Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Des arbres: grands et petits

Des arbres: grands et petits

Êtes-vous vraiment un arbre?

 Email

À propos du verset « car l’homme est un arbre des champs », le Sifri commente : « cela nous enseigne que l’homme tire sa subsistance exclusivement de l’arbre. » Comment comprendre cette déclaration alors que de toute évidence, les individus sont également nourris par d’autres aliments ?

Un autre verset énonce : « le pain nourrit le cœur de l’homme. » Rabbi Chnéour Zalman explique que bien qu’une personne prenne également pour nourriture de la viande, cela ne la rassasie pas comme le pain.

La raison pour laquelle les minéraux, les végétaux apportent à l’homme de la nourriture, en dépit du fait que l’homme appartienne à un règne plus élevé que le leur, est que leur source spirituelle est plus haute que celle de l’homme. Parce que leur source spirituelle est plus élevée, au moment où ils descendent sur terre, ils descendent plus bas. Puisque le règne végétal est encore plus bas que le règne animal, indiquant que sa source est plus haute, il possède une plus grande aptitude à nourrir l’homme.

Ce que dit le Sifri peut être compris de la même manière. Puisque l’homme tire sa nourriture première du règne végétal, et puisque la plus abondante forme de végétation est constituée par les arbres, dit le Sifri, l’homme vit de l’arbre, c’est-à-dire des nourritures végétales symbolisées par l’arbre.

Le Talmud cite le verset « Car l’homme est un arbre des champs » et s’interroge : « L’homme serait-il donc un arbre ? » Elle répond qu’en ce qui concerne les arbres, nous trouvons deux versets contradictoires. L’un d’eux énonce « de lui tu mangeras, mais l’arbre tu ne détruiras pas », alors que l’autre déclare « l’arbre doit être détruit ».

Comment concilier ces deux versets ?

Le Talmud répond : « s’il (c’est-à-dire l’individu, car l’homme est comparé à l’arbre) est un érudit craignant D.ieu, tu dois “en manger”, c’est-à-dire étudier la Torah qu'il enseigne. Sinon, tu dois “le détruire”, c’est-à-dire te détourner de lui. »

Chaque fois que l’on trouve deux commentaires sur un simple verset, cela signifie qu’ils possèdent un lien entre eux deux. Quelle est donc la relation entre le commentaire du Sifri et celui du Talmud ?

Nos Sages se réfèrent à l’homme comme à un « petit monde », un microcosme de l’univers. Tout comme le monde est partagé en quatre catégories : minérale, végétale, animale et humaine, l’homme possède lui aussi des aspects de ces quatre ordres. Les attributs émotionnels de l’homme représentent l’aspect végétal, car tout comme la végétation, ils ont la caractéristique de s’épanouir en abondance.

La supériorité de l’homme sur le monde animal réside dans le fait qu’il est un être rationnel.  C’est la raison pour laquelle le Talmud pose la question : « l’homme est-il un arbre ? » En d’autres termes, alors qu’il est vrai que l’homme possède également certains aspects de « l’arbre du champ », est-ce la principale caractéristique de son humanité ?

La réponse du Talmud est que le but ultime de l’intellect de l’homme est de descendre et d’influencer ses émotions de sorte qu’elles soient guidées par l’intellect.

En réalité, l’intellect seul ne peut conduire l’individu à un état d’achèvement total. L’objectif « connais (D.ieu) aujourd’hui » a pour but de « L’implanter dans ton cœur » de sorte que cette connaissance exerce son effet sur les émotions.

C’est là que réside l’analogie avec l’arbre. Tout comme la qualité d’un arbre se manifeste dans ses fruits, la véritable qualité d’un érudit n’est pas simplement son érudition, mais le fait qu’« il craint D.ieu », c’est-à-dire que son intellect affecte ses émotions.

Ici nous retrouvons la similitude entre le macrocosme et le microcosme. L’homme est soutenu par le règne végétal parce que sa source est supérieure à celle de l’homme. En mangeant des végétaux, l’homme élève la nourriture à sa source. Et cela permet ensuite à la nourriture de le soutenir.

Il en va de même pour l’homme lui-même. Son aspect végétal, ses émotions, a une source encore plus élevée que son intellect. Ce n’est que dans leur aspect révélé qu’elles sont descendues plus bas que son intellect, et ainsi c’est l’intellect qui doit guider les émotions, les purifiant et les raffinant. Quand cela est achevé, les émotions à leur tour affectent l’intellect, l’élevant à son état le plus achevé.

Le Sifri et le Talmud soulignent donc tous deux le même point : l’élévation de l’homme par l’intermédiaire du règne végétal. La seule différence est que le Sifri s’adresse au monde comme un tout alors que le Talmud parle dans les termes d’« homme » et de « végétal » à l’intérieur du microcosme humain.

(Basé sur Likouteï Si’hot Vol. IV pp. 1114-1117)

Adapté des enseignements du Rabbi de Loubavitch
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
2 Commentaires
1000 Caractères restants
Anonyme paris, france 10 septembre 2012

Comment penser que l'homme appartienne à un règne plus élevé que les hommes? C'est exactement l'inverse. Cela prouve une méconnaissance de ce que sont les arbres. Ils sont beaucoup plus évolués, et ont bénéficié de millions d'années de plus que nous pour se développer. Inverser votre vision. Par ailleurs, sachez que les champignons ne font pas partie du règne végétal. Où les classez-vous? Etes-vous anthropocentriste? Reply

Bineli Yaoundé, Cameroun 13 août 2010

Affirmer la supériorité spirituelle des végétaux sur l'homme au regard de sa source spirituelle, constitue un prémisse sur la révélation même de la nature des hommes. En effet par le constat réel que certains hommes naissent méchants et d'autres bons, l'humanité à toujours pensé que les bons sont en réalité meilleurs que les seconds. La pertinence du commentaire au sujet de l'arbre des champs révèle qu'en fait les hommes bons seraient moins élevés que les méchants, car les derniers plus bas en apparences eu égard à leur bassesse dans la pratique religieuse (transgressions des mitsvot) sont plus imprégnés des ressources intrinsèques leur permettant d'aller plus haut que les bons. Aussi l'égoïsme manifesté chez un homme par rapport à l'altruisme chez un autre à plus de chance d'être sublimé et d'arriver à supplanter l'altruisme du premier par un altruisme encore plus fort et plus élevé. Reply