ב"ה

Rambam - 3 chapitres par jour

Lois relatives aux ustensiles : Chapitre Vingt-sept, Lois relatives aux ustensiles : Chapitre Vingt-huit

Montrer le texte en :

Lois relatives aux ustensiles : Chapitre Vingt-sept (Version non corrigée)

1. Il y a trois sortes de caisses : une caisse qui est endommagée sur le côté est susceptible de contracter l’impureté par foulage . Si elle est endommagée sur sa paroi supérieure, elle est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre. Et celle [la caisse] qui a la mesure [quarante séa], elle est pure [n’est pas susceptible de contracter l’impureté].

2. Il y a trois sortes de pétrins : un pétrin qui a une contenance comprise entre deux log et neuf kav qui est fendu, est susceptible de contracter l’impureté par foulage [cf. ch. 26 § 7]. S’il est entier, il est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre. Et celui [le pétrin] qui a la mesure [une contenance de quarante séa], il est pur [non susceptible de contracter l’impureté].

3. Il y a trois sortes de charrettes : celle qui est faite comme une catédra [sorte de siège en bois pour femmes dans lequel elles prennent place en chemin] est susceptible de contracter l’impureté par foulage. [Celle qui est] comme un lit [longue et étroite, qui n’est pas faite pour s’asseoir mais pour transporter des charges] est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre [mais non l’impureté par foulage], et celle [qui est faite pour porter] des pierres est pure [n’est pas susceptible de contracter l’impureté].

4. Il y a trois sortes de boucliers : le bouclier qui est courbe [qui protège le soldat de trois côtés des flèches de l’ennemi] est susceptible de contracter l’impureté par foulage [parce que les soldats s’étendent dessus sur le champ de bataille], celui [le bouclier] qui est utilisé dans l’arène [qui est plus petit que le bouclier de guerre et qui est plat] est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et le jouet des arabes est pur, parce qu’il est seulement fait pour la forme [pour jouer avec], et ne sert pas à l’homme, et tout ustensile qui n’est pas nécessaire à l’homme n’est aucunement susceptible de contracter l’impureté.

5. Il y a trois sortes d’ustensiles en peau [bloc de peau non tannée] : celui de ceux qui pratiquent des saignée [sur laquelle s’assoient les patients] est susceptible de contracter l’impureté par foulage, celui sur lequel on mange est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et celui sur lequel on étend les olives est pure, parce qu’elle ne sert pas [directement] à l’homme.

6. Il y a trois sortes de bases : celle qui est devant le lit et devant les scribes est susceptible de contracter l’impureté par foulage, [la base] de la table [placée en dessous de celle-ci (il s’agit d’une table longue, faite pour les boissons)] est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et celle [la base] d’une armoire est pure, parce qu’elle est une partie de l’armoire et sa forme indique [qu’elle est faite à cet effet].

7. Il y a trois sortes de lits : celui qui est fait pour s’étendre est susceptible de contracter l’impureté par foulage, celui des verriers qui posent dessus les ustensiles en verre [réalisés] est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et celui des treillageurs, sur lequel ils font les treillages, est pur, parce qu’il ne sert pas [directement] à l’homme.

8. Il y a trois sortes de paniers à ordures : celui qui est fait pour le fumier [pour apporter le fumier au champ] est susceptible de contracter l’impureté par foulage [parce que le conducteur de la charrette s’assoit sur la partie élevée [cf. ch. 6 § 10], celui [le panier] de la paille est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre. Et le treillage de cordes des chameaux [fait pour tenir les charges sur le dos du chameau] est pur, parce que les cordes utilisées sont très dures et épaisses [et il n’est pas possible de s’asseoir dessus], et elles ne peuvent pas contenir de paille ou quelque chose de semblable ; ainsi, il [ce treillage] n’a pas le statut d’un ustensile mais il est [considéré simplement comme] des cordes.

9. Il y a trois sortes de nattes, celle qui est faite pour s’asseoir est susceptible de contracter l’impureté par foulage, celle des teinturiers sur laquelle ils étendent les vêtements est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et celle des pressoirs sur laquelle on pose les olives et avec laquelle on les recouvre est pure, parce qu’elle ne sert pas [directement] à l’homme.

10. Il y a trois sortes d’outres et trois sortes de sacs de berger [en peau] : ceux qui ont la capacité sont susceptibles de contracter l’impureté par foulage. Et quelle est leur capacité ? L’outre, quatre kav, et le sac, cinq [kav], et ceux qui n’ont pas cette capacité sont susceptibles de contracter l’impureté par un cadavre, et ceux qui sont faits en peau de poisson sont purs.

11. Il y a trois sortes de peau, celle qui est faite pour être étendue [sur le sol, pour que l’on s’assoit dessus] est susceptible de contracter l’impureté par foulage, celle qui est faite pour envelopper des ustensiles est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et celle [qui est désignée pour] les lanières et celle [qui est désignée pour] les sandales est pure [non susceptible de contracter l’impureté].

