Contact

J’ai suffisamment de bénédictions. Dois-je avorter?

J’ai suffisamment de bénédictions. Dois-je avorter?

Comment donner la vie quand la vie n’est plus une vie?

 Email

Question :

J’ai récemment découvert que j’étais enceinte de quatre semaines et je ne veux pas avoir un autre enfant. Je suis mentalement, physiquement et émotionnellement épuisée. Je fais le choix de mettre un terme à cette grossesse à ce stade, car je suis bien certaine de ne plus vouloir d’autres enfants. Je me sens complète et suis reconnaissante pour la merveilleuse famille que j’ai. J’ai fait le choix d’avoir un enfant de plus, je l’ai eu, et maintenant c’est terminé. Je m’en tiens à cette décision. D’après la loi juive, est-ce que je commets un péché en interrompant cette grossesse à un stade précoce ? D.ieu pardonne-t-Il cela ?

Réponse :

Veuillez pardonner le délai de ma réponse. Votre question est urgente, mais il est difficile de répondre. Partenaire de mon épouse dans la mise au monde de huit magnifiques enfants, je ressens bien la difficulté que vous traversez maintenant.

Et pourtant, je sais qu’il n’y a rien de plus précieux au monde à mes yeux que chacun de ces enfants. Chacun est un joyau pour lequel j’escaladerai des montagnes et combattrai des armées entières pour venir à son secours. Chacun fait que ma vie entière vaut la peine d’être vécue. Je regarde chacun d’entre eux grandir avec bonheur et fierté, en particulier dans cette première année, tellement miraculeuse. Certes, il y a des tempêtes à endurer, des nuits sans sommeil et l’agonie qui accompagne toute extase. Mais D.ieu ne m’a rien donné d’aussi précieux que le privilège d’amener ces personnes que j’aime tellement au monde.

Vous avez pris une décision, et D.ieu sait quelle est votre douleur et votre fatigue encore plus que vous-même. Et pourtant, bien qu’Il vous aime et se soucie de vous – et en vérité à cause de cet amour – Il a trouvé opportun de vous donner encore un précieux trésor. Et s’il vaut autant de peine, c’est qu’il doit être bigrement précieux.

Il vous faut une aide extérieure. Peu importe le prix – c’est Son problème. Il vous donne les enfants, Il devra payer ces factures. Mais ne détruisez pas cette Néchama confiée à vos soins, pour son bien et pour le vôtre. À la place, chérissez-la, chérissez le privilège qui vous est donné. Vous ne regarderez jamais en arrière, et dans des années, vous aurez le bonheur de tenir les enfants de cet enfant sur vos genoux. Vivez avec cette vision, et prenez la vie avec une petite dose de joie en plus.

Si je peux vous être utile d’une quelconque autre manière, n’hésitez pas à écrire.

 

--Rav Tzvi Freeman

par Tzvi Freeman
Rav Tzvi Freeman dirige l'équipe de "Questions au Rabbin" de Chabad.org. Il vit à Toronto, Canada et est l’auteur de nombreuses traductions et synthèses de la pensée kabbalistique et ‘hassidique, parmi lesquels « Bringing Heaven Down to Earth. »
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
5 Commentaires
1000 Caractères restants
Danielle Isère, France 26 mars 2010

Dois-je avorter? Madame, je vous apporte mon témoignage, pour servir à votre réflexion.
Il y a plusieurs années, je suis passée à cet acte extrême.
Non seulement le désastre de cet acte reste accroché à mes entrailles, mais de plus au lieu de retrouver la liberté, elle vous quitte totalement. La vie est morte en soi !
Plusieurs années après j’ai eu la grâce de rencontrer D.ieu. Le Sh’ma Israël a résonné dans mon cœur.
Il m’a montré mon péché, m’a fait entrer dans la repentance, et m’a couverte par sa Miséricorde.
Cependant cet acte est gravé avec le regret d’avoir perdu un cadeau merveilleux : l’enfant.
L’épuisement existe oui, mais la force de l’Eternel est une grâce à demander et à recevoir. Reply

Jean Baptiste Sentis Paris 13 décembre 2009

Dois-je avorter ? Je suis catholique pratiquant et j'ai lu avec beaucoup d'émotion la réponse de Tzvi Freeman à une question qui me touche beaucoup et de prés.
Je suis complètement d'accord avec cette réponse ; malgré notre différence de religion, j'aurais été fier d'écrire la même chose : une naissance est un don de Dieu et j'ai connu trop de jeunes femmes qui n'arrivaient pas à se remettre d'un avortement, plusieurs années après, pour ne pas réagir ainsi, indépendemment de nos différences de religion.
Merci encore pour votre réponse. Reply

Estelle Pignans, France via jtropez.com 29 septembre 2009

Se faire avorter Madame, votre décision vous appartient et je ne vous jugerai en rien, la réponse de notre rabbin et juste et précieuse, sachez que moi aussi j'ai été confrontée aux mêmes difficultés que vous, mais sachez que maintenant que tous ces tourments sont passés je sais une seule chose, c'est que l'on regrette souvent les enfants que l'on n'a pas eu mais jamais ceux que l'on a! à D'ieu ne plaise! bonne et heureuse année Reply

Anonymous Brooklyn , NY 27 juillet 2009

J'ai suffisament de bénédictions B"H
D. ieu nous protège de penser que nous avons trop de bénédictions dans la vie !
Je suis sure que la jeune femme qui parle est surement épuisée par ses devoirs familiaux.
Je l'entends , mais ne peux pas en être solidaire puisque pour ma part, et en dépit de la miséricorde d'Hashem qui nous envoie de quoi nous occuper, je n'ai pas eu la joie de donner naissance à un enfant.
Je veux juste vous dire que des milliers de femmes juives sont dans mon cas. C'est une parole indécente a nos oreilles. Acceptez cette bénédiction en pensant qu'il y a quelqu'un qui vous a lu, et qui manque de ce que vous avez en abondance. Que D.ieu vous bénisse vous et toute votre famille. Reply

Un admirateur berbère de l’Aurès AIN BEIDA W O.E.B, ALGERIE 8 mai 2009

Félicitation pour la façon de répondre Shalom à monsieur Tzvi Freeman. Je suis un musulman berbère de l’Aurès de l’est d’Algérie. J’apprécie toujours votre simplicité. Votre façon de toucher le fond de l’âme qui vous pose la question, par exemple la femme qui a posé la question sur l’avortement, vous avez donné un exemple sur vous-même. C’est pour cette raison que je suis toujours vos réponses que je confronte avec ma religion musulmane. Reply

Cette page en d'autres langues