Contact

Je Facebook, donc je suis?

Je Facebook, donc je suis?

Suis-je moi parce que tu es toi?

 Email

J’ai des amis sur Facebook, donc je suis. – Né'hémia Schusterman, 2008

Si je suis moi parce que tu es toi et que tu es toi parce que je suis moi, alors je ne suis pas moi et tu n’es pas toi. Mais, si je suis moi parce que je suis moi, et que tu es toi parce que tu es toi, alors je suis vraiment moi et tu es vraiment toi. – Rabbi Mena’hem Mendel de Kotzk

J’ai fait de mon mieux pour éviter le nouveau phénomène Facebook aussi longtemps que possible. Jusqu’à ce que finalement ma femme me dise que cela peut constituer un outil efficace dans ma mission de rapprocher les Juifs du Judaïsme. Alors j’ai cédé. Je me suis connecté, j’ai créé un compte et voilà, j’existe maintenant sur Facebook.

J’ai tout de suite cliqué sur l’onglet « mes amis », et bien sûr, l’ordinateur m’a appris que « Vous n’avez pas d’amis ». J’étais effondré. J’ai travaillé toute ma vie pour lier des amitiés et des relations, aller au devant d’autrui et aimer mon prochain en espérant être aimé en retour, mais, hélas, je n’ai pas d’amis. En tout cas, si j’en crois l’ordinateur.

J’ai illico appelé mon psy et pris rendez-vous pour parler de mon insignifiance et de ma non-existence.

J’ai quand même cliqué par-ci par-là et j’ai fini par trouver quelques personnes que je connais. Je leur ai alors demandé (supplié) de bien vouloir me permettre d’être leur ami. J’ai eu de la chance, car quelques-uns ont accepté mon invitation. J’étais désormais semi-insignifiant puisque j’avais maintenant cinq amis. Ce n’est pas une grande chose pour 32 années de vie sur cette terre, mais, bon, c’est un début.

Mais tout ceci m’a amené à penser au dicton du Rabbi de Kotzk. Selon quel critère ma valeur personnelle doit-elle être mesurée ? Dépend-elle du fait que d’autres reconnaissent ma personne, mon existence, mes réalisations ? Est-ce que je vaux quelque chose parce que j’ai beaucoup d’amis sur Facebook ? Ou bien, ma valeur est-elle basée sur le fait que je me conforme à un pouvoir supérieur, à D.ieu ?

Ce que je crois, c’est que si je suis moi uniquement parce que l’autre me reconnaît, alors je ne suis réellement rien, même si l’autre me reconnaît. En revanche, si je suis moi parce que je m’efforce d’améliorer le monde autour de moi, alors que je sois ou non remarqué par quelqu’un d’autre à part D.ieu, je vaux réellement quelque chose.

Je pense que le message est énorme : d’un seul coup, le nombre de participants à ma fête d’anniversaire n’est plus aussi important, de même que le nombre de personnes qui m’ont remercié lorsque j’ai fait quelque chose de bien, ou le nombre de gens qui sont venus dans « ma » synagogue pour les fêtes ou le nombre de ceux qui m’ont félicité.

Je suis important parce que je compte pour D.ieu. Je vais devoir me contenter de mon statut de « héros méconnu » pour le moment. Et si quelques amis s'inscrivent sur ma page Facebook, ce sera juste un bonus en attendant.

Joyeux Facebooking.

Par Né'hémia Schusterman
Le Rav Né'hémia Schusterman est le directeur de Chabad of Peabody dans le Massachusetts, aux Etats-Unis.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
5 Commentaires
1000 Caractères restants
rivka paris 28 août 2013

j'ai trouvé l'article sur facebook donc habad.org EST sur facebook!! Je like et je partage Reply

Emmanuel Mergui, Fr.Chabad.org 28 juin 2010

Habad-Loubavitch sur Facebook
Rendez-vous sur:
http://www.facebook.com/HabadLoubavitch Reply

Anonyme Strasbourg, France 28 juin 2010

Je Facebook donc je suis! Excellent article, d'une pertinence...!
Par contre je viens de fouiller Facebook de fond en comble... je ne vous y ai pas trouvé!!! Reply

Anonymous fabas, france 3 décembre 2009

commentaire Je suis de votre avis quel dommage, pas d'amis juifs. Je suis aussi très triste . Reply

Olivier Muller Paris, France via loubavitch-boulogne.com 20 novembre 2008

Les amis ? Mieux vaut un bon coeur ! Le texte précédent est le témoignage de la maxime suivante :

"Un jour Rabbi Io'hanan dit à ses disciples : Qu'y a t-il à vos yeux, de plus avantageux pour l'homme ?"
Rabbi Eliézer répondit : "Le contentement."
Rabbi Josué : "Un ami sincère".
Rabbi Iosée : "Un bon voisin".
Rabbi Siméon : "La prévoyance".
Rabbi Eléazar : "Un bon coeur"
"Je préfère" répliqua le maître, "l'opinion d'Eléazar, fils d'Arach, car vos réponses sont contenues dans la sienne" (Chapitre 2, 13 -Pirkei avoth). Reply

Cette page en d'autres langues