12. Il y a trois sortes de draps : celui qui est fait pour s’étendre dessus, est susceptible de contracter l’impureté par foulage, celui qui sert de rideau est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et celui [le drap] avec des motifs, qui est fait comme guide d’instructions pour le brodeur est pur, parce qu’il ne sert pas à l’homme.

13. Il y a trois sortes de foulards [pièces d’étoffe] : celui qui est fait pour [se nettoyer] les mains est susceptible de contracter l’impureté par foulage, celui des rouleaux [de la Torah] est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et celui qui est utilisé pour un linceul pour un défunt et celui des lutes des lévites est pur [non susceptible de contracter l’impureté], parce qu’il ne sert pas [directement] à l’homme.

14. La peau qui est faite comme une main, dans laquelle on introduit la main et les doigts du fait du froid ou ce qui est semblable, est appelée praklinine [gants], et il y a trois sortes de gants : ceux des chasseurs de gibiers et de volatiles, sont susceptibles de contracter l’impureté par foulage, parce qu’ils [les chasseurs] s’appuient dessus [quand ils se reposent], ceux des [chasseurs de] locustes sont susceptibles de contracter l’impureté par un cadavre, parce qu’ils y mettent les locustes [dans les gants], et ceux [les gants] de ceux qui font sécher les fruits [frais comme les figues ou les raisins], avec lesquels ils font sécher les fruits [pour ne pas se salir les mains] sont purs [non susceptibles de contracter l’impureté], parce qu’ils ne servent pas à l’homme.

15. Il y a trois sortes de résilles : celle d’une jeune fille, est susceptible de contracter l’impureté par foulage [car elle l’enlève et s’assoit parfois dessus], celle d’une femme âgée est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre [comme toute parure], et celle [portée par les femmes débauchées] qui est l’objet de distraction des buveurs d’alcool est pure, car elle ne sert pas à l’homme.

16. Il y a trois sortes de sandales : celle d’un homme est susceptible de contracter l’impureté par foulage, celle qui est en métal pour un animal est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, celle qui est en liber ou en certains types de jonc est pure. Telle est la règle générale : tout ustensile qui n’est pas apte à servir de siège ou de selle, ou qui est apte mais n’a pas été fait à cet effet, mais pour une autre fonction, n’est pas susceptible de contracter l’impureté par foulage. S’il a été fait pour une autre fonction mais sert également de siège, comme un châle et un voile, il est susceptible de contracter l’impureté par foulage. Et tout ce qui est susceptible de contracter l’impureté par foulage est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, et certains [éléments] sont susceptibles de contracter l’impureté par un cadavre, mais non par foulage, comme nous l’avons expliqué. Et tout ce qui est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, est susceptible de contracter les autres pères d’impureté, qu’ils relèvent de la Torah, ou soient d’ordre rabbinique, et est susceptible de contracter l’impureté par les liquides.

17. Il y a trois sortes de paniers de stockage : si un [panier] usé sert à rapiécer un [panier] en bon état [qui a un petit trou, pour boucher celui-ci], le statut [des deux paniers] est déterminé [panier] en bon état [et si une impureté est en contact avec le panier usé, il ne devient pas impur, bien qu’il soit entier ; dans le cas contraire (si une impureté est en contact avec le panier en bon état), le panier usé est impur]. Si un petit [panier] est [attaché] sur un grand panier, le statut est déterminé selon le grand [panier]. S’ils sont de taille égale, le statut est déterminé selon le [panier] intérieur. Que signifie « le statut est déterminé par lui » ? S’il [le panier en question, dont l’état est conséquent] a un trou de la taille d’une grenade, les deux sont purs [ne sont pas susceptibles de contracter l’impureté].

18. Il y a trois sortes de tablettes [d’écriture] : les chaises pliantes [le terme pinkas, peut en effet faire référence à toute paire de planches qui s’assemblent, telle la chaise pliante], sur lesquelles on pose les rouleaux est susceptible de contracter l’impureté par foulage [parce qu’elle est également faite pour s’asseoir dessus], celle [la tablette] qui a un réceptacle pour la cire [avec laquelle on écrit au moyen d’un stylet] est susceptible de contracter l’impureté par un cadavre, celle qui est lisse est pure [non susceptible de contracter l’impureté], parce qu’elle n’a pas la forme d’un ustensile et n’est pas apte à servir de siège.

Lois relatives aux ustensiles : Chapitre Vingt-huit (Version non corrigée)

1. Tous les ustensiles ayant un réceptacle dont la paroi extérieure est devenue impure par des liquides, leur paroi intérieure n’est pas impure en ce qui concerne la térouma, ni leur bord, ni leurs anses, ni la partie renfoncée dans le bord de l’ustensile pour poser le doigt [le pouce. Si la paroi intérieure de l’ustensile devient impure, tous [ces éléments] deviennent impurs. Si un liquide impur tombe sur la base d’un ustensile, son bord, son anse ou sur le manche d’un récipient, on essuie [le liquide afin qu’il ne touche pas l’ustensile même, susceptible de contracter l’impureté] et il [l’ustensile] est pur.

