Contact

Des anniversaires remarquables

Des anniversaires remarquables

 Email

Le premier anniversaire

Le premier à célébrer un anniversaire fut Adam. Quoi que, si l’on considère qu’il n’est pas vraiment « né », les pinailleurs diront qu’on ne peut pas vraiment évoquer l’anniversaire de sa naissance ; en tout état de cause, son premier jour sur terre fut assez mouvementé.

Adam fut créé le premier vendredi, le sixième jour de la création, après que D.ieu eut fini de préparer la table d’anniversaire cosmique avec les cieux et la terre, le soleil et la lune, les plantes et les arbres, les bêtes, les oiseaux et les poissons. Peu de temps après la création d’Adam, toujours le même vendredi, D.ieu forma Ève et lui insuffla la vie.

Les résultats furent considérablement plus douloureux qu’un mauvais mal d’estomac

Bien qu’il ne soit pas fait mention d’un gâteau d’anniversaire, ils célébrèrent leur création en consommant un autre met de choix : le fruit de l’Arbre de la Connaissance. Les résultats furent considérablement plus douloureux qu’un mauvais mal d’estomac.

Nous célébrons les anniversaires d’Adam et Ève chaque année. Roch Hachana, le Nouvel An juif, n’est pas observé le jour où le monde fut créé, mais six jours plus tard, à l’anniversaire de la création d’Adam et Ève. C’est le jour où tout commença véritablement ; le jour où la vision du Créateur de résider au sein d’un foyer humain commença à se concrétiser.

Un invité intimidant

« Et Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré. » (Genèse 21,8)

Selon l’une des opinions exprimées dans le Midrash, cette fête fut célébrée le jour du treizième anniversaire d’Isaac, c’est-à-dire le jour où il fut « sevré de l’enfance » et assuma les responsabilités d’un adulte juif. Selon une autre opinion, cette fête eut lieu lors de son deuxième anniversaire. En tout état de cause, ce fut une fête d’anniversaire.

Selon la tradition, Isaac naquit à Pessa’h. Ce « grand festin » devait ainsi comporter de la matsa et des mets cashers pour Pessa’h. Cependant, la cuisine ne fut pas l’attraction principale. Ce fut plutôt la liste d’invités distingués parmi lesquels figurait tout le gratin de l’époque.

L’un des VIPs présents ce jour-là était Og, le roi de Bashan, un homme gargantuesque doté d’une force surhumaine. Il dit avec condescendance : « Pourquoi tout le monde s’excite-t-il autour de cet enfant ? Je peux l’écraser de mon petit doigt ! »

D.ieu n’apprécia pas cette arrogance. « Attends donc. Tu verras un jour des centaines de milliers de descendants de ce garçon. Et de fait, c’est par eux que tu connaîtras ta fin... »

La première référence biblique à une fête d’anniversaire se trouve dans le Livre de la Genèse

Et c’est précisément ce qui arriva des années plus tard, lorsqu’il fut vaincu par les armées israélites menées par Moïse.

Une fête d’anniversaire « mémorable »

La première référence biblique à une fête d’anniversaire se trouve dans le Livre de la Genèse. Pharaon organisa une grande fête d’anniversaire à laquelle il convia tous ses ministres. Au cours de celle-ci, il se rappela deux de ses chambellans, son maître échanson et son maître panetier, qu’il avait fait incarcérer du fait de leur négligence pendant leur service. Exactement tel que l’avait prédit un jeune hébreu – Joseph – trois jours auparavant, Pharaon pardonna à l’échanson et lui rendit son poste. Le panetier, quant à lui, fut envoyé à la potence.

Jusqu’à 120 ans... vraiment !

Un souhait couramment formulé lors des anniversaires juifs est : « Puisses-tu vivre jusqu’à 120 ans ! » Dans la Torah, nous trouvons une personnalité qui vécut pile poil jusqu’à 120 ans. Il s’agit bien sûr de Moïse, le plus grand prophète de tous les temps, né et décédé à la même date : le 7 Adar.

Des siècles plus tard, quand Haman voulut exterminer les Juifs, il tira au sort pour déterminer le mois le plus propice pour mettre son funeste projet à exécution. Il fut transporté de joie quand le sort désigna le mois d’Adar : « c’est le mois où Moïse, le sauveur des juifs, est mort ! »

Mais Haman ne savait pas qu’Adar est également le mois où Moïse est né. Et le bon augure d’un anniversaire compense toutes les qualités négatives associées à la mort. On connaît la suite de l’histoire...

Un anniversaire malheureux mais finalement joyeux

Le rédempteur est né le moment après la destruction

Le jour le plus triste du calendrier juif est le 9 Av, la date où – parmi d’autres tragédies – les deux saints Temples furent détruits, menant à l’exil de notre nation de la Terre Sainte. Néanmoins, nos sages nous disent qu’en dépit de la tristesse et de la douleur, ce jour est l’anniversaire de Machia'h, notre futur rédempteur :

« Le jour où le Saint-Temple fut détruit, un Juif labourait son champ quand sa vache meugla soudainement. Un Arabe qui passait entendit le cri de la vache. Il dit alors : “Juif, Juif ! Détache ta vache, défait le soc de ta charrue, car votre Temple a été détruit.” La vache meugla alors une seconde fois, et l’Arabe dit : “Juif, Juif, attelle ta vache, remet le soc de ta charrue, car le Rédempteur est né désormais...” »

Le rédempteur, et avec lui le potentiel pour la rédemption, naquit au moment qui suivit la destruction.

par Mendy Kaminker
Rav Mendy Kaminker est le rédacteur en chef de Beit Chabad, l'édition en hébreu de Chabad.org.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants
Cette page en d'autres langues