Contact

Soukkot - en bref

Soukkot - en bref

Le temps de notre joie

 Email

Vous prendrez, le premier jour, du fruit de l’arbre hadar, des branches de palmier, des rameaux de l’arbre avoth et des saules de rivière ; et vous vous réjouirez, en présence de l’Éternel votre D.ieu, pendant sept jours.

Vous la célèbrerez cette fête pour l’Éternel, sept jours chaque année. C’est une règle immuable pour vos générations, au septième mois vous la fêterez.

Vous demeurerez dans des Soukkot durant sept jours ; tout citoyen en Israël demeurera dans des Soukkot, afin que vos générations sachent que c’est dans des Soukkot que J’ai fait résider les enfants d’Israël, quand Je les ai fait sortir du pays d’Égypte, Moi, l’Éternel, votre D.ieu.

Lévitique 23, 40-43

Ainsi, pendant sept jours, du 15 au 21 Tichri, nous résidons et surtout nous mangeons dans une Soukka – une cabane dont le toit est provisoire – élaborées suivant des règles halakhiques très précises.

Les « nuées de gloire »

La Soukka représente les nuages miraculeux qui entourèrent le peuple juif après sa sortie d’Égypte, lors de la Traversée du Désert, tandis qu’il se dirigeait vers la Terre Sainte. Ces nuages aplatissaient les montagnes et comblaient les vallées qui se trouvaient sur le chemin du peuple juif. Ils le protégeaient aussi des serpents, scorpions et des flèches ennemies, de même qu’ils nettoyaient et repassaient leurs vêtements sur eux. Lorsque nous résidons dans la Soukka, nous évoquons la miséricorde infinie et éternelle de D.ieu à l’égard de chacun d’entre nous.

La Mitsva de résider, de manger et de passer la plus grande partie de son temps dans la Soukka (en faisant une bénédiction spéciale : « ... qui nous a ordonné de résider dans la Soukka ») est une Mitsva unique : la personne y est entièrement investie, chaque partie de notre corps, chaque cellule de notre personne est totalement enveloppée, investie et absorbée par cette Mitsva.

Soukka et Quatre Espèces

La Soukka est le symbole de la concrétisation de l’énergie spirituelle que nous avons attirée par nos prières et nos efforts à Roch Hachana et à Yom Kippour. Cependant, cette énergie est tellement transcendante qu’elle reste au-dessus de nos têtes, c’est-à-dire qu’elle est encore éloignée de notre conscience.

Comment nous en approcher ? En accomplissant, de préférence dans une Soukka, la Mitsva des Quatre Espèces : réunir l’Etrog (le cédrat), le Loulav (une branche de palmier), les Hadassim (le myrte) et les Aravot (le saule des rivières) en les prenant en main d’une façon particulière, puis, après avoir récité la bénédiction, on les secoue suivant la coutume. C’est un tableau à la fois merveilleux et mémorable.

Un dépaysement chez soi

La fête de Soukkot est une des rares occasions d’impliquer toute la famille dans une expérience religieuse aussi plaisante. Chacun peut participer à la construction de la Soukka ; puis, on prend les repas de fête en famille dans un environnement naturel où règne un parfum de fête et où l’atmosphère est détendue. Cette expérience est mémorable non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes, car nous n’avons pas souvent l’occasion de vivre de la sorte.

Yom Tov

Les deux premiers jours de Soukkot (le 15 et le 16 Tichri) sont « Yom Tov », des jours de fête, avec toutes les lois qui se rapportent à ce statut. Les interdictions du Chabbat s’appliquent, à l’exception de certaines tâches liées à la préparation de la nourriture : il est notamment permis de manipuler et d’allumer du feu, mais à partir d’une flamme déjà existante (cependant, il reste interdit de l’éteindre), de mettre des aliments à cuire et de faire passer un objet d’un domaine à l’autre ou de le transporter dans le domaine public.

‘Hol Hamoèd

Les jours suivants sont appelés « ‘Hol Hamoède », des jours de « demi-fêtes », comportant quelques restrictions concernant le travail. Il y règne toujours une atmosphère de fête, mais celle-ci apparaît sous un autre aspect, qui était inaccessible pendant Yom Tov. Nous pouvons en effet voyager pour rejoindre de la famille ou des amis, nous pouvons aussi danser et chanter au son d’instruments de musique, comme on le faisait au Beth Hamikdache, le Temple à Jérusalem, lors des grandes réjouissances de Sim’hat Beth Hachoéva, la « Joie du Puisement de l’Eau » qui était ensuite offerte en libation sur l’autel du Temple.

Hochaana Rabba

Le septième jour de Soukkot (le 21 Tichri) s’appelle « Hochaana Rabba », qui, bien que faisant partie des « demi-fêtes », est une fête d’envergure. C’est en effet le jour où le jugement divin entamé à Roch Hachana est finalement tranché. Il est donc marqué par des prières de supplications particulières dans lesquelles nous implorons D.ieu de nous juger favorablement. Nous consommons néanmoins un joyeux repas de fête dans l’après-midi, confiant dans la bienveillance de D.ieu.

C’est le dernier jour où l’on accomplit la Mitsva des Quatre Espèces et où nous récitons la bénédiction de la Soukka.

Chemini Atseret/Sim’hat Torah

À l’issue de Hochaana Rabbah, la fête de Soukkot est immédiatement suivie de la fête de Chemini Atseret/Sim’hat Torah qui est un Yom Tov. Cliquez ici pour plus d’information sur cette fête.

© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
1 Commentaire
1000 Caractères restants
Monique Michèle DELUBAC Marseille, France 8 juin 2011

Soukkot Excellent et simple, cela m'a aidé à en parler avec des petits groupes qui ne connaissent rien. Reply