Contact

Confiance et acceptation

Confiance et acceptation

Pirkei Avot 1:6

 Email

Rabbi Josué ben Pera’hia dit : « Fais-toi un maître, acquiers-toi un ami, et juge chacun favorablement. »

Pourquoi ces trois idées sont-elles regroupées dans un même enseignement ? Il y a un rapport évident entre un maître et un ami : ce sont là deux relations qui aident une personne à grandir. Mais pourquoi la nécessité de juger les gens favorablement est-elle enseignée dans la même phrase ?

Nous sommes déçus qu’une personne qui présentait aussi bien ait pu se révéler aussi différente

Souvent, nous rencontrons des gens qui nous impressionnent de prime abord et nous les tenons dès lors en haute estime, sur la base de cette première impression. Toutefois, lorsque nous les connaissons un peu mieux et que notre relation se resserre, nous découvrons leurs défaillances et les côtés sombres de leur personnalité. Nous sommes alors déçus qu’une personne qui présentait aussi bien ait pu se révéler aussi différente.

C’est précisément ce que Rabbi Josué entend éviter. Pour son développement, il est essentiel que chaque personne ait des mentors spirituels et de bons amis en qui elle puisse avoir confiance, avec qui elle puisse se confier et partager sa vie. Mais tout le monde a des faiblesses et des défauts qui sont initialement cachés et soigneusement camouflés. Ainsi, autant il est important de réussir à forger de telles relations, autant il nous faut apprendre à accepter les défauts des gens et à les juger favorablement.

Apprendre à faire confiance à quelqu’un, c’est aussi apprendre à l’accepter dans son entièreté et à la considérer sous un jour positif.

par Michoel Gourarie
Rav Michoel Gourarie donne des conférences sur un large éventail de sujets, avec un accent particulier sur le développement personnel. Il est le directeur de l’institut "Bina" à Sydney, en Australie.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
3 Commentaires
1000 Caractères restants
Marcel Fafouin 20 juillet 2013

"Apprendre à faire confiance à quelqu’un, c’est aussi apprendre à l’accepter dans son entièreté et à la considérer sous un jour positif." (Rav M Gourarie)

Dans la Société occidentale actuelle, il est ou demeure assez difficile de faire confiance à autrui, de l'accepter tel se présentant à soi, et de le juger convenablement.

Parmi les raisons militant ce genre de difficultés, il est d'intérêt d'en retenir, à tout le moins, trois :

1 Autrui veut se prendre ou remplacer D'ieu (être ou faire du veau d'or) ;

2 Vision et application idolâtres de la vie ou des choses de la vie (être ou vivre sans Torah ni Maître, et ni Mitsvot), et ;

3 Autrui voulant déplacer la borne de son voisinage (tout m'appartient, même toi).

De ces difficultés, le ou tout sachant, qu'Hachem aime, les sur-monte avec confiance, et ce, en demeurant debout tout autant devant-derrière l'Adversité (Klipot) que devant Celui qui voit et qui se tient au milieu du Buisson ! - 20 juillet 2013 / 13 av 5773 - Reply

Olivier Muller Boulogne-Paris, France via loubavitch-boulogne.com 17 mai 2013

... mais ... savoir Accepter les défauts des gens car :

"Celui qui est aimé des hommes est aussi aimé de D.ieu,
et celui qui n'est pas aimé des hommes n'est pas non plus aimé de D.ieu"

(Maxime des pères, Chapitre 3, 13) Reply

Olivier Muller Boulogne-Paris, France via loubavitch-boulogne.com 17 mai 2013

L'homm est décevant ... « Heureux l’homme qui cherche sa sécurité en l’Eternel, et ne se tourne pas vers les orgueilleux et les amis du mensonge. » (Psaumes XLV, 5)."

Joseph était déjà resté en prison durant dix ans, après avoir été vendu par ses frères.
Deux années supplémentaires lui furent encore imposées après qu’il eut interprété le songe de l’échanson du Pharaon en qui il avait mis sa confiance pour le rappeler au bon souvenir du maître de Égypte afin de le faire libérer.
A ce propos, le Midrash, nous montre combien il est illusoire de croire en une parole ou une promesse humaine. Reply

L'Ethique des Pères est un traité de Michna qui expose la vision de la Torah sur l'éthique, la morale et les relations interpersonnelles. Découvrez dans cette section le texte de la Michna et une sélection grandissante de commentaires.
Cette page en d'autres langues