui-ci] n’en mangera pas.
129. Qu’une personne devenue rituellement impure ne mange pas des offrandes, comme il est dit : « et la personne qui mangera de la chair du sacrifice de paix ».
130. Ne pas manger des offrandes devenues impures, comme il est dit : « et la chair qui toucherait toute impureté ne sera pas mangée ».
131. Ne pas consommer de notar, comme il est dit : « celui qui les mange portera sa faute […] son âme sera retranchée ».
132. Ne pas manger de pigoul, comme il est dit : « celui qui l’offre, cela ne lui sera pas compté ; cela sera [considéré comme] pigoul ». Cela [cette faute] est [punissable de] retranchement.
133. Qu’un profane ne mange pas de térouma, comme il est dit : « et tout étranger ne mangera pas d’offrande sainte ».
134. Que même celui qui réside chez un cohen ou est son employé ne consomme pas la térouma, comme il est dit : « celui qui réside un cohen et son employé ne mangeront pas ».
135. Qu’un incirconcis ne mange pas de térouma. Identique est la loi pour les autres offrandes. Cette [règle] fut déduite par une analogie de termes, et n’est pas explicitement mentionnée dans la Torah. Par tradition orale, ils [les sages] ont appris que l’interdiction pour l’incirconcis [de consommer] des offrandes relève de la Torah même et n’est pas un ordre rabbinique.
136. Qu’un cohen rituellement impur ne consomme pas de térouma, comme il est dit : « aucun de tes descendants…ne mangera des offrandes ».
137. Qu’une ‘halala ne mange pas d’aliments consacrés, [c'est-à-dire] ni térouma, ni poitrine, ni jambe, comme il est dit : « et la fille d’un cohen, si elle se marie à un profane ».
138. Que l’oblation du cohen ne soit pas mangée, comme il est dit : « et toute oblation [offerte] par le cohen sera entièrement consumée ; elle ne sera pas consommée ».
139. Ne pas manger la chair des sacrifices expiatoires qui sont offerts « à l’intérieur » [dans le Heikhal], comme il est dit : « Mais tout expiatoire dont le sang serait introduit ».
140. Ne pas manger les offrandes invalidées auxquelles un défaut a été infligé intentionnellement, comme il est dit : « tu ne mangeras d’aucune abomination » ; par tradition orale, ils [les sages] ont appris que ce verset fait référence aux offrandes invalides du fait d’un défaut qui leur a été causée.
141. Ne pas manger de la seconde dîme du blé à l’extérieur de Jérusalem, comme il est dit : « tu ne pourras manger dans tes villes ».
142. Ne pas consommer la seconde dîme du vin à l’extérieur de Jérusalem, comme il est dit : « de ton vin ».
143. Ne pas consommer la seconde dîme de l’huile à l’extérieur de Jérusalem, comme il est dit : « et de ton huile ».
144. Ne pas manger un premier-né sans défaut à l’extérieur de Jérusalem, comme il est dit : « Tu ne pourras…les premiers-nés ».
145. Que les cohanim ne mangent pas d’expiatoire et de sacrifice de culpabilité à l’extérieur de la cour [du Temple], comme il est dit : « Tu ne pourras…ton gros et ton menu bétail » ; par tradition orale, ils [les sages] ont appris que ce verset ne vient qu’interdire la viande des sacrifices expiatoires et des sacrifices de culpabilité à l’extérieur de la cour [du Temple]. Toute chose consommée à l’extérieur de l’endroit imparti est visée par [l’interdiction :] « Tu ne pourras pas manger dans tes portes ».
146. Ne pas manger la chair d’un holocauste, comme il est dit : « Tu ne pourras pas[…] tous les veux auxquels tu t’es engagé » ; ceci est une mise en garde contre toute personne tirant profit [à tord] de toutes les offrandes dont il est défendu de tirer profit. Si elle en tire profit, elle commet un sacrilège.
147. Ne pas manger la chair des offrandes de moindre sainteté avant aspersion du sang, comme il est dit : « Tu ne pourras pas…tes offrandes volontaires… », c'est-à-dire tu n’as pas le droit de manger tes offrandes volontaires avant aspersion du sang.
148. Qu’un profane ne mange pas de la viande des sacrifices de sainteté éminente, comme il est dit : « un profane n’en mangera pas, car ils sont chose sainte ».
149. Qu’un cohen ne mange pas les prémices avant qu’elles aient été déposées dans la cour [du Temple], comme il est dit : « Tu ne pourras pas…et le prélèvement de ta main » ; il s’agit des prémices.
150. Ne pas consommer la seconde dîme devenue impure, même à Jérusalem, avant qu’elle soit rachetée, comme il est dit : « je ne l’ai pas éliminé en état d’impureté ».
151. Ne pas consommer de la seconde dîme en état de deuil, comme il est dit : « Je n’en ai pas mangé en état de deuil ».
152. Ne pas dépenser l’argent de la seconde dîme à une autre fin que manger ou boire, comme il est dit : « je n’en ai pas donné pour un mort » ; tout ce qui n’est pas pour les besoins du corps vivant est considéré comme « ayant servi à l’usage d’un mort ».
