Contact

Un paradoxe perpétuel

Un paradoxe perpétuel

 Email

C’est comme si deux personnes vivaient à l’intérieur de moi. Je ressens le besoin d’être altruiste, conjugué au besoin d’auto préservation. Je ressens que mon cœur saigne pour les pauvres, mais ne peut me résoudre à me séparer de trop d’argent durement gagné. J’ai toutes les intentions du monde d’être un conjoint et un parent aimant et patient ; mais je me sens indigné, provoqué, et je veux juste mon espace à moi. Qui suis-je ?

Qui suis-je ?

Vous êtes prêts pour la bombe ? Il y a deux forces à l’intérieur de moi. Les contradictions qui virevoltent en moi ne font pas de moi un hypocrite. Elles sont l’inévitable résultat de la manière dont D.ieu m’a créé. Comme il est dit à propos de tout juif : « Et les nechamot [les âmes] que J’ai faites » (Isaïe 57,16). Cela signifie qu’en chacun de nous se trouvent deux motivations opposées, chacune avec ses propres désirs.

L’une s’appelle « l’âme animale », la force de vie naturelle et instinctive qui coule dans nos veines. Comme chez l’animal, cette motivation est axée sur sa propre survie, et ne tient uniquement compte que de ses propres besoins immédiats. L’autre est « l’âme divine », qui suscite le désir de s’attacher à D.ieu et d’accomplir Ses commandements.

Une éternelle partie de tir à la corde, en effet.

Un petit bout de Tanya : Mes difficultés ne sont pas un signe d’hypocrisie, mais de mon âme animale essayant de s’affirmer.

(Inspiré du chapitre 1 du Tanya)

par Sara Blau
Sara Blau est enseignante et directrice des programmes extra-scolaires à Beth Rivkah High School. Elle est épouse, mère et auteure de plusieurs livres pour enfants.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants
Cette page en d'autres langues