Obtenez le meilleur du contenu de Chabad.org chaque semaine!
Trouvez les réponses à de fascinantes questions sur la vie juive et le judaïsme, profitez de conseils et de guides pour les fêtes, lisez des histoires vraies, et plus encore!
ב"ה

Rambam - 3 chapitres par jour

Chapitre Huit, Chapitre Neuf, Chapitre Dix

Montrer le texte en :

Lois relatives aux offrandes invalides : Chapitre Huit

1. Un oiseau apporté en sacrifice expiatoire qui s’est mélangé avec des oiseaux apportés en holocaustes ou un oiseau apporté en holocauste qui s’est mélangé avec des oiseaux apportés en sacrifices expiatoires, même un parmi dix mille, tous doivent mourir. Dans quel cas cela s’applique-t-il ? S’ils [les oiseaux] les ont désignés [comme sacrifices expiatoires ou comme holocaustes] au moment de l’acquisition par les propriétaires. Mais s’il a apporté des oiseaux pour son obligation, parmi eux un sacrifice expiatoire et un holocauste sans donner de désignation explicite [à chacun] mais tous étaient [destinés à son obligation] sans précision et un sacrifice expiatoire ou un holocauste s’est mélangé avec [les oiseaux faisant l’objet de] cette obligation [évoquée dont] aucune précision [n’a été donnée], cela fait appel à d’autres lois.

2. Quelles sont ces lois ? Si un [oiseau apporté en] sacrifice expiatoire s’est mélangé avec [les paires d’oiseaux faisant l’objet de] cette [dite] obligation [qui ont été désignés] sans précision, ne sont valides que le nombre de sacrifices expiatoires faisant l’objet de l’obligation. Mais le nombre d’holocaustes faisant l’objet de l’obligation avec le sacrifice expiatoire qui s’est mélangé sont invalides, car il y a là un mélange d’un sacrifice expiatoire avec des holocaustes.

3. Et de même, s’il y a deux fois plus [d’oiseaux faisant l’objet de] l’obligation que de [oiseaux apportés en] sacrifices expiatoires [qui se sont mélangés], la moitié [des oiseaux] de l’obligation est valide et la moitié est invalide. Et il me semble qu’on les fait tous en bas comme le rituel d’un sacrifice expiatoire.

4. Et de même, si des holocaustes se sont mélangés avec [les oiseaux faisant l’objet de] cette obligation, ne sont valides que le nombre d’holocaustes faisant l’objet de l’obligation. Mais le nombre de sacrifices expiatoires faisant l’objet de l’obligation, avec les holocaustes qui s’y sont mélangés sont invalides, car il y a là un mélange d’un holocauste avec un sacrifice expiatoire, que [les oiseaux faisant l’objet de] l’obligation [désignés] sans précision soient plus nombreux que les holocaustes qui s’y sont mélangés ou que les holocaustes soient plus nombreux que [les oiseaux faisant l’objet de] l’obligation, ou qu’ils soient en quantité égale, ne sont valides que le nombre d’holocaustes faisant l’objet de l’obligation. C’est pourquoi, s’il y a deux fois [plus d’oiseaux faisant l’objet de] l’obligation que d’holocaustes, la moitié [des oiseaux faisant l’objet] de l’obligation est valide et la moitié est invalide. Et il me semble qu’on les fait tous au niveau supérieur [de l’autel] suivant le rituel de l’holocauste.

5. Si [des oiseaux faisant l’objet d’]une obligation [désignés] sans précision se sont mélangés avec [des oiseaux faisant l’objet d’]une autre obligation [désignés] sans précision, qu’ils soient tous de la même nature, par exemple, des paires [d’oiseaux désignés] pour une personne atteinte de flux avec des paires [d’oiseaux désignés] pour une personne atteinte de flux ou de nature différente, par exemple, des paires [d’oiseaux désignés] pour une personne atteinte de flux avec des paires [d’oiseaux désignés] pour une femme accouchée, qu’ils [les deux groupes d’oiseaux] appartiennent tous deux à une personne ou à deux personnes, s’ils sont en nombre égal, la moitié est valide et la moitié est invalide, que l’on fait [le cérémonial] de tous [les oiseaux] au niveau supérieur ou au niveau inférieur ou la moitié au niveau supérieur et la moitié au niveau inférieur, [on a] toujours [pour règle que] la moitié est valide et la moitié est invalide parce qu’il a parmi tous [ces oiseaux] une moitié d’holocaustes et une moitié de sacrifices expiatoires, et le [cérémonial du] sacrifice expiatoire se fait au niveau inférieur et [le cérémonial de] l’holocauste se fait au niveau supérieur. [Par conséquent,] si l’on a fait [le cérémonial de] tous [les oiseaux] au niveau supérieur, la moitié sont valides, et ce sont des holocaustes. Si on a fait [le cérémonial de] tous [les oiseaux] au niveau inférieur, la moitié sont valides, et ce sont des sacrifices expiatoires. Et si on a fait [le cérémonial de] la moitié [des oiseaux] au niveau inférieur et [le cérémonial de] la moitié [des oiseaux] au niveau supérieur, la moitié de la moitié [des oiseaux dont le cérémonial a été] fait au niveau supérieur est valide ; [seule la moitié est valide] à cause du mélange [et il est à craindre que ce sont tous les sacrifices de l’un qui ont été faits en haut et tous les sacrifices de l’autre qui ont été faits en bas], ce sont des holocaustes et la moitié de la moitié [des oiseaux dont le cérémonial a été] fait au niveau inférieur est valide, ce sont des sacrifices expiatoires.

6. Si deux [groupes d’oiseaux faisant l’objet de deux] obligations [ayant été désignés] sans précision se sont mélangés et que l’une [obligation] était plus importante [comptait plus d’oiseaux] que l’autre, par exemple, si l’une [obligation] consistait en quatre oiseaux et l’autre en six [oiseaux], [la règle suivante est appliquée] : s’il [le cohen] a fait [le cérémonial] de tous [les oiseaux] au niveau supérieur ou au niveau inférieur, la moitié est invalide et la moitié est valide, pour la raison que nous avons expliquée. S’il a fait [le cérémonial de] la moitié [des oiseaux] au niveau inférieur et de la moitié [des oiseaux] au niveau supérieur, [on considère la manière avec laquelle il a agi :] s’il a agi ainsi après s’être enquis [auprès du tribunal rabbinique sur la loi dans un tel cas], le plus petit nombre [d’oiseaux, c’est-à-dire le nombre d’oiseaux correspondant à celui de l’obligation la plus petite] est valide. Et s’il a agi ainsi de sa propre initiative, le plus grand nombre [d’oiseaux, c’est-à-dire le nombre d’oiseaux de l’obligation la plus importante] est valide.

7. Telle est la règle générale : quand le cohen agit de sa propre initiative [faisant le cérémonial de] la moitié [des oiseaux] au niveau supérieur et la moitié au niveau inférieur, de sorte qu’il est impossible qu’il n’y ait pas [une partie] des [oiseaux] appartenant à l’un d’eux [dont le cérémonial a été fait] au niveau supérieur et [une partie] au niveau inférieur, le plus grand nombre [d’oiseaux] est valide ; étant donné que l’on a la certitude qu’une partie de ses offrandes [ont été faites] au niveau supérieur et une partie au niveau inférieur, [le nombre d’oiseaux correspondant à] toutes ses offrandes sont valides.

8. Si deux personnes ont acheté leurs paires [d’oiseaux] mélangées ou ont donné l’argent pour leurs paires [d’oiseaux] au cohen, le cohen peut offrir un sacrifice expiatoire pour celle [la personne] de son choix et un holocauste pour celle [la personne] de son choix, car les paires [d’oiseaux] ne sont définies [quant à savoir quel oiseau est désigné comme sacrifice expiatoire et lequel est désigné comme holocauste] que par l’acquisition des propriétaires [quand ils mentionnent la nature de chacun au moment de l’acquisition] ou par le cérémonial du cohen, comme nous l’avons expliqué.