153. Ne pas manger [les produits] tévél. Le tévél est un produit de la terre soumis [aux obligations de prélever] la térouma et les dîmes, dont la térouma de D.ieu n’a pas été prélevée, comme il est dit : « Et ils ne profaneront pas les saintetés des enfants d’Israël, ce qu’ils prélèvent pour l’Eternel », c'est-à-dire que ce qui est destiné à être prélevé pour D.ieu ne doit pas être traité comme profane, et consommé en état de tévél.
154. Ne pas faire passer la térouma avant les prémices, ni la première dîme avant la térouma, ni la seconde dîme avant la première ; les prélèvements doivent se faire dans l’ordre : tout d’abord les prémices, puis, la grande térouma, puis, la première dîme, et enfin la seconde dîme, comme il est dit : « L’offrande de ton abondance et ta dîme tu ne retarderas pas », c'est-à-dire tu ne retarderas pas ce qui doit passer en priorité.
155.. Ne pas tarder [d’apporter les sacrifices] dont on a fait vœu et que l’on a promis, comme il est dit : « tu ne tarderas pas à le payer ».
156. Ne monter [à Jérusalem] pour la fête de pèlerinage sans sacrifice, comme il est dit : « l’on ne paraîtra point devant Ma Face les mains vides ».
157. Qu’un homme ne viole pas un vœu qu’il a fait de s’interdire quelque chose, comme il est dit : « il ne violera pas sa parole ».
158. Qu’un cohen n’épouse pas une [femme] zona, comme il est dit : « une femme zona ou ‘halala ils n’épouseront pas ».
159. Qu’un cohen n’épouse pas une [femme] ‘halala, comme il est dit : « et une ‘halala ils n’épouseront pas ».
160. Qu’il n’épouse pas une [femme] divorcée, comme il est dit : « une femme divorcée de son mari ils n’épouseront pas ».
161. Qu’un grand prêtre n’épouse pas une [femme] veuve, ainsi qu’il est dit : « une veuve, une divorcée, une ‘halala, une zona, celles-ci, il n’épousera pas ».
162. Qu’un grand prêtre n’ait pas de rapports avec une veuve, même hors mariage, parce qu’ainsi, il la rend ‘halala, comme il est dit : « il ne rendra pas sa descendance profane » ; il est mis en garde de ne pas rendre profane une [femme] apte [à épouser un cohen].
163. Qu’un cohen n’entre pas dans le Temple la chevelure longue, comme il est dit : « ne laissez pas pousser vos cheveux ».
164. Qu’un cohen n’entre pas dans le Temple les vêtements déchirés, comme il est dit : « et ne déchirez pas vos vêtements ».
165. Que le cohen ne sorte pas de la cour [du Temple] durant le service, comme il est dit : « et de l’entrée de la Tente d’assignation ».
166. Qu’un cohen ordinaire ne se rende pas impur pour les défunts autres [que ceux mentionnés dans la Torah], comme il est dit : « il ne se rendra pas impur pour un mort ».
167. Qu’un grand prêtre ne se rende pas impur, même pour ses proches parents [défunts], comme il est dit : « pour son père et sa mère, il ne se rendra pas impur ».
168. Qu’un grand prêtre n’entre pas sous le même toit qu’un cadavre, comme il est dit : « il n’approchera d’aucun corps mort » ; telle est [l’interprétation] qu’ils [les sages] ont appris par tradition orale : il [le grand prêtre] est coupable [de la transgression des deux interdits] : « il n’approchera pas », et « il ne se rendra pas impur ».
169. Que toute la tribu de Lévi ne prenne pas de part dans la Terre, comme il est dit : « Ils n’auront point d’héritage ».
170. Que toute la tribu de Lévi ne prenne pas de part du butin dans la conquête de la Terre d’Israël, comme il est dit : « les cohanim et les lévites n’auront pas ni part ni héritage ».
171. Ne pas s’arracher les cheveux pour un mort, comme il est dit : « ne mettez pas de tonsure entre vos yeux ».
172. Ne pas manger un animal impur [impropre à la consommation], comme il est dit : « mais vous ne mangerez point ceux-ci, qui ruminent ».
173. Ne pas manger de poisson impur, comme il est dit : « abominables ils resteront pour vous ; ne mangez point de leur chair ».
174. Ne pas manger de volatile impur, comme il est dit : « Et voici, parmi les oiseaux, ceux que vous aurez en abomination ».
175. Ne pas manger d’insecte volant, comme il est dit : « tout insecte ailé sera impur pour vous ».
176. Ne pas manger d’animal qui se traîne sur le sol, comme il est dit : « tout animal qui se traîne sur le sol, est chose abominable ».
177. Ne pas manger d’être qui fourmille sur terre [c'est-à-dire tout être créé des ordures – et non d’un mâle et d’une femelle – comme les vers], comme il est dit : « et ne point souiller vos personnes par tout rampant ».
178. Ne pas manger vers [qui se développent] dans les fruits après qu’ils soient sortis à l’air », comme il est dit : « les êtres rampants ».
179. Ne pas manger d’animaux marins [autres que les poissons], comme il est dit : « Ne vous rendez pas vous-mêmes abominables par toutes ces créatures ».
180. Ne pas manger d’[animal] mort [autrement que par abattage rituel], comme il est dit : « Vous ne mangerez d’aucune bête morte ».
181. Ne pas manger [un animal] tréfa, comme il est dit : « vous ne mangerez point la chair d’un animal déchiré dans le champ ».
