Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Parachat Béhaalotekha

Parachat Béhaalotekha

Nombres 8, 1 – 12, 16

 Email
Lumières et allumeurs, voyages et campements, pétitionnaires (récompensés) et plaignant (punis), soixante-dix nouveaux prophètes et un disciple loyal, un beau-père fuyant et une sœur critique…
« Non par la force ni par la puissance, mais par Mon esprit, dit l'Éternel des Armées. »
Trois leçons issues du mode d'allumage du candélabre du Temple, la Menorah.
La Menorah, ses lampes et les flammes qu'elles portent reflètent notre identité en tant que peuple, la manière dont nous intéragissons les uns avec les autres et les aspirations essentielles de l'âme humaines
La Ménorah, symbole du peuple juif et du Judaïsme s'il en est, recèle d'une profonde leçon sur l'éducation juive... et d'un regard sur l'existence tout entière.
L’idée d’un affrontement séculaire entre les Juifs et leurs détracteurs est une notion erronée. Ce n'est pas nous qu'ils haïssent
"Or, cet homme, Moïse, était fort humble, plus qu'aucun homme qui fût sur la terre" dit la Torah. Le Talmud enseigne que Moïse ressentit cette humilité lorsqu’il se compara aux âmes de notre génération...
Si tel était le challenge de nos pères à l’époque des voitures à cheval et du train à vapeur, combien plus est-ce le cas au 21ème siècle, lorsque le monde extérieur est au seuil de notre porte, ou, plus exactement, dans notre chambre à coucher.
Pourquoi, pour l’allumage de la Ménorah, la première huile de la troisième pression était-elle préférée à la seconde huile de la première pression ?
Pessa’h Chéni, le second Pessa'h, nous enseigne que "rien n’est jamais perdu" : il n’est jamais trop tard ! Notre conduite peut toujours être rectifiée. Mais n’aurait-il pas été plus opportun de remédier à nos déficiences lors du premier Pessa'h ?
Un groupe de Juifs s’était retrouvé dans un état qui, par décret divin, les dispensait du devoir d’apporter le sacrifice pascal. Pourtant, ils ne se résignèrent pas à cela...
Médire des autres est assurément un très vilain défaut. Il y a deux manières de combattre cette tendance naturelle.
Les Juifs mirent D.ieu à l'épreuve, suscitant Sa colère. Mais D.ieu Lui-même n'avait-Il pas donné l'exemple, en mettant Abraham à l'épreuve? N'est-ce pas hypocrite?
Il apparaît que le lachone hara, c’est-à-dire la médisance, est un péché qui fut la cause de nombreuses tragédies pour le peuple juif et pour le monde entier, et ce, depuis le début de l’histoire.