Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Parachat Ki Tetsé

Parachat Ki Tetsé

Deutéronome 21, 10 - 25, 19

 Email
La loi de la belle captive et du fils rebelle, le vêtement hybride et l'épouse accusée à tort, l'employé affamé et la femme d'un frère mort, comment se marier et quand divorcer - et 68 autres mitsvot...
« Quelques instants, Je t'avais abandonnée, mais, avec une grande affection, Je te recueillerai. »
La guerre prend lieu en premier lieu en nous-mêmes, où deux empires s’affrontent : celui de l’esprit et de ses aspirations et celui du corps et de ses besoins. Et cette guerre dure toute la vie.
"Connais ton ennemi" est souvent ce qui permet de se connaître soi-même ; et se connaître soi-même est ce qui permet de vaincre ses ennemis...
Le Judaïsme est décrit comme une « servitude » de D.ieu. Si c’est ainsi, en vertu de quoi méritons-nous une récompense pour le service divin que nous effectuons en pratiquant le Judaïsme ?
Comment combattre la froideur intérieure ? Il semblerait que le remède le plus évident soit la chaleur. Avec suffisamment de chaleur, vous pouvez faire fondre un glacier.Mais il y a un autre moyen...
Selon le Zohar, le commandement de renvoyer la mère des oisillons possède un profond impact cosmique, comme l'illustre cet extraordinaire récit
Oui, c’est vrai que la vie est une salle de classe, mais ce n’est pas toujours à vous d’être l’élève!
L’être humain est plein de ressources, mais il a ses limites et ses faiblesses. S’il était fiable à 100%, il n’y aurait pas de balustrades à nos balcons.
Une fois que vous avez roulé hors du lit, combien du "Modeh Ani" emportez-vous avec vous? Vous avez passé huit secondes à admettre que vous devez votre vie à D.ieu. Cela a-t-il vraiment une incidence sur le reste de la journée?
Moïse énonce un commandement si paradoxal qu’il nous faut le lire à deux reprises pour être certains de l’avoir bien compris...