182. Ne pas manger un membre d’un animal vivant, comme il est dit : « Tu ne mangeras pas la vie avec la chair ».
183. Ne pas manger le nerf sciatique, comme il est dit : « C’est pourquoi, les enfants d’Israël ne mangent point le nerf sciatique ».
184. Ne pas consommer de sang, comme il est dit : « Vous ne consommerez aucun sang ».
185. Ne pas manger la graisse, comme il est dit : « toute graisse de bœuf, de mouton et de chèvre, vous ne mangerez pas ».
186. Ne pas cuire la viande avec le lait, comme il est dit : « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère ».
187. Ne pas manger la viande [cuite] avec du lait, comme il est dit : « Tu ne cuiras pas le chevreau […] » une seconde fois ; par tradition orale, ils [les sages] ont appris que le premier [verset] interdit la cuisson, et le second interdit la consommation.
188. Ne pas manger de la viande du bœuf lapidé, comme il est dit : « il ne sera point permis d’en manger la chair ».
189. Ne pas manger du pain fait à base de la nouvelle récolte avant Pessa’h, comme il est dit : « Et du pain… »
190. Ne pas manger de grain grillé de la nouvelle récolte [avant Pessa’h], comme il est dit : « du grain grillé ».
191. Ne pas manger du gruau de la nouvelle récolte avant Pessah, comme il est dit : « et du gruau, vous n’en mangerez pas ».
192. Ne pas manger [les fruits] durant les trois premières années, comme il est dit : « durant trois ans, ils seront orla pour vous, ils ne seront pas mangés ».
193. Ne pas manger de produits [cultivés] qu milieu d’un vignoble, comme il est dit : « de crainte que tu frappes d’interdit la production entière, le grain que tu auras semé et la production du vignoble ».
194. Ne pas boire du vin de libation [idolâtre], comme il est dit : « qui consomment la graisse de leurs sacrifices, et boivent le vin de leurs libations ».
195. Ne pas manger et boire comme un glouton et un buveur, comme il est dit : « Notre fils, celui-ci, est un glouton et un buveur ».
196. Ne pas manger le jour du jeûne [de Kippour], comme il est dit : « toute personne qui ne se mortifiera pas ».
197. Ne pas manger de ‘hamets durant Pessa’h, comme il est dit : « que l’on ne mange point de ‘hamets ».
198. Ne pas manger de mélange contenant du ‘hamets, comme il est dit : « vous ne mangerez d’aucun pâte levée ».
199. Ne pas manger de ‘hamets après la mi-journée du quatorze [Nissan], comme il est dit : « Tu ne mangeras de ‘hamets avec celui-ci ».
200. Qu’il ne soit pas vu de ‘hamets [en sa possession], comme il est dit : « et l’on ne doit voir chez toi ni ‘hamets, ni levain ».
201. Qu’il ne se trouve pas de levain [en sa possession], comme il est dit : « du levain ne sera pas trouvé dans vos maisons ».
202. Qu’un nazir ne boive pas de vin, ni de tout ce qui contient du vin et a le goût du vin, comme il est dit : « une infusion quelconque de raisins ». Même si le vin ou l’autre [breuvage] qui contient du vin devient du vinaigre, cela lui est interdit, comme il est dit : « ni boira ni vinaigre de vin, ni vinaigre de liqueur ».
203. Qu’il ne mange pas de raisins frais, comme il est dit : « et des raisins frais ».
204. Qu’il en mange pas de raisins secs, comme il est dit : « et secs il ne mangera pas ».
205. Qu’il ne mange pas les pépins [des raisins], comme il est dit : « des pépins jusqu’aux peaux il ne mangera pas ».
206. Qu’il ne mange pas les peaux [des raisins], comme il est dit : « jusqu’aux peaux il ne mangera pas ».
207. Qu’un nazir ne se rende pas impur par un cadavre, comme il est dit : « Pour son père et pour sa mère […] il ne se rendra pas impur ».
208. Qu’il n’entre pas dans le ohel d’un cadavre, comme il est dit : « il n’approchera d’aucun corps mort ».
209. Qu’un nazir ne se rase pas, comme il est dit : « un rasoir ne passera pas sur sa tête ».
210. Ne pas moissonner un champ entier, comme il est dit : « tu n’achèveras pas le coin de ton champ ».
211. Ne pas glaner les épis tombés au cours de la moisson, comme il est dit : « tu ne ramasseras pas les glanes de ta moisson ».
212. Ne pas cueillir les petites grappes, comme il est dit : « tu ne grappilleras point dans ta vigne ».
213. Ne pas recueillir les grains [tombés] de la vigne, comme il est dit : « et les grains épars de ta vigne tu ne ramasseras pas ».
214. Ne pas ramasser la gerbe oubliée, comme il est dit : « tu ne retourneras pas la prendre ». [L’interdiction s’applique également] à tous les arbres, comme il est dit : « n’y glane pas après coup ».
215. Ne pas semer diverses espèces de graines ensemble, comme il est dit : « Tu ne sèmeras pas des graines hétérogènes dans ton champ ».
216. Ne pas semer de céréales ou de légumes dans un vignoble, comme il est dit : « Tu ne sèmeras pas diverses espèces dans ton vignoble ».
