Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

V. L'essence du concept de Machia'h

V. L'essence du concept de Machia'h

 Email

Au cœur de l'idée de Machia'h se trouve le concept de Yé'hidah. On sait1 à ce propos, que David incarnait le degré de Néfèche, le Prophète Élie, celui de Roua'h, Moïse, celui de Nechamah, et Adam celui de 'Hayah. Quant au Machia'h, il possédera le degré de Yé'hidah.2

La qualité supérieure distinctive de la Yé'hidah par rapport aux quatre degrés de NRNH [sigle de Néfèche, Roua'h, Nechamah, 'Hayah (ce sigle sera dorénavant employé pour désigner ces quatre degrés)] (dans le contexte de ces cinq degrés tels qu'ils ont investi chaque âme)3, est que les quatre catégories de NRNH constituent chacune un degré particulier de l'âme, alors que la Yé'hidah en est l'essence même, laquelle transcende tous les aspects particuliers, ainsi du reste que le nom Yé'hidah (« Seule, Unique ») le suggère.

Il convient également de préciser que bien que les quatre degrés de NRNH soient dérivés de la Yé'hidah – l'essence de l'âme –, celle-ci ne saurait être considérée comme source ou contexte général de ces degrés particuliers. Car le terme même de Yé'hidah induit l'idée d'absolu et d'unité non composite, excluant tout rapport avec une ramification quelle qu'elle soit, même la relation de source à dérivé (ainsi que le montre la différence entre les termes Ya'hid – Unique –, et E'had – Un).4La Yé'hidah est plutôt la quintessence de l'âme, et c'est d'elle que sont issues les quatre catégories de NRNH.

Ainsi, de même que la Yé'hidah de chaque âme constitue son point quintessentiel, le degré de Yé'hidah constitue la quintessence (et le vecteur de vie) de tout le processus de création des Mondes [Hichtalchelouth].5 Cette dernière catégorie de Yé'hidah de l'univers entier (qui caractérise le Machia'h) définit la force de vie qui transcende toute limite conférée par la « forme ». Et c'est de ce point originel que toutes les formes particulières – que sont les NRNH de l'univers –, dérivent.

Car l'essence de toute force de vie n'est jamais circonscrite [et ne répond à aucun critère]. Elle n'est pas seulement illimitée au sens où elle est éternelle, et n'est pas sujette aux mutations liées au temps – car c'est là la caractéristique de toute essence –, mais elle est également illimitée dans la teneur de ce qu'elle véhicule. Elle n'est que perfection et absolu. C'est pourquoi lorsque le degré de Yé'hidah sera révélé dans les mondes et que ceux-ci seront imprégnés de cette essence de vie, ils atteindront à la perfection et à l'intégrité véritables.

(C'est là l'une des raisons pour lesquelles la vie sera éternelle dans le Monde Futur.)6 Au temps présent en effet, du fait que le monde ne perçoit qu'une émanation de l'essence de vie, la mort est présente, car ce qui procède d'une émanation – contrairement à l'essence –, peut être sujet au changement jusqu'à cesser d'être où être détruit. Aux Temps Futurs en revanche c'est essence de la vie qui prévaudra, et l'essence est immuable.

NOTES
1.
Second discours « Vayidaber Elokim Eth Kol HaDevarim 5699 », chap. 2, [Sefère HaMaamarim 5699, p. 207] au nom du RaMaZ. Se référer au début de Chaar (et Sefère) HaGuilgoulim et à d'autres endroits. Il n'est pas utile d'entrer ici dans le détail.
2.
[Ces cinq noms désignent les cinq niveaux de l'âme. Pour traduire approximativement : Nefèche (« Vitalité ») constitue le degré inférieur et la force de vie du corps, l'âme naturelle et la vie physique proprement dite. Roua'h (« esprit ») le degré suivant, est la faculté spirituelle vivifiant les attributs émotionnels. Nechamah (« Âme ») est la force divine qui donne vie à l'intellect. 'Hayah (« Vie ») est un niveau du divin plus subtil encore. Yehidah est l'Étincelle Divine elle-même qui investit la partie la plus affinée de l'âme. Yehidah est le niveau le plus profond de l'âme, et constitue le lien unificateur de l'âme avec D.ieu. Elle caractérise la totale abnégation (« Bitoul »), l'esprit de sacrifice. Ces cinq degrés sont incarnés en chaque juif à raison de quatre mineurs et un prédominant. La Yehidah s'exprime à travers la Méssirath Nefèche : le sacrifice de soi ; parfois jusqu'au martyre.
Dans le texte, les cinq personnages mentionnés, David, Elyaou, Moïse, Adam, et le Machiah, caractérisent chacun le niveau fondamental de l'une des cinq catégories. Le Machia'h lui, caractérise le niveau fondamental de Yehidah de toutes les âmes. N.d.T.]
3.
Voir Midrach Beréchith Rabbah (14,9), Devarim Rabbah (2,37) qui dit : « L'âme est appelée de cinq noms : Nefèche, Roua'h, Nechamah, 'Hayah, Yehidah. »w Certaines éditions du Midrach donnent un ordre différent (il en est de même de certains Pyoutim [cantiques liturgiques] etc. Mais dans les écrits du ARIZaL [R. Isaac Louria, le grand Kabbaliste de Safed (1543-1572)] (Ets 'Haïm, début de Chaar 42, Chaar Haguilgoulim ; et ailleurs) et dans les écrits 'hassidiques, c'est cet ordre spécifique qui est mentionné. Se référer également au Zohar I, 81a, voir aussi 206a ad. loc.
4.
Voir Imré Binah, « Chaar HaKryath Chemah, » chap. 8. Voir également Likouté Torah, « Balak » 70a.
[Le texte référencé indique que la différence entre Ya'hid (seul, unique), et E'had (un), correspond à la différence entre l'unité de D.ieu s'exprimant dans le pluralisme de la Création (E'had, Un), et Son unité essentielle, au delà de tout pluralisme (Son Unicité, Ya'hid), au regard de laquelle rien n'a d'existence. N.d.T.]
5.
[Hichtalchelouth : littéralement : « Enchaînement », désigne la naissance progressive des niveaux successifs de la Création par un processus graduel d'occultation de la présence divine. Voir les références données à la note 34a. N.d.T.]
6.
Voir Sanhédrin, fin de 92a. (Voir également Midrach Néélam « Vayera » 114b) qui dit : « Les Justes ne retournent pas à la poussière (...) mais se maintiennent éternellement ». Les opinions de Maïmonide et de Na'hmanide quant à l'époque ou la rétribution essentielle interviendra et les décisions afférentes sont bien connues. (Likouté Torah « Tsav » 15c ; « Chabbat Chouvah » fin de 65d. Deréh Mitsvote'ha 14b.
[Concernant la question de la nature de la vie éternelle, Maïmonide émet l'opinion qu'après une première étape qui est la Résurrection des Morts, le stade ultime sera l'existence de l'âme départie du corps (le Monde Futur). Na'hmanide est en désaccord et estime que la Résurrection des Morts constitue le stade ultime, durant lequel le corps et l'âme coexisteront. L'opinion de la 'Hassidouth va dans le sens de celle de Na'hmanide. N.d.T.]
par Rabbi Menahem M. Schneerson, le Rabbi de Loubavitch
Traduit par Schlomoh Brodowicz
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants