Contact

L’enfant dans la fosse

L’enfant dans la fosse

 Email

Nous lisons cette semaine dans la Bible un épisode hautement dramatique : l’histoire de Joseph et de ses frères. Un manteau de rêve Technicolor, une rivalité entre frères, un puits infesté de serpents et une tentative de fratricide émaillent le récit de la Paracha.

Lorsque les frères complotent de tuer Joseph, Reuben, l’aîné, s’efforce courageusement de sauver sa vie en suggérant qu’ils le jettent plutôt dans une fosse. Cela suffirait à lui donner une leçon, il n’était pas nécessaire de verser son sang. Et selon Rachi, la Torah elle-même atteste que l’intention de Reuben était de sauver Joseph de ses frères et de le ramener à leur père.

Mais le destin avait prévu les choses autrement.

Pendant que Reuben était absent, les frères vendirent Joseph come esclave. Quand il revint pour le sauver, le garçon n’était plus là et, de douleur, il déchira ses vêtements.

Mais où donc était Ruben au moment de cette vente ? Pourquoi n’était-il pas avec ses frères à ce moment-là ? Où avait-il soudainement disparu ?

Rachi donne deux explications possibles : 1) C’était son tour d’aller servir son vieux père. Les frères avaient pour cela chacun un tour à honorer, et le temps de Reuben était venu. Il avait donc dû retourner au ranch. 2) Reuben était occupé à faire téchouva (repentance), se vêtant de sac et jeûnant, pour son péché d’avoir interféré avec la vie conjugale de son père (selon Genèse 35,22).

Je me souviens avoir entendu le Rabbi de Loubavitch demander :

Selon la deuxième opinion, Reuben avait laissé Joseph dans la fosse pour aller s’occuper « de son sac et de son jeûne », c’est-à-dire de sa propre repentance pour ses péchés. Voyons ce qui arriva en conséquence de cela : Reuben est absent, et de ce fait Joseph est vendu comme esclave et emmené en Égypte. Là il est emprisonné sur de fausses accusations et, un jour, il accède soudain au sommet de l’État pour avoir correctement interprété les rêves de Pharaon. Il devient vice-roi d’Égypte, puis il retrouve ses frères quand ceux-ci viennent s’approvisionner en nourriture pendant la famine. Après leur avoir révélé sa véritable identité, il fait venir son père Jacob avec toute la famille en Égypte, où il les soutient.

« Quand un jeune garçon juif languit dans une fosse, ce n’est pas le moment de s’inquiéter de son propre état spirituel. C’est le moment de sauver un enfant juif ! »

Et c’est précisément ainsi que les Juifs sont devenus esclaves en Égypte. Tout a commencé avec Joseph étant extrait de la fosse pour être vendu aux Égyptiens. Pourquoi ? Parce que Reuben avait décidé de s’occuper à faire téchouva ! Je me souviens du Rabbi criant : « Tout l’exil en Égypte découle de la téchouva inopportune de Reuben ! Quand un jeune garçon juif languit dans une fosse, ce n’est pas le moment de s’inquiéter de son propre état spirituel. C’est le moment de sauver un enfant juif ! »

Bien sûr, la téchouva est une merveilleuse mitsva. D’une certaine manière, c’est la plus grande mitsva de toutes, parce qu’elle peut réparer les dommages causés en ne respectant pas toutes les autres mitsvas. Et pourtant, il y a un temps pour faire téchouva et un temps pour sauver des vies. Et quand une vie est en danger, même la téchouva doit attendre.

L’analogie de l’enfant juif dans la fosse résonne puissamment aujourd’hui. Il s’agit de sauver des vies non seulement physiquement, mais aussi spirituellement. Combien de millions d’enfants juifs sont actuellement spirituellement en danger ? Et combien de Juifs – et combien de rabbins – sont préoccupés par leur propre élévation spirituelle et ignorent le sort de ces jeunes « dans les fosses » ?

Cela donne à réfléchir, et surtout cela exige une réponse concrète.

par Yossy Goldman
Rav Yossy Goldman est né à Brooklyn, New York au sein de la communauté Loubavitch. En 1976, il fut envoyé par le Rabbi de Loubavitch en tant que Chalia'h (émissaire) pour être au service de la communauté juive de Johannesburg en Afrique du Sud. Il est le rabbin de la Sydenham Highlands North Shul depuis 1986 et le président de l'Association Rabbinique Sud-Africaine.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants
Cette page en d'autres langues