Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Pourquoi appuyer sur un bouton est-il considéré comme un travail le jour du Chabbat?

Pourquoi appuyer sur un bouton est-il considéré comme un travail le jour du Chabbat?

 Email

Question :

Cher Rabbin, croyez-vous sincèrement qu’appuyer sur un bouton pour traverser la rue soit considéré comme accomplir un travail le jour du Chabbat ? Cela ne me semble pas si fatigant...

Réponse :

Ce n’est pas le travail fatigant qui est interdit le Chabbat, mais le travail créatif.

Au cours de la semaine de travail, nous nous efforçons de faire du monde un endroit meilleur, plus sûr et plus confortable. Nous employons notre ingéniosité humaine à inventer, construire, développer et améliorer le monde qui nous entoure. Mais le septième jour nous prenons du recul en nous-mêmes. Nous marquons une pause dans notre entreprise de changer le monde et apprécions la beauté innée du monde que D.ieu a créé. Au lieu de modifier notre environnement, nous en jouissons. Plutôt que d’utiliser les commodités que la technologie nous a offertes, nous profitons des bénédictions que D.ieu nous a prodiguées : l’amour, la famille, l’amitié, la méditation, et le simple fait d’être humains.

Le Chabbat est comme un monde de rêve, et nous entrons dans ce monde de rêve en laissant le monde mondain derrière nous. Le moindre trouble – comme appuyer sur un bouton – nous ramènerait sur terre dans un fracas. Et il n’y a rien de pire que de se réveiller d’un rêve avant qu’il ne soit terminé.

par Aron Moss
Le Rav Aron Moss est le rabbin de la Nefesh Community à Sydney en Australie et contribue fréquemment à Chabad.org.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
1000 Caractères restants
Notifiez-moi lors de la publication de nouveaux commentaires
Trier par:
Discussion (3)
18 avril 2013
Personnes handicapées
Merci de votre question.

Lorsqu'il y a danger, la même Torah qui prescrit un certain nombre d'interdits le Chabbat prescrit de les transgresser pour sauver la vie, comme par exemple de téléphoner pour demander la visite d'un médecin le Chabbat lorsque la situation d'un malade le justifie, ou même en cas de doute.

Il existe ainsi de nombreux cas lors desquels des systèmes électriques peuvent être utilisés par des personnes handicapées ou présentant une pathologie qui requiert un certain appareillage (comme l'apnée du sommeil etc).

Il appartient à chaque personne concernée du consulter un rabbin pour statuer sur son cas particulier.

Puissions-nous mériter promptement la venue du Machia'h qui verra la guérison de tous les maux, ceux du corps, de l'esprit et de l'âme.
Emmanuel Mergui pour Chabad.org
18 avril 2013
BOUTON DE CIRCULATION

bonjour

Avec respect je relis vos écrits qui en sont dans le bien fondé de la technologie
Comment une personne mal voyante ou aveugle fait -il pour traverser une rue sans cette technologie ? même le jour de Chabbat
Je vous pose la question !
accordez le chabbat a tous ceux qui ont encore la santé et pardonnez à ceux qui ne l'ont plus et qui ont besoin de ces technologies même en ce jour de rituel religieux
Ne me répondez pas qu'ils seront accompargnés car bien dese personnes sont seuls et isolés, veuf, ou sans moyens..
Vous en souhaitant bonne réception
Dans l'attente de la prise en considération de ces écrits
je vous prie d'agréer mes salutations les plus distinguées
TELEMEDECINE LYON
69100
17 avril 2013
pourquoi alors ...
Bonjour. J’apprécie ce que vous avez écrit mais j'ai quand même une question:

Pourquoi alors dans ces cas là, on ne se sent pas toujours en paix vendredi soir... et des fois quand ça se passe mal on voudrait qu'il finisse ! N'est ce pas dommage ?
Anonyme