Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

La beauté de Sarah

La beauté de Sarah

'Hayé Sarah

 Email

Hier soir, mes amies et moi étions attablées et discutions de la lecture de la Torah de cette semaine. Nous étions inspirées par le récit que la Torah fait de la beauté de Sarah, et nous en sommes venues à évoquer l’importance biaisée que l’on attribue à la beauté physique.

Il parait évident, de prime abord, que l’attrait du corps physique soit en bas de l’échelle de la valeur spirituelle. Si notre objectif est de rechercher la conscience et la sensibilité, il peut s’avérer assez handicapant d’être obsédée par son image. Quand nous sommes constamment bombardés de publicité et de médias qui mettent en avant la beauté et l’esthétique, lorsque la beauté devient une valeur marchande, il est facile d’oublier que c’est le corps qui finit par mourir alors que l’âme reste éternelle. Alors, pourquoi investir dans l’éphémère ?

Le roi Salomon fait écho à cette approche dans son célèbre poème « Une femme vaillante » : « Le charme est trompeur et la beauté est vanité ; une femme craignant D.ieu, est seule digne d’être louée. »

Son visage était un tableau transparent d’où émanait son rayonnement intérieur

Et pourtant, la Torah évoque la beauté de Sarah. Après son décès, la Torah lui rend hommage en ces termes (Genèse 23,1) : « Et la vie de Sarah fut de cent ans et vingt ans et sept ans. » Remarquez comment son âge est rapporté de manière fragmentée et répétitive. Le Midrache explique : quand elle avait vingt ans, elle avait conservé la beauté d’une enfant de sept ans, et quand elle atteignit l’âge de cent ans, elle était aussi innocente du péché que lorsqu’elle avait vingt ans. Dans son récapitulatif de la vie de Sarah, la Torah nous dit deux choses : qu’elle était belle et qu’elle avait un caractère parfait. Et elle nous présente ces deux grandes qualités juxtaposées.

Le message est évidemment ici que Sarah était aussi belle intérieurement qu’extérieurement et, qui plus est, que chez elle l’intérieur et l’extérieur étaient interdépendants. Son visage était un tableau transparent d’où émanait son rayonnement intérieur.

La philosophie hassidique décrit trois façons dont le corps et l’âme peuvent interagir :

  1. L’âme peut tenter d’atténuer les pulsions du corps. Les choses qui ont un bel aspect, qui ont bon goût et qui font plaisir sont stimulantes et addictives. Chez la plupart d’entre nous, c’est le corps qui tient les commandes. L’âme n’est tout simplement pas de taille à rivaliser. Alors, elle tente de négocier raisonnablement, et encourage la modération.
  2. Deuxième possibilité, l’âme peut choisir de rejeter le corps et d’avoir en horreur toute chose qui relève du matérialisme. La personne mue par son âme se rebelle alors contre la superficialité et la fausseté de la société. La simplicité et l’ascétisme deviennent les buts ultimes de l’âme.
  3. Le troisième scénario n’est pas un compromis entre les deux premiers. C’est une approche entièrement nouvelle dans laquelle le corps et l’âme apprennent à travailler ensemble. L’âme ne penche pas en faveur du corps et ne le rejette pas non plus. Elle n’est pas dans la réaction, mais dans la proaction, dirigeant et canalisant les penchants corporels de manière constructive.

Dans cette dernière approche, au lieu de réprimer les besoins du corps, l’âme les considère comme l’occasion de servir D.ieu d’une toute nouvelle façon. Les aliments appropriés vont ouvrir l’esprit à une compréhension plus profonde de la Torah. Une maison habilement décorée créera l’ambiance qui convient au repas de Chabbat. Et l’habillement sera une puissante expression de la dignité de l’âme qui réside à l’intérieur du corps. Lorsqu’ils travaillent en équipe, l’âme est consciente que le corps est un précieux instrument pour son travail ici bas. Et, en tant que tel, le corps a besoin d’être respecté et maintenu en bon état.

Sarah maîtrisait cet art. Elle est considérée comme ayant été l’une des plus belles femmes de tous les temps

Lorsque les aspirations du corps ne sont plus une fin en soi mais rentrent au service du bien, le corps et l’âme peuvent travailler ensemble comme la main et le gant. L’apparence physique d’une personne exprime alors sa grandeur d’âme. Le panim (le visage) devient une expression de la pnimiyout (le caractère intérieur).

Sarah maîtrisait cet art. Elle est considérée comme ayant été l’une des plus belles femmes de tous les temps. Tout comme l’âme ne vieillit pas, la beauté de Sarah se conserva même dans sa vieillesse. Sa beauté était celle d’un corps et d’une âme fonctionnant en harmonie et dans le respect mutuel. Et c’est pourquoi la dernière louange que la Torah fait d’elle évoque sa beauté physique.

Basé sur un discours du Rabbi de Loubavitch, Likoutei Si’hot, vol. 5, p. 92.

par Rochel Holzkenner
Rochel, une mère de quatre enfants, est co-directrice du Beth 'Habad de Las Olas en Floride, en charge de son département éducatif. Elle est également auteur free-lance, contribuant fréquemment à Chabad.org, et donne des conférences sur le thème de "la Kabbale, le féminisme et leur application dans la vie quotidienne". Elle est titulaire d'une maîtrise en neurosciences de la Nova SE University.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants
Cette page en d'autres langues