217. Ne pas faire de croisement d’animaux, comme il est dit : « n’accouple point tes bêtes d’espèce différente ».
218. Ne pas faire de travail avec deux espèces d’animaux ensemble, comme il est dit : « Ne laboure pas avec un bœuf et un âne ensemble ».
219. Ne pas museler un animal lorsqu’il travaille avec un produit dont il peut manger et tirer profit, ainsi qu’il est dit : « Ne muselle pas le bœuf pendant qu’il foule le grain ».
220. Ne pas travailler la terre durant la septième [année], comme il est dit : « ton champ tu n’ensemenceras pas ».
221. Ne pas cultiver d’arbres durant la septième [année], comme il est dit : « et ta vigne tu ne tailleras pas ».
222. Ne pas moissonner les produits qui poussent d’eux-mêmes la septième année de la même façon qu’une année ordinaire, comme il est dit : « le produit spontané de ta moisson tu ne couperas pas ».
223. Ne pas récolter les fruits des arbres durant la septième [année] de la même façon que les autres années, comme il est dit : « et les raisins de ta vigne tu ne vendangeras point ».
224. Ne pas faire de travail [agricole] – travail de la terre ou culture des arbres – durant l’année du Jubilé, comme il est dit : « Vous n’ensemencerez pas ».
225. Ne pas moissonner les produits qui poussent d’eux-mêmes durant le Jubilé de la même manière que les autres années, comme il est dit : « vous n’en couperez point les produits spontanés ».
226. Ne pas récolter les fruits [des arbres], durant l’année du Jubilée de la même manière que les autres années, comme il est dit : « ni ne vendangerez les vignes ».
227. Ne pas vendre un champ en Terre d’Israël à titre irrévocable, comme il est dit : « nulle terre ne sera aliénée irrévocablement ».
228. Ne pas modifier [la répartition des] terrains et champs donnés aux lévites, ainsi qu’il est dit : « un champ situé dans la banlieue de leurs villes ne peut être vendu ». Par tradition orale, ils [les sages] ont appris qu’il s’agit d’une mise en garde contre la modification [de la répartition de ces terres].
229. Ne pas abandonner les lévites, comme il est dit : « garde-toi d’abandonner le lévite ». Plutôt, on leur donne les dons et on les réjouit à chaque fête de pèlerinage.
230. Ne pas exiger [le remboursement d’]un prêt après que la septième [année] soit passée, comme il est dit : « il n’exercera pas de contrainte contre son prochain ».
231. Ne pas refuser de prêter à un pauvre du fait de la chemita, comme il est dit : « Garde toi, de peur qu’il n’y ait quelque chose » ; ceci est une règle générale : à chaque fois que les expressions « garde-toi », « de peur que », ou « ne pas » sont employées, il s’agit d’un commandement négatif.
232. Ne pas refuser de prêter à un pauvre ou de pourvoir à ses besoins, comme il est dit : « tu ne durciras pas ton cœur » ; ainsi, celui qui donne la charité accomplit un commandement positif, et celui qui ferme les yeux devant [une opportunité de donner] la charité, outre le fait qu’il manque à un commandement positif, transgresse un commandement négatif.
233. Ne pas renvoyer un esclave hébreu les mains vides lorsqu’il sort en liberté, comme il est dit : « ne sois pas pour lui comme un créancier ».
234. Ne pas réclamer [le remboursement de] sa dette à un pauvre lorsque l’on sait qu’il est pauvre, et ne pas exercer de pression sur lui, comme il est dit : « ne sois pas pour lui comme un créancier ».
235. Ne pas prêter à intérêt à un juif, comme il est dit : « ton argent, tu ne prêteras à usure ».
236. Ne pas emprunter à intérêt comme il est dit : « tu n’amèneras pas ton frère à faire de l’usure » ; par tradition orale, ils [les sages] ont appris que ceci est une mise en garde [interdisant] à l’emprunteur de donner de l’usure au prêteur.
237. Ne pas être impliqué dans un prêt à intérêt entre l’emprunteur et le prêteur, [c'est-à-dire] ne pas servir de caution, ni de témoin, et ne pas rédiger d’acte entre eux, comme il est dit : « ne lui imposez pas d’usure ».
238. Ne pas retarder le salaire d’un employé, comme il est dit : « le salaire de l’employé ne passera pas la nuit avec toi ».
239. Ne pas prendre de gage d’un débiteur par la force, comme il est dit : « n’entre point dans sa maison pour te nantir de son gage ».
240. Ne pas refuser un gage à son propriétaire quand il en a besoin, comme il est dit : « tu ne dois pas te coucher avec son gage », c'est-à-dire en ayant son gage en ta possession ; plutôt, tu dois le lui restituer à la nuit, étant donné qu’il en a besoin la nuit.
241. Ne pas prendre de gage d’une veuve, comme il est dit : « tu ne prendras pas le vêtement d’une veuve en gage ».
242. Ne pas prendre en gage des ustensiles nécessaires à la préparation de la nourriture, comme il est dit : « on ne prendra pas en gage ni la meule supérieure, ni la meule inférieure ».
243. Ne pas kidnapper un juif, comme il est dit : « Tu ne voleras point » ; il s’agit du kidnappage.
244. Ne pas dérober d’argent, comme il est dit : « vous ne commettrez point de rapine » ; il s’agit du vol d’argent.

245. Ne pas commettre de brigandage, comme il est dit : « tu ne commettras point de brigandage ».
246. Ne pas empiéter sur la frontière [d’autrui], comme il est dit : « tu ne déplaceras point la borne de ton prochain ».