9. Si se sont présentés au cohen des sacrifices expiatoires et des holocaustes et qu’il les a faits tous au niveau supérieur ou au niveau inférieur, la moitié est valide et la moitié est invalide. S’il en a fait la moitié au niveau supérieur et la moitié au niveau inférieur, sans savoir si ce sont les sacrifices expiatoires qu’il a faits au niveau inférieur ou les holocaustes, ils sont tous invalides, car l’on présume que ce sont les holocaustes qu’il a faits au niveau inférieur et les sacrifices expiatoires [qu’il a faits] au niveau supérieur.

10. S’il [le cohen] avait devant lui trois groupes d’oiseaux : un [groupe] de sacrifices expiatoires, un [groupe] d’holocaustes [le cohen les a lui-même désignés] et un [groupe d’oiseaux désignés] sans précision, [c’est-à-dire contenant] une moitié d’holocaustes et une moitié de sacrifices expiatoires n’ayant pas été désignés explicitement [et ne se rappelait plus à quoi correspondant chaque groupe], s’il les a tous faits au niveau supérieur ou au niveau inférieur, la moitié est valide et la moitié est invalide.

11. S’il a fait la moitié au niveau supérieur et la moitié au niveau inférieur, ne sont valides que ceux qui n’ont pas été désignés explicitement dont il a fait la moitié au niveau supérieur et la moitié au niveau inférieur et ils sont partagés entre les propriétaires et sont comptés pour les deux [la moitié pour chacun], parce que le cohen ne sait pas pour qui il a désigné [les deux groupes d’oiseaux] et à qui appartenait le [groupe d’oiseaux] sans précision. Et les deux groupes désignés sont invalides car il ne sait pas lequel il a fait au niveau supérieur et lequel il a fait au niveau inférieur, et il est à craindre que les holocaustes ont été faits au niveau inférieur et les sacrifices expiatoires au niveau supérieur.

Lois relatives aux offrandes invalides : Chapitre Neuf

1. Une paire [d’oiseaux désignés] sans précision dont un oiseau s’est envolé dans l’air ou parmi des oiseaux tous destinés à mourir, ou dont un oiseau est mort, on prend un partenaire pour le second.

2. S’il [l’oiseau évoqué au paragraphe précédent] s’envole parmi les [oiseaux] destinés à être offerts, il devient invalide et invalide un autre avec lui, car un oiseau qui s’envole d’une paire [d’oiseaux] dont aucun n’a été explicitement désigné parmi des [oiseaux] destinés à être offerts devient invalide et invalide un [oiseau] avec lui. Comment cela s’applique-t-il ? Si un oiseau s’envole d’un [groupe d’oiseaux] sans désignation spécifique parmi dix oiseaux n’ayant pas de désignation spécifique, [la règle suivante est appliquée :] s’il [le cohen] a fait [le cérémonial de] cinq [oiseaux] au niveau inférieur et [de] six au niveau supérieur, cinq holocaustes sont valides parmi les six faits au niveau supérieur et quatre sacrifices expiatoires sont valides parmi les cinq oiseaux faits au niveau inférieur, car on considère que l’oiseau qui s’est envolé est peut-être l’un des cinq [oiseaux] faits au niveau inférieur [par conséquent, seuls quatre sacrifices expiatoires ont été offerts et il y a un oiseau invalide parmi les holocaustes]. Et de même, s’il a fait [le cérémonial de] six [oiseaux] au niveau inférieur et [de] cinq au niveau supérieur, sont valides cinq sacrifices expiatoires et quatre holocaustes, car on considère que l’oiseau [envolé] fait partie des cinq [oiseaux dont le rituel s’est] déroulé au niveau supérieur. [Ne] sont donc valides parmi les dix [oiseaux du groupe que] neuf [oiseaux] ; il [l’oiseau mélangé] a donc invalidé un [oiseau du groupe].

