Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Chapitre 5

Chapitre 5

 Email

Le Tséma’h Tsédek mentionne1 un avis selon lequel les réceptacles des Sefirot du monde d’Atsilout ne sont que la révélation de ce qui est caché2. Selon cette conception, il est clair que la finalité de la création n’est pas Atsilout, monde qui est uniquement une descente et un dévoilement. Il rapporte, en outre, un second avis, considérant que ces réceptacles sont une création à partir du néant. Mais, différents textes établissent qu’il ne s’agit pas là, à proprement parler, d’une création ex nihilo, que cette expression est employée uniquement par rapport à la Lumière. En effet, la source des réceptacles est la Rechima, la trace3 qui constitue effectivement un voile. Leur existence est donc également issue de ce voile. De ce fait, ils sont bien créés à partir du néant, par rapport à la Lumière. A l’opposé, par rapport à la Rechima, ils ne sont que la révélation de ce qui était auparavant voilé. Il résulte de tout cela que les mondes supérieurs ne peuvent pas être la finalité de la création. Celle-ci est, en fait, le monde matériel, dans lequel il est possible de repousser le mal et de le transformer.

Certes, en accomplissant les Mitsvot, nous ajoutons des Lumières au monde d’Atsilout et, dès lors, comment prétendre que l’objectif final est ce monde matériel ? Le Rabbi Maharach apporte à cette question la réponse suivante4. A l’heure actuelle, ces lumières sont comme déposées dans un coffret. Elles ne servent pas au monde d’Atsilout et ne s’y révèlent pas. Elles sont conçues pour ce monde matériel.

De ce fait, le Rabbi Rachab interprète5 l’affirmation selon laquelle “il est impossible de considérer que la finalité de la création est les mondes supérieurs, qui ne sont qu’une descente de Sa Lumière” de la manière suivante : ces mondes supérieurs ne font que dévoiler, ce qui est, en soi, une chute. De fait, l’Essence ne se dévoile pas. L’objet final est donc bien ce monde matériel et inférieur. En effet, D.ieu a voulu qu’un plaisir Lui soit procuré en repoussant “l’autre côté”, en transformant l’obscurité en lumière.

Le Rabbi explique, dans son discours, que le service de D.ieu a pour seul but de transformer la folie de “l’autre côté” en “folie du domaine de la sainteté”6. De la sorte, “J’éprouve une satisfaction en constatant que J’ai donné un ordre et Ma Volonté a été accomplie”. C’est de cette façon que l’on bâtit une Demeure pour lui, ici-bas. Et, tout comme un homme réside dans sa maison par l’essence même de sa personnalité, la Demeure divine, au sein des créatures inférieures, n’est pas faite de dévoilements. L’Essence de D.ieu s’y trouve et telle est bien la finalité de la création des mondes et de leur enchaînement.

NOTES
1.
Dans le commentaire intitulé : “Trois conceptions”, qui figure à la fin du Séfer HaMitsvot du Tséma’h Tsédek. On consultera également le discours du Rabbi Rachab intitulé : “Et, l’Éternel prononça toutes ces Paroles”, de 5664 (1904), les notes sur le discours : “Elyahou ouvrit” du Torah Or, de 5658 (1898) et le discours : “Un homme qui sacrifiera”, de 5666 (1906).
2.
Et n’ont donc aucun apport nouveau, justifiant leur création.
3.
Laissée par le Tsimtsoum, la contraction de la Lumière divine pour laisser place au processus créateur.
4.
Dans le Maamar intitulé : “Il a donné largement”, de 5642 (1882). On consultera la seconde annotation du Tanya, au chapitre 40 et le Maamar du Rabbi Rachab intitulé : “Je descendrai”, de 5658 (1898).
5.
Dans le Maamar intitulé : “La Mitsva s’applique à partir du coucher du soleil”, de 5678 (1918). On consultera également le discours : “Je descendrai”, 5658 (1898).
6.
La soumission la plus totale, qui fait abstraction de toute rationalité.
par Rabbi Menahem M. Schneerson, le Rabbi de Loubavitch
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants