Contact

La vie comme une montagne

La vie comme une montagne

 Email

Pourquoi une montagne ?

Pourquoi, quand après deux mille cinq cents ans de jardins et de déluges, de tours et d’exils, de rivières emplies de sang et de mers fendues, D.ieu décida enfin de Se révéler à l’humanité – pourquoi rassembla-t-il Son peuple autour d’une montagne ?

D.ieu nous a réunis au Sinaï pour enseigner, pour transmettre sagesse et connaissance, pour guider. L’endroit qu’Il choisit n’a certainement pas été désigné par hasard. Il lui-même porteur d’enseignements particuliers.

Il y a, dans une montagne, de nombreux messages pour l’homme.

Notre univers se compose de quatre règnes : l’inanimé, le végétal, l’animal et l’humain. Nos sages ont appelé les hautes montagnes : « le végétal au sein du règne inanimé ». La terre qui grandit.

Nous remarquons toutefois que les montagnes rétrécissent aussi. Secouées par les vents, détrempées par les pluies, ciselées par les rivières. Il y a des organisations qui tentent de protéger certaines montagnes, de prévenir les glissements de terrain et l’érosion. Le prophète Élie avait évoqué « un vent fort et puissant, qui érode les montagnes ».

Comment se fait-il que le vent s’attaque aux montagnes, mais ignore pratiquement les plaines ? La raison en est la montagne elle-même. Elle est aussi simplement qu’obstinément en travers de la route. Le vent la frappe avec force et il doit frayer son chemin autour ou au dessus d’elle. Dans ce mouvement, il emporte des petits fragments du massif.

De minuscules fragments de montagne accompagnent les nuages. Ils continuent leur chemin jusqu’à ce que le vent atteigne une autre formation rocheuse idéalement dressée pour les recevoir. De cette manière, le « vent fort et puissant qui érode les montagnes » en fortifie aussi d’autres. Alors que certaines rétrécissent, d’autres grandissent. 

La perte d’une montagne est le gain d’une autre.


 « Tout ce que D.ieu a créé dans Son monde », disent les Sages, « Il l’a aussi créé dans l’homme ».

Notre montagne représente notre conscience de nous-mêmes ; de notre position et de notre importance. Nous pouvons choisir une montagne négative, une montagne d’arrogance et d’orgueil. Ou nous pouvons avoir une montagne sainte, utilisée pour un développement positif. 

Nous pouvons nous grandir comme une montagne d’orgueil – un bloc de terre qui se hausse en outrage à la décence, à la société, à notre Créateur.

Mais c’est précisément cet orgueil qui invite les forces qui vont l’assagir et le corriger. Quand une personne se rend compte qu’elle s’est permise de maintenir sa tête et son cœur bien au dessus des autres, elle est envahie par un esprit d’humilité et décide de s’amender. Ce sentiment est un vent qui rabaisse les sommets de fierté que nous avons laissé se former. Du fait qu’un tel changement est positif, la montagne ne « rétrécit » pas, mais elle se développe en une montagne plus petite et elle diminue progressivement. L’atténuation d’un trait négatif est toujours un pas vers l’avant et vers le haut.

Vue de l’autre versant de la montagne, notre hauteur peut nous permettre d’atteindre de plus hauts sommets encore. Nous pouvons utiliser notre importance, notre position respectable, notre pouvoir ou notre réputation pour susciter des changements pour le bien des autres. Notre montagne d’influence peut être utilisée pour guider d’autres personnes dans une direction positive.

Notre montagne pourra être suffisamment impressionnante pour gagner le cœur de ceux qui ignoreraient le même message d’un simple petit monticule. Alors, notre importance et notre « altitude » deviennent alors une montagne sainte, un endroit où D.ieu peut Se révéler.

par Yaakov Paley
Version française par Michel Cohen - Zurich, Suisse
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Commencez une discussion
1000 Caractères restants
Cette page en d'autres langues