Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Le Choul’hane Aroukh HaRav: systématisation, explication et arbitration

Le Choul’hane Aroukh HaRav: systématisation, explication et arbitration

Le style législatif unique de Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi

 Email
Le Choul’hane Aroukh HaRav est unique dans sa manière d’allier la concision à la clarté et la législation à l’explication.

Deux piliers de la législation halakhique qui ont façonné des époques entières de leur vivant et qui continuent de nous influencer – et ne cesseront jamais de le faire – sont le Michné Torah du Rambam et le Choul’hane Aroukh de Rabbi Yossef Karo.

Leur organisation spectaculaire, leur style épuré, leurs définitions précises, leur portée globale et l’immense autorité dont jouirent leurs auteurs, toutes ces qualités conjuguées ont assuré à ces œuvres une place éternelle dans le corpus littéraire halakhique et dans l’héritage du peuple juif. Les érudits comme les hommes du commun les étudient. L’homme du commun, pour choisir son chemin et savoir se comporter conformément à la halakha établie, et l’érudit, pour baser ses innovations halakhiques sur ces grands piliers.

Des centaines d’ouvrages périphériques ont été composés tant sur le Rambam que sur le Choul’hane Aroukh. Certains d’entre eux visent à fournir les sources originales qui sous-tendent leurs décisions, d’autres expliquent et élucident leurs paroles et leurs raisons et certains trouvent dans le Rambam ou le Choul’hane Aroukh une source qui justifie leurs propres innovations et dissertations.

Depuis qu’il a été composé et jusqu’à ce jour, le Choul’hane Aroukh est au cœur de la législation halakhique. Pourtant, le livre n’a jamais été clôturé. Outre les nombreuses œuvres périphériques autour du Choul’hane Aroukh, il y eut également d’autres œuvres indépendantes qui jouirent d’une pleine reconnaissance. Celles-ci s’inscrivent également dans le sillage du Choul’hane Aroukh, mais sans en être des commentaires directs.

Dans cette catégorie d’autorités législatives de premier plan se distingue comme étant particulièrement remarquable le « Choul’hane Aroukh » écrit par Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi (1745-1812), auteur du Tanya, et premier Rabbi de l’école ‘Habad du ‘Hassidisme.

Il est généralement connu sous la simple appellation de « Choul’hane Aroukh HaRav » (« le Choul’hane Aroukh du Rabbin »), témoignant de la reconnaissance générale de son autorité. Le style raffiné et extraordinairement lucide de Rabbi Chnéour Zalman élève cette composition à un niveau sans égal. Le Choul’hane Aroukh HaRav est unique dans sa manière d’allier la concision à la clarté et la législation à l’explication.

Pourtant, la langue et la clarté des explications ne suffisent pas pour accorder à une œuvre une reconnaissance éternelle. Quel objectif Rabbi Chnéour Zalman s’était-il fixé dans ce travail ? De fait, ce n’est pas lui qui l’a fixé. Rabbi Chnéour Zalman mena à bien le projet que son propre maître, Rabbi DovBer « le Maguid » de Mézeritch, avait élaboré pour lui. Le passage suivant qui apparaît dans l’introduction du Choul’hane Aroukh HaRav, signé par les trois fils de Rabbi Chnéour Zalman, est édifiant :

Comme les besoins du peuple juif sont nombreux, surtout en ces temps difficiles où les dépenses augmentent, et le joug de la subsistance pèse sur chaque individu, avec son âme il acquiert son pain, et ils ont peu d’esprit pour s’engager dans une longue étude de l’océan des sources talmudiques et législatives, pour connaître la source de la loi et plus particulièrement les lois avec leur justification. Même les grands érudits qui ont la capacité et la renommée de leur connaissance du Talmud, ont du mal à arbitrer entre les différentes autorités législatives lorsqu’ils étudient pour obtenir une décision finale qui concorde... car dans la plupart des domaines il y a divergence d’opinions...

Par conséquent, du ciel il a été décidé, par l’intermédiaire du saint Rabbi [Rabbi DovBer, le Maguid de Mézeritch] ci-dessus mentionné, de rechercher assidûment, parmi ses disciples, pour trouver un homme qui ait l’esprit de D.ieu en lui, et la capacité de comprendre et d’ordonner une législation claire... d’organiser toutes les lois établies qui sont consignées dans le Choul’hane Aroukh et toutes les autorités ultérieures dans un langage concis, en exposant leurs motivations. Il a choisi son honneur, notre saint maître et père [Rabbi Chnéour Zalman], et l’a exhorté et persuadé, en disant : « Il n’y a personne qui ait comme toi sagesse et compréhension, et qui puisse parvenir à la profondeur de la halakha et faire ce travail, une œuvre de sainteté, de mettre en lumière de façon concise l’essence des raisons des lois rapportées, y compris tous les mots de la jurisprudence antérieure et ultérieure, raffinés soixante-dix fois, chaque question à sa juste place, sans confusion et désordre, pour parvenir à la décision concluante qui soit claire et qui émane des paroles de tous les législateurs jusqu’aux savants de notre temps... »

En bref, ce sont trois principes fondamentaux que Rabbi Chnéour Zalman avait à l’esprit lorsqu’il commença à travailler sur son Choul’hane Aroukh : systématisation (« sans confusion et désordre »), explication (« les raisons des lois rapportées ») et arbitration (« la décision concluante qui émane des paroles de tous les législateurs »).

Prochainement : « 1ère partie : systématisation et clarté »

par le Rav Shlomo Yossef Zevin
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
1 Commentaire
1000 Caractères restants
Anonyme TLV 6 janvier 2013

Admour Très intéressant. L'Admour HaZaken a sorti (entre autres) trois livres : Le Shoul'han 'Aroukh haRav, Le Sidour haRav, et le Tanya. Ces trois ouvrages correspondent aux trois piliers cités dans les pirkei avot : la Torah, la Tefilah, et les guemilout 'hassadim.

Ce serait bien que des traductions du Shoul'han 'Aroukh haRav sortent en français. Il existe déjà la traduction de Birkat Haneénin, mais ce serait bien qu'ils en sortent d'avantage. Reply

La vie, les enseignements et les œuvres de Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi, le fondateur de ‘Habad
Dans cette rubrique
Cette page en d'autres langues