Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Le lien éternel

Le lien éternel

L'alliance du mariage

 Email

Un jeune homme, séparé depuis quelque temps de sa femme et de son enfant, n’arrivait pas à décider s’il devait divorcer ou tenter de se réconcilier. Il demanda conseil à un « professionnel ». Celui-ci lui demanda « Éprouvez-vous encore des sentiments d’amour envers votre femme comme à l’époque où vous vous êtes mariés ? » Sans hésiter, le mari esseulé répondit, « Je ne crois pas. » « S’il en est ainsi, statua le professionnel, consommez la rupture et quittez-la pour de bon. »

Est-il cependant correct d’asseoir la stabilité d’un mariage sur des sentiments passagers de confort ou d’amour ? Ou bien y a-t-il quelque chose de plus important que cela ?

Pour la plupart des nouveaux mariés, se sentir proche l’un de l’autre est relativement aisé au cours des premiers mois, voire des premières années de mariage. Les sentiments éprouvés par les jeunes gens sont souvent marqués par une certaine euphorie qui conditionne une attitude particulièrement vis-à-vis des particularités de caractères et des défauts de son partenaire. C’est ainsi que l’exprime le dicton : « l’amour est aveugle ». D.ieu a fait de ces sentiments si puissants un élément naturel d’une relation naissante afin d’aider le jeune couple à se former, puis à fonder un foyer et à rester ensemble. C’est en fait une préparation aux pressions qui accompagneront l’éducation des enfants, le gain de sa subsistance, le vieillissement et tous les aléas de la vie.

Le Judaïsme enseigne qu’il existe une alliance, une relation éternelle, entre le peuple juif et D.ieu. Cette relation est comparable à celle de deux amis qui établissent un pacte selon lequel ils s’engagent à toujours prendre soin l’un de l’autre, quelles que soient l’évolution de chacun et la façon dont leurs sentiments réciproques pourraient varier. Une telle alliance dépasse les limites de la raison et de la logique. C’est ce qui lui confère son caractère éternel en lui permettant de résister à toutes les vicissitudes de la vie. Telle est l’alliance entre D.ieu et le peuple juif : un lien qui n’est pas basé sur la réciprocité, mais sur l’engagement.

Les mariages prospères sont aussi cimentés par une alliance. Cette alliance est en fait un engagement matrimonial indéfectible, la promesse de ne jamais baisser les bras lorsque les choses deviennent difficiles et de s’employer à trouver les solutions à tous les problèmes qui pourraient venir troubler cette relation. Dans un mariage en bonne santé, c’est cette sagesse inhérente à la maturité qui prend le relais lorsque les premiers sentiments d’amour et d’attirance, ceux de la jeunesse, finissent par s’atténuer. Cette alliance entre les époux protège leurs enfants de la terreur et de la douleur du divorce et du risque de devoir grandir sans bénéficier de la présence de leurs deux parents pour les guider et les protéger.

Il existe certes de rares cas dans lesquels le divorce est nécessaire. Le Judaïsme reconnaît cela et permet le guett qui est la manière « cachère » de dissoudre un mariage. Cependant, à notre époque, à cause de la trop grande pénétration dans notre communauté de valeurs profanes qui mettent l’accent sur le plaisir personnel et l’autonomie, certaines familles juives baissent les bras beaucoup trop rapidement, souvent, bien malheureusement, avec l’aide de « professionnels » bien intentionnés.

L’alliance entre un mari et sa femme procure un sentiment spirituel dont l’intensité est telle qu’il permet au mariage de survivre à toute déception physique ou émotionnelle. Il est vrai que la sollicitude des conjoints l’un pour l’autre leur apporte bonheur et réconfort et constitue un élément vital de leur relation. Lorsque notre conjoint nous donne ce que nous attendons de lui, cela nous contente, satisfait notre ego et renforce notre estime personnelle. Néanmoins, cela ne devrait pas être la seule raison de rester dans un mariage.

par Avrohom Kass
Rav Avraham Kass est un thérapeute des problèmes du couple et de la famille ainsi qu'un hypnothérapeute diplomé. Il est l’auteur de 18 ouvrages éducatifs et exerce en cabinet à Toronto. Pour plus d'information, rendez-vous sur son site internet personnel ou son site de services pour la famille (tous deux en anglais).
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
1 Commentaire
1000 Caractères restants
Michel CARRIERE 75018, France 31 juillet 2009

le lien (ames soeurs) Le rabbin Joseph Sitruck indiquait, dans une de ses conférences, que trois choses ne dépendait pas de notre volonté : notre naissance, notre conjoint(e) et notre mort.
Deux âmes, deux souffles, deux inspirs et deux respirs, pour faire une Maison (Beith) valeur 2, deuxième lettre de l'alaphabet, et cette maison peut accueillir la Splendeur de la Ch-hina. Reply

Cette page en d'autres langues