Le but de la création est que la présence de D.ieu soit manifeste dans ce monde. La première expression de cela fut dans le Jardin d’Éden, où résidaient Adam, ‘Hava et avec eux se trouvait la Présence divine. Le monde, cependant, n’était pas encore prêt pour cela.

Comme nous le savons, Adam et ‘Hava péchèrent en consommant le fruit de l’Arbre de la Connaissance avec comme conséquence que la Présence divine fut cachée. D’autres fautes dans les générations suivantes, telles que le meurtre d’Abel par Caïn, contribuèrent à la dissimuler encore davantage. Toutefois, avec Abraham commença le processus de retour de la Présence de D.ieu dans le monde, qui se poursuivit avec Isaac, Jacob et les générations suivantes.

À la septième génération après Abraham, vint Moïse. Nos Sages nous enseignent qu’un « septième » a une prédisposition particulière au succès. Ceci est corroboré par les accomplissements de Moïse. Suivant en cela les instructions de D.ieu, il dirigea le peuple juif dans l’édification du Sanctuaire où la Présence divine fut révélée, dans le Saint des Saints. Ce fut la première étape de la réalisation du but de la Création. Les étapes suivantes allaient être le Premier et le Second Temple et finalement le troisième Temple, à Jérusalem.

Le fait que la Présence Divine résidât dans le Saint des Saints n’était pas sans lien avec la vie quotidienne des Juifs. Notre paracha nous dit : « Il Me feront un Sanctuaire, et Je résiderai en eux » (Exode 25,8). Nos Sages enseignent que ceci signifie : « À l’intérieur de chaque individu. » À travers la construction du Sanctuaire, D.ieu réside dans le cœur de chaque personne.

Le Rabbi souligne que les femmes jouèrent un rôle très significatif dans la construction du Sanctuaire. Elles manifestèrent encore plus d’enthousiasme que les hommes lors de l’offrande de l’or, de l’argent, du cuivre, des laines teintes, du lin, des pierres précieuses, etc qui étaient requis. Elles contribuèrent également par leur artisanat lors de différents travaux de tissage. En outre, contrairement aux hommes, les femmes avaient refusé catégoriquement de participer à la fabrication du veau d’or. La confection de cette idole et son immonde adoration constituèrent l’antithèse même de tout ce qu’exprimaient le Sanctuaire et la Présence divine.

À notre époque également la femme tient le premier rôle dans la création d’une autre sorte de Sanctuaire : le foyer juif. Là aussi demeure la Présence divine. Les enseignements de la Torah nous apprennent comment rendre la divinité présente dans chaque détail de la vie humaine, du plus ouvert au plus intime.

La force spirituelle de la femme s’explique par l’enseignement de la Kabbale selon lequel la femme a un lien avec le septième attribut divin, la Royauté, qui signifie l’achèvement, la réussite et l’accomplissement dans le monde concret. En des termes plus directs, comme l’exprime le Rabbi, D.ieu a doté la femme d’une sensibilité qui lui permet de reconnaître ce qui est positif et saint, qu’il convient de soutenir, et de détecter ce qui est négatif et devrait être évité.

Bien sûr, cette sensibilité doit être nourrie : par l’étude personnelle de la Torah et la pratique des mitsvot. C’est de cette manière que les femmes avec leurs époux et leurs familles pourront révéler la Présence divine dans leurs foyers, dans leur environnement et finalement d’une manière universelle. Il y aura alors le Troisième Temple à Jérusalem et la paix règnera dans les cœurs de toute l’humanité.