247. Ne pas refuser [le dû d’autrui], comme il est dit : « Tu ne retiendras pas [l’argent de] ton prochain ».
248. Ne pas nier [une réclamation], comme il est dit : « vous ne nierez pas ».
249. Ne pas prêter un faux serment en niant une dette à autrui, comme il est dit : « vous ne mentirez pas », c'est-à-dire tu ne jureras pas mensongèrement à propos de l’argent que tu dois à autrui.
250. Ne pas léser [autrui] dans une transaction commerciale, comme il est dit : « ne vous lésez point l’un l’autre ».
251. Ne pas léser [autrui] par des paroles, comme il est dit : « ne vous lésez point l’un l’autre » ; il s’agit d’un préjudice causé par la parole.
252. Ne pas léser le converti par des paroles, comme il est dit : « tu ne contristeras point le converti ».
253. Ne pas léser un converti dans une transaction commerciale, comme il est dit : « tu ne l’oppresseras point ».
254. Ne pas livrer à son maître un esclave qui s’est enfui en Terre d’Israël, comme il est dit : « Ne livre pas un esclave à son maître ».
255. Ne pas offenser [cet] esclave, comme il est dit : « Laisse-le demeurer chez toi, dans ton pays, en tel lieu qu’il lui plaira… »
256. Ne pas opprimer l’orphelin et la veuve, comme il est dit : « N’opprimez pas la veuve, ni l’orphelin ».
257. Ne pas assigner un esclave hébreu à des tâches dégradantes, comme il est dit : « ne lui impose point le travail des esclaves ».
258. Ne pas le vendre à la manière des esclaves, comme il est dit : « ils ne doivent pas être vendus à la façon des esclaves ».
259. Ne pas assigner à un esclave hébreu des tâches qui ne sont pas nécessaires, comme il est dit : « Ne le régente point avec rigueur ».
260. Ne pas laisser un non juif traiter avec rigueur un esclave hébreu qui s’est vendu à lui, comme il est dit : « qu’il ne le régente point avec rigueur ».
261. Ne pas vendre une servante hébreu à une autre personne, comme il est dit : « il n’aura pas le pouvoir de la vendre ».
262. Ne pas priver une servante désignée [comme épouse] de nourriture, de vêtements, ou du droit conjugal, comme il est dit : « il ne devra point la frustrer de sa nourriture, de son habillement, ni du droit conjugal ». Et identique est la loi pour les autres femmes.
263. Ne pas vendre une yefat toar comme servante, comme il est dit : « tu ne pourras la vendre ».
264. Ne pas contraindre une yefat toar à servir de servante, comme il est dit : « tu ne pourras la faire travailler ».
265. Ne pas convoiter (une femme mariée) , comme il est dit : « tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain ».
266. Ne pas désirer [ce qui appartient à autrui], comme il est dit : « ne désire point la maison de ton prochain ».
267. Que l’ouvrier [agricole] ne mange pas des produits attachés sol dont il s’occupe, à un autre moment que l’achèvement du travail, comme il est dit : « tu ne porteras point la faucille ».
268. Que l’ouvrier ne prenne pas plus que ce qu’il mange, comme il est dit : « tu pourras manger des raisins à ton appétit jusqu’à t’en rassasier ».
269. Ne pas ignorer un objet perdu, comme il est dit : « tu ne pourras pas te dérober ».
270. Ne pas laisser un animal ployé sous sa charge, comme il est dit : « Tu ne verras pas l’âne de ton prochain ».
271. Ne pas tricher avec les mesures, comme il est dit : « Ne commettez pas d’iniquité en fait de jugements » ; par tradition orale, ils [les sages] ont appris que ceci est une mise en garde contre la fraude concernant les mesures.
272. Ne pas avoir chez soi poids et mesures défectueux, comme il est dit : « N’aie point chez toi. »
273. Ne pas commettre d’iniquité dans le jugement, comme il est dit : « Ne prévariquez point dans l’exercice de la justice ».
274. Ne pas accepter de pot-de-vin, comme il est dit : « tu ne prendras pas de pot-de-vin ».
275. Ne pas honorer [une partie plus que l’autre] dans un procès, comme il est dit : « tu n’honoreras pas un grand ».
276. Qu’un juge ne soit pas être intimidé par un homme méchant, comme il est dit : « Ne craignez qui que ce soit ».
277. Ne pas avoir pitié du pauvre dans le jugement, comme il est dit : « Ne sois point partial pour le pauvre, dans son procès ».
278. Ne pas infléchir le jugement en défaveur d’un pécheur, comme il est dit : « Ne fait pas fléchir le droit de ton prochain indigent » ; par tradition orale, ils [les sages] ont appris qu’il est ici fait référence à l’indigent [dans l’observance] des commandement.
279. Ne pas s’apitoyer sur celui qui a causé des dommages, dans les jugements impliquant des amendes, comme il est dit : « que ton œil n’ait pas pitié ».
280. Ne pas fausser le droit des convertis et des orphelins, comme il est dit : « Tu ne pervertiras point le jugement d’un converti ou d’un orphelin ».
281. Ne pas entendre [la déposition] d’une des parties en l’absence de l’autre, comme il est dit : « N’accueille point un rapport mensonger ».
