Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Qui peut faire la Che’hita?

Qui peut faire la Che’hita?

 Email

Seul un Juif spécialement formé à la Che’hita – un cho’het – peut effectuer la Che’hita. Il est nécessaire d’étudier un certain nombre d’années et de passer un examen, théorique et pratique, sur les lois de la Che’hita, ainsi que sur l’anatomie et la pathologie animales. Un stage d’apprentissage avec un cho’het expérimenté est ensuite nécessaire avant de devenir pleinement qualifié. Le cho’het est une personne respectée dans la communauté juive, et considérée comme intègre et craignant D.ieu.

© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
2 Commentaires
1000 Caractères restants
K.Acher via bethabad8eme.com 17 mai 2016

En réponse au commentaire de Myriam En réponse au commentaire de Myriam,
Les rabbins ne sont pas responsables des conditions de vie des animaux.
Mais si vous avez une ferme dans laquelle vous élevez quelques vaches en musique douce et aux petits oignons, les rabbins se feront un plaisir de répondre à votre demande de venir en égorger une de temps en temps. Mais je parie que vous êtes végétarienne.
K.Acher, Reply

Goldwasser Myriam paris, france 25 avril 2012

BIEN ËTRE ANIMAL La Torah nous interdit la cruauté envers les animaux et l'élevage en batterie est cruel; Comment une bête qui a été élevée sans voir la lumière du jour sans pouvoir bouger aux pattes atrophiées au bec déformé peut elle être considérée comme cachère juste parc e qu'on la tue de manière cachère; Par ailleurs j"ai vu des poules attendre des heures leur tour d'abbattage en étant témoins de l'abattage de leurs congénères, la rapidité du geste d'abbattage ne les empèche pas d'etre d'abord terrorisées.
Enfin alors qu'autrefois on laissait les veaux grandir plusieurs mois et on ne prenait que le lait qui restait après qu 'ils aient bu aujourd'hui par seul souci de profit financier on abat le veau à quelques semaines pour récuperer tout le lait sans parler des inséminations artificielles de bovines et ovines prises comme de la viande sur pied. Il n'y a aucun respect de l'animal dans cette approche capitaliste matérialiste et sans âme, qu'un cachet de cachrout vient corroborer sans réfléchir. Reply

Cette page en d'autres langues