2. Les ustensiles en toile à sac comme les sacs et les gros sacs de transport de marchandise, les ustensiles en peaux comme les oreillers et les matelas, et les ustensiles en bois, même les paniers et les corbeilles de fumier, si leur paroi extérieure est rendue impure par un liquide, leur paroi intérieur ne devient pas impure.

3. Les ustensiles immergeables plats [qui n’ont pas de réceptacle] qui ne sont pas aptes à servir de siège, par exemple, une table, une tablette qui n’a pas de paroi [montante], étant donné qu’ils ne sont pas susceptibles de contracter l’impureté selon la Torahs, si leur paroi extérieure [la partie inférieure] est rendue impure par un liquide, leur paroi intérieure [la partie supérieure] ne devient pas impure. Par contre, les ustensiles immergeables qui peuvent servir de siège, par exemple, le lit et la peau sur lesquels on dort, le siège et ce qui est semblable, leur paroi extérieure et leur paroi intérieure ne sont pas distinguées ; plutôt, qu’un liquide soit en contact avec leur paroi intérieure ou avec leur paroi extérieure, tout l’ustensile devient impur. Et de même, les mesures de vin et d’huile, et une fourche à rôtir, et une passoire pour la moutarde, et un filtre pour vin, aucune distinction n’est faite entre leur paroi intérieure et leur paroi extérieure ; plutôt, si un liquide tombe sur une partie, ils deviennent entièrement impurs, comme les vêtements.

4. La mardea, qui est l’aiguillon , a une partie intérieure distinguée de sa partie extérieure. Quel est le cas ? Si un liquide tombe sur le ‘har’hor [pièce en fer semblable à une lance dans laquelle est inséré le bâton en bois], seuls les sept téfa’him du [bâton en] bois contigus au ‘har’hor deviennent impurs, et le reste du [bâton en] bois est pur [non susceptible de contracter l’impureté]. Et de même, si un liquide tombe sur le darvane [pièce en fer mise autour du cou de l’animal et qui sert à piquer celui-ci], seuls les quatre téfa’him [du bâton en bois] contigus au darvane deviennent impurs. Si [un liquide impur] tombe [sur le bâton en bois] en-dehors des sept téfa’him [contigus au ‘har’hor] et des quatre téfa’him [contigus au darvane], cela est considéré comme un récipient dont la paroi extérieure est en contact avec un liquide [impur], et seul l’endroit du contact ainsi que la partie extérieure [c'est-à-dire le champ du bâton compris entre les quatre téfa’him contigus au darvane et les sept téfa’him contigus au ‘har’hor] deviennent impurs.

5. Soit une bourse dans une autre ; si l’une d’elle devient impure par un liquide, l’autre ne devient pas impure. Dans quel cas cela s’applique-t-il ? Si les bords sont égaux. Par contre, si le [bord de la bourse] extérieure dépasse et que la [bourse] intérieure devient impur, la [bourse] extérieure devient impure ; si la [bourse] extérieure devient impure, la [bourse] intérieure ne devient pas impure. Et quand il s’agit d’un rampant mort, quelque soit le cas, si l’un devient impur, l’autre devient impur .

6. Si on taille un quart [de kav] et un huitième [de kav] dans une pièce de bois [ce qui forme deux compartiments], et que l’un [des compartiments] devient impur par un liquide, le second ne devient pas impur, bien qu’ils forment une seule pièce de bois. Comment cela s'applique-t-il ? Si un liquide impur est en contact avec l’intérieur [du compartiment] d’un quart [de kav], [ce compartiment d’]un quart [de kav] et sa paroi extérieure deviennent impurs, et [le compartiment d’]un huitième [de kav] et sa paroi extérieure sont purs. S’il [le liquide] est en contact avec l’intérieur [du compartiment d’]un huitième [de kav], [le compartiment d’]un huitième de kav et sa paroi extérieure sont impurs, et [le compartiment d’]un quart [de kav] et sa paroi extérieure sont purs. Et lorsque l’on immerge [la pièce en bois dont une partie est impure dans le bain rituel], on immerge toute [la pièce]. Si la paroi extérieure du [compartiment d’]un quart [de kav] ou [du compartiment d’]un huitième [de kav] devient impur par un liquide, la paroi extérieure de [tout] l’ustensile [la pièce de bois] est impure, car on ne fait pas de distinction entre les parois extérieures [des réceptacles d’un même ustensile].

7. Si une bouilloire dont la paroi extérieure est impure est chauffée, on ne soupçonne pas que du liquide soit sorti [de l’intérieur de la bouilloire], ait touché [la paroi extérieure], et soit retourné à l’intérieur [de la bouilloire, rendant celle-ci impure], mais [on considère] le liquide qui est à l’intérieur pur pour la térouma.


Fin des lois sur les ustensiles, avec l’aide de D.ieu.

La Paracha
Parachat Ki Tissa
Cette page en d'autres langues