282. Ne pas suivre la majorité dans un cas de peine capital si ceux qui requièrent la peine [de mort] ne dépassent que d’une personne ceux qui requièrent l’acquittement, comme il est dit « ne suit point la majorité pour faire le mal ».
283. Que celui qui a argumenté en faveur de l’acquittement n’argumente pas ensuite en faveur de la condamnation dans un cas de peine capital, comme il est dit : « tu ne te prononceras pas dans un procès pour faire pencher ».
284. Ne pas nommer comme juge un homme n’est pas un sage en matière de Torah, bien qu’il soit érudit dans d’autres disciplines, comme il est dit : « Vous ne ferez acceptation de personne en justice ».
285. Ne pas déposer de faux témoignage, comme il est dit : « Ne rends point contre ton prochain un faux témoignage ».
286. Qu’un pécheur ne serve pas de témoin, comme il est dit : « Tu ne prêteras pas ta main au méchant, en servant de témoin à l’iniquité .»
287. Qu’un proche parent ne serve pas de témoin, comme il est dit : Les pères ne mourront pas du fait des enfants et les enfants ne mourront pas du fait des pères » ; par tradition orale, ils [les sages] ont appris [l’interprétation suivante :] que les pères ne mourront pas par le témoignage des enfants. Et identique est la loi pour les autres proches parents.
288. Ne pas trancher un jugement sur la base [de la déposition] d’un seul témoin, comme il est dit : « Un seul témoin ne se lèvera pas contre un homme ».
289. Ne pas tuer un innocent, comme il est dit : « tu ne tuera point ».
290. Ne pas trancher un jugement sur la base d’une présomption ; il faut que deux témoins aient observé le fait, comme il est dit : « Ne frappe point de mort celui qui est innocent et juste ».
291. Qu’un témoin ne donne pas son avis dans le procès capital auquel il a déposé, comme il est dit : « mais un témoin ne témoignera pas ».
292. Ne pas exécuter une personne passible de mort avant qu’elle ne passe en jugement, comme il est dit : « et le meurtrier ne mourra pas ».
293. Ne pas avoir pitié du poursuivant ; au contraire, le tuer avant qu’il ne tue ou ne viole la personne qu’il poursuit, comme il est dit : « tu lui couperas la main ; tu n’auras pas pitié ».
294. Ne pas châtier une personne ayant agi sous la contrainte, comme il est dit : « Quant à la jeune fille, tu ne lui feras rien ».
295. Ne pas accepter de rançon du meurtrier, comme il est dit : « Vous ne prendrez pas de rançon pour la vie d’un meurtrier ».
296. Ne pas accepter de rançon en échange de l’exil de celui qui a tué involontairement, comme il est dit : « Vous ne prendrez pas de rançon pour dispenser quelqu’un de s’enfuir vers sa ville de refuge ».
297. Ne pas négliger [une personne en danger de mort], comme il est dit : « ne soit pas indifférant au danger de ton prochain ».
298. Ne pas laisser d’obstacles, comme il est dit : « tu ne mettras pas de sang dans ta maison ».
299. Ne pas induire en erreur une personne, comme il est dit : « tu ne mettras point d’embûche devant l’aveugle ».
300. Ne pas ajouter de coups de fouet supplémentaires à la personne passible de flagellation, comme il est dit : « il n’ajoutera pas, de peur qu’il n’ajoute ».
301. Ne pas colporter, comme il est dit : « Tu n’iras pas colporter dans ton peuple ».
302. Ne pas haïr [autrui] en son cœur, comme il est dit : « Tu ne haïras pas ton frère en ton cœur ».
303. Ne pas humilier un autre juif, comme il est dit : « tu réprimanderas ton prochain, et tu ne portera pas… »
304. Ne pas se venger, comme il est dit : « Tu ne te vengeras pas ».
305. Ne pas avoir de rancune, comme il est dit : « tu n’auras pas de rancune ».
306. Ne pas prendre la mère [oiseau] avec ses petits, comme il est dit : « tu ne prendras pas la mère avec les petits ».
307. Ne pas raser les poils d’une nétek, comme il est dit : « mais la nétek il ne rasera pas ».
308. Ne pas arracher les signes de l’affection lépreuse, comme il est dit : « Prends garde au sujet de la plaie d’affection lépreuse ».
309. Ne pas labourer ou ensemencer la terre de la rivière [où a été décapitée la génisse], comme il est dit : « qui n’a été ni travaillée ni ensemencée ».
310. Ne pas laisser un sorcier en vie, comme il est dit : « La sorcière, tu ne laisseras pas vivre ».
311. Qu’un jeune marié ne soit pas assigné à une charge communautaire, comme l’armée, la surveillance des murs [de la ville], ou ce qui est semblable, comme il est dit : « il n’ira pas à l’armée, et on ne lui imposera aucune obligation ».
312. Ne pas se rebeller contre les directives du [Grand] tribunal, comme il est dit : « Ne t’écarte pas de ce qu’ils te diront ».
313. Ne pas ajouter, ni soustraire aux commandements de la Torah – Loi orale ou Loi écrite, qui est son interprétation – comme il est dit : « Tout ce que Je vous ordonne, vous observerez pour le faire. Tu n’y ajouteras rien ».
