Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Baissez le volume: comment affronter votre critique intérieur

Baissez le volume: comment affronter votre critique intérieur

 Email

Tu es toujours là, prêt à bondir. Dès l’instant où je suis arrachée au sommeil à 5 h par les cris de ma fille, tu es là, à me dire que je ne suis pas assez bien. Pour toutes sortes de raisons. Ce pourrait être parce que je ne suis pas assez ferme ou disciplinée pour régler le sommeil de ma fille, ou parce que je suis allée au lit trop tard, ou que je n’ai pas un programme clair pour la journée et que je ne vais « probablement » pas mettre à profit à bon escient le temps dont je dispose nouvellement (maintenant que mes deux filles sont à la crèche). Je traverse le couloir en claudiquant avec les orteils endoloris et me sentant lourde alors que j’essuie ce tir de barrage de tous côtés.

Et tu me suis toute la journée, à regarder comment tu peux me défaire. Et tu ne cesses de me défaire. C’est si facile pour toi, tu me connais si bien. Tu sais à quel point je veux être bien, et bien faire. Et tu ressasses sans cesse que je suis exactement la personne que j’essaie de ne pas être. Que ma course décrit futilement des cercles sans fin. Que la sieste qui a le potentiel de me revigorer et de recharger mes batteries n’est que paresse. Et la liste est encore longue...

Tu es si incroyablement sévère. Tu veux que je saigne. Tu ne fermes les yeux sur rien, et tu ne remarques certainement rien de bien que je fasse.

Certes, tu connais mes qualités. Comme celle de valoriser la confiance qu’a ma fille que je serai toujours là pour elle, quoi qu’il arrive. Celle de déployer tellement d’efforts pour gérer la situation. Mais le tableau complet, tu ne le vois pas. Tu ne célèbres pas mes réalisations ; tu en exiges plus. Même si mon book d’articles est plein à craquer, tu me compares à des auteurs plus en vogue. Tu ne prends pas en compte ma mission unique et l’ensemble de mon histoire personnelle.

Et, tu sais quoi, je te laisse avoir tant de pouvoir, parce qu’une petite fille douce et vulnérable à l’intérieur de moi croit qu’elle a besoin d’être extraordinaire. L’aspiration à être extraordinaire semble en soi extraordinaire, non ? Mais je m’aperçois de plus en plus que ce qui est extraordinaire, c’est de m’aimer quand je ne suis pas « extraordinaire ». C’est être extraordinairement imparfaite, humaine, vulnérable et m’aimer infiniment malgré tout. C’est pouvoir me pardonner moi-même pour tous mes défauts et toutes mes erreurs tout en travaillant pour être au top. Pour qui te prends-tu, à essayer de rendre mon amour-propre conditionnel ?

Je te vois. Je t’entends. Tu es ce que les psychologues appellent la voix intérieure sévère et critique, et ce que le judaïsme appelle le yetser hara, le mauvais penchant, constamment prêt à pousser une personne à faire ce qui est mal aux yeux de D.ieu. Tu cherches à me faire tomber d’une manière qui ne me poussera pas à être meilleure, mais me jettera dans une spirale de négativité, m’empêchant de remplir ma mission unique et de faire jaillir la lumière que moi seule peux apporter au monde. Mais j’ai également un yetser tov, un bon penchant, et je reconnais la vérité. Toi, tu ne représentes pas la vérité. Tu es seulement une voix, et c’est moi qui ai la main sur la touche du volume. Et si je rechargeais mes batteries avec cette bonne sieste maintenant ?

par Loren Minsky
Loren est une auteure passionnée par le sens de la vie et par le partage des leçons qu'elle en déduit d'une manière réelle et honnête. Avide lectrice et contributrice de magazines, elle publie aussi régulièrement sur son blog en espérant que ses lecteurs auront le sentiment d'être entendus, d'être moins seuls et en soient inspirés. Originaire d'Afrique du Sud, elle vit maintenant à Jérusalem avec son mari et ses filles.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants
Cette page en d'autres langues