3. [Soit le cas suivant :] il y a quatre oiseaux sans désignation spécifique et [un] autre [groupe de] quatre oiseaux sans désignation spécifique ; un [oiseau] du premier [groupe] s’est envolé [et mélangé] parmi le second [groupe], il invalide un [oiseau] du second [groupe]. Après qu’ils se soient mélangés, un [oiseau] du second [groupe] est revenu et s’est envolé parmi le[s oiseaux du] premier [groupe], il invalide l’un des [oiseaux] du premier [groupe]. Ne sont valides parmi les [oiseaux du] premier [groupe] que deux [oiseaux].

4. [Dans le cas du paragraphe précédent,] si un [oiseau] revient et s’envole du premier [groupe] parmi le[s oiseaux du] second [groupe], même [si cela dure] toute la journée, aucun [oiseau] en plus n’est invalidé, car même s’ils sont tous mélangés ensemble, la moitié [des oiseaux] sont valides et la moitié sont invalides, comme nous l’avons expliqué [cf. ch. 8 § 5].

5. [Soit plusieurs groupes d’oiseaux :] le premier groupe contient deux oiseaux, le second [contient] quatre [oiseaux], le troisième [en contient] six, le quatrième [en contient] huit, le cinquième [en contient] dix, le sixième [en contient] douze, le septième [en contient] quatorze, et un oiseau du premier [groupe] s’envole vers le second [groupe], et un [oiseau] du second [groupe s’envole] vers le troisième, [un oiseau] du troisième [groupe] vers le quatrième, du quatrième au cinquième, du cinquième au sixième, et du sixième au septième. Puis, un [oiseau] revient en s’envolant de groupe en groupe jusqu’à revenir au premier [groupe] dont il [le premier oiseau] s’est envolé en premier ; [dans un tel cas], il invalide un [oiseau de chaque groupe] par son allée et un [oiseau de chaque groupe] par son retour. Le premier et le second [groupes] n’ont donc aucun [oiseau valide], le troisième a deux oiseaux [valides], le quatrième en a quatre, le cinquième en a six, le sixième en a huit et le septième en a douze. Si un [oiseau] recommence à s’envoler de l’un à l’autre [de groupe en groupe] une seconde fois, et que l’un revient du dernier [groupe de groupe en groupe] jusqu’au premier [groupe], il invalide [un oiseau] par son allée et un [oiseau] par son retour ; [à présent,] le troisième et le quatrième [groupe] n’ont [donc] aucun [oiseau valide], le cinquième [groupe] a deux oiseaux valides, le sixième en a quatre, et le septième en a dix. Si un oiseau s’envole une troisième fois de l’un à l’autre [de groupe en groupe], et revient une quatrième fois de l’un à l’autre [il s’agit du troisième retour], il invalide un [oiseau] par son allée et un par son retour. [Par conséquent,] le cinquième et le sixième [groupes] sont tous invalidés, et le septième [groupe], il y reste huit oiseaux valides. [Ainsi], quand il [le cohen] fait [le cérémonial des] quatorze [oiseaux du septième groupe], sept au niveau supérieur et sept au niveau inférieur, huit sont valides et six sont invalides, à cause du mélange de ces oiseaux qui ont volé allant et venant.

6. [Soit deux paires d’oiseaux :] une paire [d’oiseaux] sans désignation spécifique et une [paire d’oiseaux] désignés. Si [un oiseau] s’est envolé de la [paire d’oiseaux] sans désignation spécifique vers [la paire d’oiseaux] désignés [au préalable de sorte que les trois oiseaux de la seconde paire se sont mélangés], il désigne un [autre] partenaire pour le second [oiseau de la première paire]. Si [un oiseau] est revenu [dans le cas précédent] ou s’est envolé [dans la même situation initiale, de deux paires d’oiseaux] de la [paire d’oiseaux] désignés vers la [paire d’oiseaux] sans désignation spécifique, et qu’il ne sait pas si celui qui s’est envolé était un holocauste ou un sacrifice expiatoire, tous les oiseaux de la [paire d’oiseaux] sans désignation spécifique doivent mourir ; en effet, si [l’oiseau qui] s’est mélangé [est] un holocauste, tous les sacrifices expiatoires sont invalides [car il est dès lors impossible de faire le cérémonial d’un oiseau au niveau inférieur, de crainte que ce soit l’holocauste]. Et si [l’oiseau qui] s’est mélangé [est] un sacrifice expiatoire, tous les holocaustes sont invalides, aussi doivent-ils tous mourir.

