Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Histoires 'hassidiques

Histoires 'hassidiques

 Email
Le Juif perfide qui avait feint d’être un fidèle catholique allait être mis à mort par le feu sur la grande place de la ville.
Le guérisseur du village avait essayé tous ses remèdes, le médecin du bourg avait prescrit un régime d’aliments sains, mais la pauvre fille demeurait incapable de bouger.
Les deux frères, les célèbres Rabbi Elimelekh de Lizensk et Rabbi Zousha de Anipoli, voyageaient souvent ensemble, se faisant passer pour de simples mendiants…
Il semblait que cet homme pingre, malgré sa richesse considérable, répugnait à partager les bienfaits dont D.ieu l’avait gratifié, quelle que soit l’importance ou l’urgence de la cause. Les rabbins et les mendiants évitaient sa maison…
Ivan Stepanovich se trouvait sur le quai, impatient que le procès d’Eliézer‎ Paltiel commence le ‎lendemain. Cette fois, il était certain qu’il allait se débarrasser du riche Juif une bonne fois pour ‎toutes. Par la suite, la culpabilité du Juif pourrait facilement être utilisée pour susciter un pogrom ‎qui commencerait d’abord dans son village et se propagerait ensuite aux villages environnants.‎
Les disciples du Baal Chem Tov étaient intrigués. Pourquoi le vieux porteur d’eau était-il soudain bien plus heureux, avec sa même paire de bottes en lambeaux et ses mêmes vieux seaux d’eau qu’auparavant?
Pendant cinq mille six cent soixante et une années, neuf mois, treize jours, quinze heures et tant de minutes, dit Père, cet endroit particulier a attendu Peretz et Mendel. Il a attendu que Peretz et Mendel viennent s’y asseoir pour répéter des mots de la Torah et ainsi accomplir et révéler le dessein divin contenu dans la pensée céleste originelle de la création...
Le général Bonaparte était en butte aux contrariétés de toutes sortes. Les nouvelles qui lui parvenaient de France n’étaient pas faites pour le réjouir. Elles lui annonçaient les désordres et les rumeurs de complots qui se tramaient contre lui...
Ce fut enfin le jour de la noce. Des centaines de mendiants prirent place autour des tables chargées de la nourriture la plus savoureuse que l’on puisse trouver. C’est alors qu’un drame survint...
Le saint Rabbi Elimélekh de Lizensk enseignait à ses ‘hassidim quand, tout à coup, la porte de la salle s’ouvrit avec fracas et deux pauvres hères parurent...
À la fin du voyage, le docteur demanda au Rabbi de le pardonner pour avoir été la cause de sa maladie. «Vous, la cause de ma maladie?» demanda le Rabbi stupéfait.
Reb Azriel David ouvrit les yeux et vit le train qui chantait. D’une voix étranglée, il s’écria: «Je donnerai la moitié de ma part du Olam Habba (le Monde Futur) à quiconque amènera mon chant au Rabbi de Modzitz!»
Dans la salle d’étude est assis un autre Juif, qui feuillette à grande vitesse les livres anciens, passant frénétiquement d’un volume à l’autre...
Comment Rabbi Elimélekh de Lizensk devint un disciple du Maguid de Mézeritch
La voiture ne s’était pas encore immobilisée tout à fait quand les voyageurs virent apparaître soudain un homme qui jaillit de la maison, se précipitait sur eux en leur criant de «décamper». Tout le monde, excepté le Rabbi, était frappé de stupeur...
Le Baal Chem Tov se détacha du cortège nuptial, s’approcha de l’étranger et lui murmura quelque chose à l’oreille. Sur ce, cet homme prit la direction de l'auberge du bourg. Les disciples du Baal Chem tov étaient stupéfaits. Qui était cet homme? Que lui avait dit le Baal Chem tov?
En yiddish, « Une pincée de tabac » une pincée de tabac est une expression signifiant « trois fois rien ». C'est le sujet de notre récit, avec des conséquences dramatiques...
« Attention ! » cria la pauvre femme. Trop tard ! L’assiette se renversa et son contenu alla grossir la petite mare qui s’était formée sur la table. De la part de la rebbetsin, ce ne fut plus de la colère, mais de la rage !
De mémoire d’homme, on n'avait jamais vu le négociant en liqueur, Reb Chmouel Brun chez le Rabbi Maharach un jour de semaine, au beau milieu de l’année !
Pourquoi le vieux Akiva qui était monté en Terre Sainte était-il revenu en Ukraine, à la stupéfaction de tous?