314. Ne soustraire aucun commandement de la Torah, comme il est dit : « et tu n’en retrancheras rien ».
315. Ne pas maudire un juge, comme il est dit : « Ne maudis pas des juges ».
316. Ne pas maudire le nassi, qui est le roi ou le président de l’académie de la Terre d’Israël, comme il est dit : « et le nassi de ton peuple ».
317. Ne pas maudire un autre juif, comme il est dit : « Tu ne maudiras pas un sourd ».
318. Ne pas maudire son père ou sa mère, comme il est dit : « Celui qui maudit son père et sa mère sera mis à mort ».
319. Ne pas frapper son père ou sa mère, comme il est dit : « Et celui qui frappe son père et sa mère sera mis à mort ».
320. Ne pas accomplir de travail le Chabbat, comme il est dit : « N’accomplis aucun travail ».
321. Ne pas aller au-delà de la banlieue de la ville, comme les voyageurs, durant le Chabbat, comme il est dit : « que nul ne sorte de son endroit ».
322. Ne pas infliger de châtiment durant le Chabbat, comme il est dit : « N’allumerez pas de feu dans toutes vos demeures ».
323. Ne pas accomplir de travail le premier [jour] de Pessa’h, comme il est dit à ce propos : « vous ne ferez aucune œuvre servile ».
324. Ne pas accomplir de travail le septième [jour] de Pessa’h, comme il est dit à ce propos : « vous ne ferez aucune œuvre servile ».
325. Ne pas accomplir de travail durant la fête de Chavouot, comme il est dit à ce propos : « vous ne ferez aucune œuvre servile ».
326. Ne pas accomplir de travail le premier [jour] du septième mois, comme il est dit à ce propos : « vous ne ferez aucune œuvre servile ».
327. Ne pas accomplir de travail le jour de Kippour, comme il est dit à ce propos : « vous ne ferez aucune œuvre servile ».
328. Ne pas accomplir de travail le premier [jour] de la fête de Souccot, comme il est dit à ce propos : « vous ne ferez aucune œuvre servile ».
329. Ne pas accomplir de travail le huitième jour de la fête [de Souccot], comme il est dit à ce propos : « vous ne ferez aucune œuvre servile ».
330. Ne pas avoir de rapports avec sa mère, comme il est dit : « ne découvre point la nudité de ta mère ».
331. Ne pas avoir de rapports avec sa sœur, comme il est dit : « ne découvre point la nudité de ta sœur, qu’elle soit la fille de ton père…tu de découvriras point ».
332. Ne pas avoir de rapports avec l’épouse de son père, comme il est dit : « tu ne découvriras point la nudité de la femme de ton père ».
333. Ne pas avoir de rapports avec sa sœur, consanguine ou utérine, comme il est dit : « la nudité de la fille de la femme de ton père »
334. Ne pas avoir de rapports avec la fille de son fils, comme il est dit : « la nudité de la fille de ton fils ».
335. Ne pas avoir de rapports avec sa la fille de sa fille, comme il est dit : « ou de la fille de ta fille, tu ne dévoileras pas sa nudité ».
336. Ne pas avoir de rapports avec sa fille. Pourquoi [cette interdiction] n’est-elle pas explicitement mentionnée dans la Torah ? Étant donné qu’elle [l’Ecriture] a interdit la fille de la fille, elle n’a pas mentionné la fille [interdit qui découlait de soi]. Par tradition orale, ils [les sages] ont appris que l’interdiction [d’avoir des rapports avec] sa fille a le statut d’une loi de la Torah comme toutes les autres arayot, comme il est dit : « tu ne découvriras pas leur nudité, car elles sont ta propre nudité ».
337. Ne pas avoir de rapports avec une femme et sa fille, comme il est dit : « la nudité d’une femme et de sa fille tu ne découvriras pas »
338. Ne pas avoir de rapports avec une femme et la fille de son fils, comme il est dit : « la fille de son fils ».
339. Ne pas avoir de rapports avec une femme et la fille de sa fille, comme il est dit : « et la fille de sa fille tu ne prendras pas ».
340. Ne pas avoir de rapports avec sa tante maternelle, comme il est dit : « la nudité de la sœur de ta mère tu ne découvriras pas ».
341. Ne pas avoir de rapports avec sa tante paternelle, comme il est dit : « la nudité de la sœur de ton père tu ne découvriras pas ».
342. Ne pas avoir de rapports avec la femme de son oncle paternel, comme il est dit : « la nudité du frère de ton père tu ne découvriras pas ».
343. Ne pas avoir de rapports avec sa bru, comme il est dit : « la nudité de ta bru tu ne découvriras pas ».
344. Ne pas avoir de rapports avec l’épouse de son frère, comme il est dit : « la nudité de la femme de ton frère tu ne découvriras pas ».
345. Ne pas avoir de rapports avec la sœur de son épouse, comme il est dit : « Une femme et sa sœur tu ne prendras pas ».
346. Ne pas avoir de rapports avec une femme nidda, comme il est dit : « Et d’une femme au moment de son impureté de nidda tu n’approcheras pas ».
347. Ne pas avoir de rapports avec une femme mariée, comme il est dit : « et avec la femme de son voisin tu ne [t’uniras pas] ».
348. Ne pas s’accoupler à un animal, comme il est dit : « Ne t’accouple avec aucun animal ».
349. Qu’une femme ne s’accouple pas à un animal, comme il est dit : « et une femme ne s’offrira point à [l’accouplement d’]un animal ».
