Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Le luxe

Le luxe

Pirkei Avot 6:4

 Email
Rabbi Meir Shapiro (1887-1933)
Rabbi Meir Shapiro (1887-1933)

Rabbi Meir Shapiro, le « Rav de Lublin », fonda la célèbre académie talmudique « ’Hakhmei Lublin » dans les années 1920 dans le cadre de sa campagne pour élever l’image des étudiants de yéchiva. Fini le temps où les jeunes érudits devaient vivre dans la misère, dormir sur des bancs, porter des vêtements élimés et ne jamais savoir quand ils prendraient leur prochain repas. La Yéchiva de Lublin avait un dortoir, un cuisinier dévoué, des livres en suffisance et même l’eau courante dans les toilettes !

Les meilleurs étudiants de Pologne affluèrent vers la nouvelle yéchiva. La concurrence pour les places était si serrée qu’on dut instituer de strictes conditions d’entrée. Aux yeux du public, il devint rapidement admis qu’un garçon accepté à la Yéchiva de Lublin était par définition un génie en herbe, digne des plus grandes attentions et d’un respect considérable. Ceci effectua un changement dans l’attitude générale à l’égard de l’ensemble des étudiants de yéchiva et l’idéal d’une étude de la Torah à temps plein gagna en légitimité.

La yéchiva avait un dortoir, un cuisinier dévoué, des livres en suffisance pour tous et même l’eau courante dans les toilettes !

Les vieilles attitudes ont la vie dure, et Rav Shapiro fut souvent en proie à des difficultés dans ses efforts pour collecter des fonds. L’un des défis qu’il eut à surmonter fut de justifier son écart apparent des enseignements des Sages. Le sixième chapitre des Maximes des Pères déclare en effet : « Telle est la voie de la Torah : mange du pain avec du sel, boit de l’eau, dort sur le sol, mène une existence de peine et dépense-toi dans la Torah. » Il semble que, pour réussir dans l’étude, il faille mener une existence ascétique et spartiate, pas une vie confortable.

Le Rav Shapiro a formulé un certain nombre de réponses à des accusations de cette nature. La plus célèbre est sans doute lorsqu’il affirma ironiquement qu’il s’agissait d’une mauvaise interprétation des paroles de Sages. L’enseignement cité ci-dessus n’est pas une injonction, mais une lamentation. Il ne doit pas être lu avec une vertueuse indignation, mais plutôt sur un ton de pitié douloureuse. N’est-il pas malheureux que ceux qui consacrent leur vie à l’étude de la parole de D.ieu n’en aient pas, jusqu’à ce jour, été justement rétribués ?

L’inauguration de la Yéchiva ‘Hakhmei Lublin en 1924
L’inauguration de la Yéchiva ‘Hakhmei Lublin en 1924


Ne t’inquiètes pas ... tu auras ta récompense

Notre ancêtre Abraham fut le géniteur de notre foi et le moteur de la diffusion de la connaissance de D.ieu auprès des masses. Il est intéressant de noter que, dans le livre de la Genèse (15, 1), il est dit qu’après la victoire miraculeuse d’Abraham sur les quatre rois qui avaient pris son neveu Lot en captivité, D.ieu rassure Abraham en lui disant qu’Il tiendra Sa promesse de récompenser ses efforts : Ne crains pas, Abram ; Je suis ton bouclier ; ta récompense est extrêmement grande.

Si Abraham avait dû souffrir, comment cela aurait-il été perçu par ceux qu’il essayait d’attirer ?

Abraham était un homme d’un grand courage et d’une détermination sans faille. Il était prêt à tourner le dos à toutes les opinions et à toutes les structures sociales. Il souffrit pour son D.ieu et sa foi et accepta une existence nomade vie au nom de sa nouvelle religion.

Abraham était motivé par l’amour de la vérité, par une volonté ardente et par son aspiration à faire plaisir à son Créateur. On eut pu s’attendre que cet homme de vertu fût la dernière personne à réclamer la richesse et la gloire en récompense de ses efforts.

Vous méritez mieux

De fait, la motivation d’Abraham dans son service de D.ieu n’était pas la perspective d’être récompensé par la richesse. Son plaisir résidait dans le spirituel et, à ses yeux, la vérité et la justice étaient en soi une récompense. Cependant, si Abraham avait dû souffrir, si ses efforts n’avaient été payés que de pauvreté, comment cela aurait-il été perçu par ceux qu’il essayait d’attirer ? Quand Abraham réclama des avantages matériels à D.ieu, il était seulement motivé par l’honneur de D.ieu.

Quand D.ieu accorde à Ses fidèles la prospérité, Il rend l’ensemble du système plus attrayant, et justifie aux yeux de la communauté tous les efforts en Son nom.

Par Elisha Greenbaum
Le Rav Elisha Greenbaum est le leader spirituel de la Moorabbin Hebrew Congregation et le co-directeur de L'Chaim Chabad à Moorabbin, dans l'État de Victoria en Australie.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants
L'Ethique des Pères est un traité de Michna qui expose la vision de la Torah sur l'éthique, la morale et les relations interpersonnelles. Découvrez dans cette section le texte de la Michna et une sélection grandissante de commentaires.
Cette page en d'autres langues