7. [Soit le cas suivant :] des [oiseaux désignés comme] sacrifices expiatoires d’un côté, des [oiseaux désignés comme] holocaustes d’un côté et une [paire d’oiseaux] sans désignation spécifique au milieu ; si un [oiseau] s’envole [de la paire] du milieu vers les côtés, [c’est-à-dire] d’un côté l’un et de l’autre côté l’autre, cela ne porte pas à conséquence ; plutôt, il présume que celui [l’oiseau] qui est allé vers les sacrifices expiatoires est un sacrifice expiatoire, et celui [l’oiseau] qui est allé vers les holocauste est un holocauste. Si, après qu’ils se soient mélangés, un [oiseau] de chaque côté revient au milieu, les deux [oiseaux] du milieu doivent mourir, car ce sont un sacrifice expiatoire et un holocauste mélangés. Quant à ceux [les oiseaux] des côtés, les uns sont offerts comme sacrifice expiatoire et les autres sont offerts comme holocauste, comme auparavant. Si [après que les oiseaux du milieu se soient mélangés,] un [oiseau] du milieu s’envole sur les côtés [un de chaque côté], tous doivent mourir, de crainte qu’un holocauste se soit mélangé parmi les sacrifices expiatoires et un sacrifice expiatoire parmi les holocaustes.

Lois relatives aux offrandes invalides : Chapitre Dix

1. Une femme qui a dit : « Je m’engage à [apporter] une paire [d’oiseaux] quand j’aurai un garçon doit apporter quatre oiseaux quand elle enfante : deux pour son vœu, qui sont des holocaustes, comme nous l’avons expliqué, et deux comme obligation pour avoir enfanté, dont l’un est un holocauste et l’autre un sacrifice expiatoire. Tu apprends donc que le cohen doit faire [le cérémonial de] trois oiseaux au niveau supérieur et un oiseau au niveau inférieur. S’il commet une erreur et fait [le cérémonial de] deux [oiseaux] au niveau supérieur et [de] deux [oiseaux] au niveau inférieur sans avoir demandé [à la femme lequel était un holocauste et lequel un sacrifice expiatoire], elle doit apporter encore un oiseau et l’offrir au niveau supérieur. Dans quel cas cela s’applique-t-il ? Si elle a offert quatre [oiseaux] de la même espèce, par exemple, tous des tourterelles ou des jeunes colombes. Mais s’il y avait deux tourterelles avec deux jeunes colombes et qu’il en a fait deux au niveau supérieur et deux au niveau inférieur [c’est-à-dire qu’il a offert chaque espèce à un niveau sans savoir laquelle], elle doit apporter encore une tourterelle et une jeune colombe et faire [le cérémonial des] deux au niveau supérieur pour s’acquitter de son obligation, car s’il [le cohen] a fait en premier lieu [le cérémonial de] deux tourterelles au niveau inférieur, elle a besoin d’[offrir] une tourterelle au niveau supérieur [comme holocauste] pour son obligation. Et s’il a fait les [le cérémonial des] deux jeunes colombes au niveau inférieur, elle a besoin d’[offrir] une jeune colombe au niveau supérieur [comme sacrifice expiatoire] pour s’acquitter de son obligation, car une personne ne peut pas apporter pour son obligation une tourterelle et une jeune colombe mais soit deux tourterelles, soit deux jeunes colombes [par conséquent, elle doit apporter une tourterelle et une jeune colombe pour pouvoir éviter tout doute].

