En 1798, Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi est, à la suite du Baal Chem Tov et du Maguid de Mézeritch dont il fut l’élève, l’un des grands maîtres du ‘Hassidisme en plein essor.

Il se heurte à l’opposition des tenants du judaïsme traditionnel, inquiets de ce mouvement qui embrase des masses juives jusque-là méprisées.

Calomnies, machinations : on parvient à faire arrêter le Rabbi par la police tsariste sous l’accusation de crime de haute trahison.1 Rabbi Chnéour Zalman est conduit à la forteresse Pierre-et-Paul à S. Petersbourg. Le même jour, vingt-deux de ses ‘hassidim sont emprisonnés à Liozna.

À son procès, le Rabbi doit répondre à de nombreuses questions sur les pratiques et la foi juives. On fait traduire en russe le Tanya, le grand livre du Rabbi, l’ouvrage fondamental de la Hassidout. Le 19 Kislev, enfin, 53 jours après son arrestation on annonce à Rabbi Chnéour Zalman qu’il a été reconnu innocent des « crimes » dont on l’accusait. Il est libre. Les vingt-deux hassidim incarcérés à Liozna le sont aussi. Depuis lors, le 19 Kislev – le Youd-Tet Kislev – est une grande fête ‘hassidique, portant le nom de « Nouvel An de la ‘Hassidout ».

C’est que, pour les ‘hassidim ce moment dépasse infiniment sa ponctualité historique. Il marque un moment capital de l’histoire spirituelle du peuple juif.

Car le tribunal d’en bas, le tribunal russe, renvoie à celui d’En Haut. La vraie question qui a été tranchée était : Rabbi Chnéour Zalman, le grand maître qui a porté la pensée ‘hassidique à son niveau le plus achevé, peut-il répandre son enseignement ?

Quelques siècles auparavant, déjà, Rabbi Its’hak Louria avait déclaré que, dans les dernières générations, il deviendrait nécessaire de dévoiler la sagesse de la Kabbale. Telle était, notamment, l’ambition des fondateurs du ‘Hassidisme.

Dès lors, la libération de Rabbi Chnéour Zalman par un tribunal terrestre ne peut que signifier l’acquiescement du Tribunal céleste. Le processus annoncé par Rabbi Its’hak Louria pouvait commencer, dans cette nouvelle ère de « l’après-Petersbourg », la ‘Hassidout allait répandre ses sources vers l’extérieur.