Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Imprimé de fr.chabad.org
Contact

"Bonne et douce" année

"Bonne et douce" année

Pourquoi un double souhait ?

 Email

Le soleil est délicieux, la pluie est rafraîchissante,
Le vent est revigorant, la neige est vivifiante,
Il n’existe pas de mauvais temps,
Seulement différentes sortes de beau temps.

John Ruskin (1819-1900)

Un parent m’a récemment écrit que son fils est un grincheux professionnel. "Il se plaint en permanence. Il n’est jamais heureux, il ne voit que le côté négatif des choses. Que puis-je faire pour l’aider à changer?"

Je lui ai expliqué que, à l’approche de Roch Hachana (la nouvelle année), nous avons la tradition de nous souhaiter mutuellement "une bonne et douce année". Pourquoi employer deux adjectifs pour qualifier l’année? Parce que si nous avons la foi que tout ce que D.ieu nous prodigue est bon, nous savons néanmoins qu’il existe deux sortes de "bon": le doux et l’amer.

Certaines situations sont à la fois "bonnes" et "douces", ce qui signifie que nous pouvons ressentir le bien qu’elles recèlent. D’autres situations sont "bonnes", mais pas "douces": elles ne sont pas agréables à vivre. Parfois, on s’aperçoit plusieurs années plus tard en quoi elles étaient bonnes, parfois on n’en sait jamais rien. C’est pour cela qu’avant Roch Hachana nous prions D.ieu que tout ce qui nous arrivera l’année prochaine soit non seulement "bon", mais aussi "doux" et plaisant. Nous demandons à D.ieu de nous accorder un bien que nous puissions ressentir et percevoir directement comme étant du bien.

Le Talmud enseigne que chaque fois qu’il nous arrive quelque chose qui nous paraît mauvais, nous devrions immédiatement dire "Gam zou létova" – "Ceci aussi est pour le bien" ; c’est l’expression de notre foi qu’il y a certainement du bien dans cette situation, même si nous ne le percevons pas encore.

On peut choisir de prononcer cette phrase du Talmud ou alors de dire "Excellent!" ou "Génial!" ou n’importe quelle autre expression positive que l’on souhaite. Ce qui compte, c’est d’en faire une habitude. Apprenez aussi à vos enfants à pratiquer cette réaction positive, jusqu’à ce que cela devienne chez eux une seconde nature. Ainsi, lorsque quelque chose d’amer survient (ce qu’à D.ieu ne plaise), au lieu de jurer et de se lamenter, notre réaction instantanée sera de dire que "cela aussi est pour le bien."

Un jour, un père et son fils se retrouvèrent à courir dans le hall d’un aéroport pour attraper un avion qui devait les emmener à une importante fête de famille. Cependant, lorsqu’ils parvinrent au guichet d’enregistrement, il leur fut signalé que le vol était annulé. Le fils se mit alors à gémir "Mais c’est terrible! Je n’arrive pas à y croire…" Son père se tourna vers lui, lui disant "Pourquoi es-tu tellement contrarié? Moi, je suis très content que le vol ait été annulé!" Le fils, assez déconcerté, lui demanda "Comment ça, tu es content?" Le père lui expliqua alors: "Écoute, je peux imaginer trois raisons pour lesquelles le vol peut avoir été annulé: soit qu’il y ait eu un problème de moteur, soit que le pilote ne se sentait pas bien, soit que le temps était trop mauvais. S’il s’avère qu’il s’agit de l’un de ces trois cas, alors je suis bien content de ne pas être à bord de cet avion et ils ont vraiment bien fait d’annuler le vol."

"C’est en forgeant qu’on devient forgeron", et la qualité dont nous parlons ne fait pas exception à cette règle. Ainsi, la meilleure façon de développer une approche vraiment positive de la vie consiste à s’y s’entraîner de façon répétitive, comme les sportifs de haut niveau. Ainsi, chaque fois qu’il nous arrive – à nous ou à nos enfants – de réagir positivement de cette façon, arrêtons-nous un instant pour prendre la mesure du changement que nous sommes en train d’opérer sur nous-mêmes.

Une telle attitude positive, lorsqu’elle est pratiquée par un parent, est très communicative et se propage rapidement au sein de la cellule familiale. Tôt ou tard, vous entendrez vos enfants réagir à l’annonce de nouvelles a priori décevantes "Mais c’est super!" Bien que cela ne modifiera pas la situation, cela changera radicalement la façon dont elle sera vécue et permettra de poursuivre la vie en partant d’un bon pied.

Essayez, vous apprécierez!

par Yaakov Lieder
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
1000 Caractères restants
Notifiez-moi lors de la publication de nouveaux commentaires
Trier par:
Discussion (2)
28 mars 2013
gam zou letova
Il s'agit de Rabbi Na'houm "Ich Gamzou", un éminent sage du Talmud.
Emmanuel Mergui pour Chabad.org
mychabad.org
21 mars 2013
gam zou letova
quel est l'auteur de cet adage ?
Anonyme
marseille, f