2. Si elle a explicité son vœu et a dit au cohen : « Ceux-ci sont pour mon vœu et ceux-ci pour mon obligation », et que le cohen a fait [le cérémonial de] deux au niveau supérieur et deux au niveau inférieur sans savoir lesquels il a fait au niveau supérieur et lesquels il a fait au niveau inférieur, elle doit apporter trois oiseaux : deux pour son vœu et un pour compléter son obligation ; les [le cérémonial des] deux se déroule au niveau supérieur, car elle a explicité son vœu, et peut-être les [le cérémonial des] deux [oiseaux] de son vœu a été fait au niveau inférieur et ils sont invalides. Dans quel cas cela s’applique-t-il ? Si elle a apporté pour les quatre [oiseaux], dont deux correspondent au vœu qu’elle a explicitée une même espèce [d’oiseau]. Par contre, s’il y avait deux espèces, elle doit apporter quatre autres [oiseaux] : deux de l’espèce qu’elle a mentionnée pour son vœu sont offerts pour son vœu et deux de l’espèce de son choix pour son obligation, dont [le cérémonial de l’]un se fait au niveau supérieur et un au niveau inférieur.

3. Si elle a déterminé [l’espèce à utiliser pour] son vœu et a dit : « Si j’enfante un garçon, je m’engage à [apporter] deux tourterelles », a enfanté [un garçon] et a apporté quatre oiseaux [d’une même espèce et en a défini certains pour son obligation et d’autres pour son vœu], deux pour son vœu et deux pour son obligation et qu’il [le cohen] en a fait deux au niveau supérieur et deux au niveau inférieur sans savoir lesquels il a fait au niveau supérieur et lesquels il a fait au niveau inférieur, et elle aussi a oublié l’espèce qu’elle avait déterminée pour son vœu [elle se souvient de ce qu’elle a donné au cohen mais ne sait plus si c’est l’espèce qu’elle a déterminée], à savoir des tourterelles ou des jeunes colombes, elle doit apporter deux tourterelles avec deux jeunes colombes pour son vœu, et les [le rituel des] quatre se fait au niveau supérieur, et elle apporte un oiseau pour compléter son obligation, qui est fait au niveau inférieur (car elle en a déjà fait deux au niveau inférieur, qui sont des sacrifices expiatoires). Dans quel cas cela s’applique-t-il ? Si elle a apporté les quatre [les deux paires] au début d’une même espèce. Mais s’il y avait deux espèces, elle doit apporter six oiseaux : deux tourterelles avec deux jeunes colombes pour son vœu et elle doit apporter pour son obligation deux tourterelles ou deux jeunes colombes, [dont le cérémonial de l’]une se fait au niveau supérieur et une au niveau inférieur. Et de même, si elle les a donnés au cohen et a oublié ce qu’elle lui a donné, et le cohen a fait [le cérémonial de chacun] sans savoir s’il a fait [le cérémonial de] tous au niveau supérieur ou [le cérémonial de] tous au niveau inférieur ou la moitié au niveau supérieur et la moitié au niveau inférieur, elle apporte deux tourterelles avec deux jeunes colombes pour son vœu et apporte deux tourterelles ou deux jeunes colombes pour son obligation.

4. Si elle a déterminé [la nature de l’offrande pour] son obligation [c’est-à-dire une offrande de riche ou de pauvre sans avoir déterminé l’espèce] et a oublié ce qu’elle a déterminé [pour son vœu et pour son obligation. Elle a également oublié ce qu’elle a donné au cohen et le cohen a oublié la façon dont il les a offerts], [de sorte qu’]il est possible que son obligation consiste en une brebis comme holocauste et un oiseau, une tourterelle ou une jeune colombe, comme sacrifice expiatoire ; c’est pourquoi, elle apporte six oiseaux : quatre pour son vœu et deux pour son obligation, et elle apporte également un sacrifice expiatoire : une jeune colombe ou une tourterelle avec une brebis [en holocauste, de crainte qu’elle soit redevable de l’offrande d’un riche] ; elle apporte donc sept oiseaux (et une brebis).

5. Et tous ces sacrifices expiatoires ne sont pas consommés parce qu’ils sont [apportés pour] un doute.

La Paracha
Parachat Vayé'hi
Cette page en d'autres langues