Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Contact

Comment la Che’hita est-elle effectuée?

Comment la Che’hita est-elle effectuée?

 Email

La Che’hita est effectuée au moyen d’un couteau de précision chirurgicale (le ‘halaf), dont le tranchant doit être aiguisé à la perfection, sans la moindre aspérité ou irrégularité. Le cho’het examine constamment l’instrument pour s’assurer du maintien de cette perfection. Les structures frontales du cou, parmi lesquelles la trachée, l’œsophage, les artères carotides et les veines jugulaires sont sectionnées en un geste rapide et ininterrompu, provoquant une chute instantanée de la pression artérielle dans le cerveau. Il en résulte la cessation immédiate et irréversible de la conscience et de la sensibilité à la douleur. Les partisans de « l’étourdissement » cherchent à atteindre l’état d’inconscience par une intervention supplémentaire, mais la Che’hita atteint un degré supérieure d’inconscience à travers une procédure qui rend l’animal insensible à la douleur et provoque une mort et une exsanguination rapides.

L’exsanguination consiste à l’évacuation du sang de la carcasse. Ceci est particulièrement important dans la loi juive, car il est interdit aux Juifs de consommer du sang (Deutéronome XII, 23). L’exsanguination est nécessaire dans toutes les méthodes d’abattage des animaux car le sang se détériore rapidement et pourrait pourrir la viande s’il est retenu dans l’animal. La Che’hita a ceci de particulier qu’elle assure une exsanguination maximale.

Il y a cinq exigences halakhiques que le cho’het est tenu de respecter dans l’exercice de la Che’hita, (Choul’hane Aroukh, Yoreh De’ah : 23) :

a) Il ne doit y avoir aucune interruption de l’incision (chehiya) ;

b) Il ne doit y avoir aucune pression du ‘halaf contre le cou (derassa), ce qui exclut l’utilisation d’une guillotine ;

c) Le ‘halaf ne doit pas être couvert par la peau des bovins, la laine des mouton ou les plumes des volailles (‘halada), et donc il doit être d’une longueur suffisante ;

d) L’incision doit être à l’endroit approprié pour couper les principaux conduits et vaisseaux au niveau du cou (hagrama) ;

e) Il ne doit y avoir aucune déchirure des vaisseaux avant ou pendant le processus de Che’hita (ikkour).

© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
 Email
Rejoignez la discussion
Trier par:
1 Commentaire
1000 Caractères restants
V.Achendracher Hegeney 67360 HEGENEY, FRANCE 11 mars 2012

méthode saine d abattage Écologiquement parfait vous devriez en faire plus état ds les médias Reply

Cette page en d'autres langues