350. Ne pas avoir de rapports [homosexuels] avec un homme, comme il est dit : « Ne cohabite point avec un mâle de la même manière qu’avec une femme ».
351. Ne pas avoir de rapports [homosexuels] avec son père, comme il est dit : « tu ne découvriras point la nudité de ton père ».
352. Ne pas avoir de rapports [homosexuels] avec son oncle paternel, comme il est dit : « tu ne découvriras point la nudité du frère de ton père ».
353. Ne pas avoir avec les arayot d’intimité pouvant conduire à des rapports, par exemple, le fait d’enlacer, embrasser, faire un clin d’œil ou des signes, comme il est dit : « Que nul de vous n’approche d’aucune proche parente pour en découvrir la nudité » ; par tradition orale, ils [les sages] ont appris que ceci est une mise en garde contre toute proximité pouvant conduire à des rapports.
354. Qu’un mamzer n’épouse pas une fille d’origine juive, comme il est dit : « Un mamzer n’entrera pas dans l’assemblée de l’Eternel ».
355. Qu’il n’y ait pas de kedecha, c'est-à-dire une femme qui a des rapports sans contrat de mariage et sans kidouchine, comme il est dit : « il n’y aura pas de kedecha ».
356. Que [l’homme] qui a divorcé ne se remarie pas avec celle dont il a divorcé après qu’elle ait épousé un autre, comme il est dit : « Son premier mari qui l’avait renvoyée ne pourra plus à nouveau l’épouser ».
357. Qu’une yevama ne se marie pas avec quelqu’un d’autre que son yavam, comme il est dit : « la femme du défunt ne sera pas ».
358. Que le violeur ne divorce pas de la femme qu’il a violée, comme il est dit : « il ne pourra la renvoyer tout sa vie durant » .
359. Que le diffamateur ne divorce pas [de celle qu’il a diffamée], comme il est dit : « il ne pourra la renvoyer toute sa vie durant ».
360. Qu’un sariss n’épouse pas ne femme juive d’origine, comme il est dit : « L’homme aux testicules écrasés n’entrera pas ».
361. Ne pas castrer un mâle de quelque espèce que ce soit, ni un homme, ni un animal domestique, animal sauvage, ni volatile, comme il est dit : « vous ne ferez point [pareille chose] dans votre terre ».
362. Ne pas nommer de converti [roi] sur le peuple juif, comme il est dit : « tu ne pourras pas nommer un homme étranger ».
363. Qu’un roi n’ait pas trop de chevaux, comme il est dit : « qu’il ne multiplie pas les chevaux ».
364. Qu’un roi n’ait pas trop de femmes, comme il est dit : « Qu’il ne multiplie pas pour lui les femmes ».
365. Qu’un roi n’ait pas trop d’argent et d’or, comme il et dit : « et l’argent et l’or, qu’il n’en accumule pas excessivement ».

Ce sont là les 613 préceptes qui furent donnés à Moïse sur le Sinaï, ensemble avec les principes généraux, les applications détaillées, et les leurs plus petits points. Tous ces principes, détails, et points, et l’explication de chaque précepte constitue la Loi Orale, que chaque tribunal a reçu de ses [prédécesseurs]. Il y a d’autres préceptes post-sinaïtique, instaurés par les prophètes, les sages, et furent acceptés par l’ensemble du peuple juif. Tels sont par exemple la lecture de la méguila, l’allumage de la lampe de Hannouca, le jeûne du neuf av, le Erouv, l’[ablution] des mains. Chacun de ces commandements a ses interprétations et ses détails, lesquels seront exposés dans cet ouvrage.
Tous ces nouveaux préceptes, il nous incombe de les accepter et de les observer, comme il est dit : « tu ne te détourneras pas ». Cela n’est pas un ajout aux préceptes de la Torah. Pourquoi donc, la Torah nous a-t-elle mis en garde : « tu n’y ajouteras rien et tu n’en retrancheras rien » ? [Ce texte] nous enseigne qu’un prophète n’a pas le droit d’innover et de dire que le Saint Béni soit-Il lui a ordonné d’ajouter ce commandement aux commandements de la Torah, ou de retirer l’un des six cent treize commandements. Mais si le tribunal, ensemble avec le prophète vivant à cet époque, instituent un précepte supplémentaire sous forme d’ordonnance, de décision juridique, ou de décret, cela n’est pas [considéré comme] un ajout [aux préceptes de la Torah], car ils ne prétendent pas que le Saint Béni soit-Il a ordonné de faire un érouv ou de lire la méguila en son temps – ce qui aurait été un ajout. Toutefois, ce que nous maintenons est que les prophètes, ensemble avec le tribunal, ont promulgué [ces ordonnances] et ont ordonné de livre la méguila en son temps, afin de proclamer les louanges du Saint Béni soit-Il, [relater] le salut dont Il nous a gratifié, et qu’Il fut toujours proche lorsque nous l’avons imploré. Nous devons donc Le bénir et Le magnifier, et donner à comprendre aux générations ultérieures à combien vrai est la promesse de la Torah : « car quel est le grand peuple qui a un D.ieu… ». C’est dans cet esprit que chaque précepte, positif ou négatif, fut institué par les sages.

La Paracha
Parachat Devarim
Cette page en d'autres langues