Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

La force du néant

La force du néant

 Email

Et D.ieu dit à Moïse : « Étends ta main vers le ciel et il y aura des ténèbres sur le pays d’Égypte ; des ténèbres palpables. »

Exode 10, 21

L’obscurité, par définition, est simplement une absence de lumière. Mais l’obscurité peut être épaisse au point d’en être palpable. En Égypte, l’obscurité devint si dense que « personne ne put bouger de sa place pendant trois jours. »

Il y a trois types de ténèbres, écrit Rabbénou Bé’hayé dans son commentaire sur la Torah. Il y a l’obscurité naissante (alatah) de l’Alliance entre les morceaux (dans laquelle l’exil d’Israël fut annoncé à Abraham – voir Genèse 15,17), il y a l’obscurité palpable (afeila) de la neuvième plaie d’Égypte ; et il y a les ténèbres chatoyantes (arafel) du Don de la Torah, où il est écrit : « et Moïse s’approcha de l’obscurité, où était D.ieu » (Exode 20,18). »

L’obscurité n’est rien. Et pourtant l’obscurité est une force. C’est la force du néant, la force la plus puissante dans la nature. L’existence, telle que D.ieu l’a créée, a une soif insatiable d’être, de présence et de vie. Créez une absence et le vide se remplira avec une férocité qu’aucune force « active » ne peut égaler.

En 1977, le Rabbi de Loubavitch subit une crise cardiaque au beau milieu de la joyeuse célébration de la fête de Chemini Atseret. Pour la première fois depuis des décennies, ses ‘hassidim dansèrent avec les rouleaux de la Torah sans leur Rabbi à Sim’hat Torah. Son absence brisait le cœur de chaque ‘hassid : nous avons dansé et pleuré, pleuré et dansé. Le Rabbi, qui fut pris en charge dans son bureau, vit l’un des médecins lui faire une prise de sang au moyen d’une seringue et envoya le message suivant à ses disciples : une seringue crée un vide, ce qui oblige l’espace vide à remplir de sang ; de même, toute absence est une force destinée à attirer plus de vigueur et de vie dans l’espace vide.

L’obscurité n’est rien. Son inexistence est ce qui la rend si étrangère, si paralysante, mais qui en fait aussi à la fois un lieu de potentiel infini et la force de mener ce potentiel à bien.

par Yanki Tauber
Yanki Tauber est l'un des principaux rédacteurs de Chabad.org
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants
Cette page en d'autres langues